Sélectionner une page

Collaboration, Résistance, Trahison, Mort. Bienvenue dans les années 1940


Publié le 20 février 2014
                Avant de commencer je vous avouerais que je pensais faire un article du même style que « Le Saviez-vous » en partant de l’histoire d’un homme peu connu qui a eu un rôle dans l’Histoire de la France et en évoquant quelques brèves. Cependant en me renseignant sur cette tranche de l’Histoire qu’est la Collaboration j’ai voulu creuser et me focaliser sur trois hommes qui ont marqué notre pays, dont un Toulousain. Je ne vais pas non plus retranscrire chronologiquement cette période mais uniquement souligner les actions de ces hommes.

Le premier d’entre eux c’est Paul Collette. Pourquoi lui ?

                En effet, ce nom ne vous dit probablement rien mais c’est le premier résistant français à avoir tiré sur les dirigeants du régime de Vichy le 27 août 1941 mais sans succès. De par son inexpérience et le faible calibre qu’il avait il ne put tuer Pierre Laval… 
Avant Paul Colette, aucun mouvement pour protester contre cette collaboration où l’Allemagne nazie saignait à blanc la France tant dans ses richesses en or, dans son patrimoine culturel et artistique. Enfin, pour des raisons plus que douteuses, surement par calcul politique on avait voulu le faire passer pour communiste.

Pierre Laval : quand la soif de pouvoir conduit à oublier toute humanité.

                Pierre Laval a été le chef du gouvernement de Vichy. Il a été accusé à la fin du conflit pour trahison et condamné à mort. Le 15 Février 1945 il fut fusillé.
Je ne vais pas revenir sur toutes ses déclarations, décisions ou autres actions. Seulement celles qui peuvent prêter à réflexion voire nous choquer.

Ses actions :

          Durant tous ses agissements, Pierre Laval est convaincu qu’il agit pour le bien de la France et que l’histoire lui donnera raison. C’est pourquoi il n’hésite pas à travailler avec Otto Abetz. Vous savez cet homme qui a donné son prénom à la liste de tous les ouvrages interdits par la censure allemande, qui a organisé l’expropriation des biens privés appartenant à des familles juives, fait main basse sur les prestigieuses collections Seligmann, Wildenstein, Alphonse Kahn, Rosenberg, Bernheim, Maurice et Robert de Rothschild, James Armand, Maurice Dreyfus, Raymond Lazard, etc.
D’autre part, il négocie la déportation des juifs en France tout en prétendant faire le distinguo entre juifs étrangers et français qu’il dit protéger.

Déporter des enfants pour raisons logistiques…

                 Il poursuit cette politique de troc humain en proposant d’inclure les enfants dans la déportation. Des enfants entre 2 et 15 ans. Bien entendu, il prétextera que c’est pour éviter qu’ils ne souffrent de la séparation parentale, mais la véritable raison est qu’il ne veut pas s’embarrasser à gérer les 4 000 enfants privés de leurs parents. Sa décision résulte donc d’un pur souci logistique. Rappelons que cet ancien député socialiste a été dans une autre vie avocat.
La réaction allemande vis-à-vis de cette décision surprend même jusqu’à Berlin qui mettra 10 jours avant de répondre favorablement à cette requête.

L’art de rendre service

                Printemps 1942 : la Guerre contre l’armée rouge est si dure que l’armée nazie est en manque d’hommes dans ses usines. Du coup Hitler demande 250 000 ouvriers étrangers afin de permettre le bon fonctionnement de ses usines. 
Pierre Laval, opportuniste, sent qu’il peut profiter de la situation. Dès lors il crée un système très ingénieux : un français qui part travailler en Allemagne entraîne la libération d’un prisonnier. Dans les faits Hitler s’en amuse et demande 3 ouvriers français qualifiés pour 1 prisonnier.

Par la suite il déclare : « Je souhaite la victoire de l’Allemagne parce que sans elle, le bolchévisme demain s’installerait partout aujourd’hui j’ai la volonté de rétablir avec l’Allemagne et avec  l’Italie des relations normales et confiantes… » 
Je m’arrête là car la suite est tellement cynique, surtout quand il termine son discours par « Vive la France ».

                Je ne pensais pas qu’un homme pouvait être aussi impitoyable et faire preuve d’une si grande inconscience dans le but de reconquérir le pouvoir…

A savoir

–         –  Les étoiles jaunes portées par les juifs étaient payantes… Ce sont deux entreprises françaises qui ont produit en France ces étoiles…
–          – Pétain, Laval, et plus globalement les dirigeants de Vichy disaient ignorer l’existence des camps de concentration.
–          – Pierre Laval était persuadé qu’il allait reprendre la vie politique même lors de son procès en 1945.
–          – La collaboration policière française a entraîné l’arrestation de plus de 70 000 personnes.
–         – Hitler réclama la mise à mort d’une centaine d’otages français prélevés dans les prisons pour tout allemand tué au début de l’invasion allemande en France.
–          – L’hiver 1942 est très rude, les français ont droit à 120 grammes de viande par semaine.
– Le Service du Travail Obligatoire pousse de plus en plus de Français à la contestation en 1942.

L’archevêque de Toulouse

Portrait de Jules Saliège. Source : SGA/DMPA
                Ce n’est qu’à partir de 1942 que les Français commencent à s’inquiéter du sort des juifs. Même des associations catholiques et protestantes commencent à être scandalisées par leur sort et veulent les défendre. Notamment l’archevêque de TOULOUSE Jules Saliège. Il fait même de faux baptêmes pour protéger des juifs et est scandalisé par ce qu’il voit.
En atteste sa lettre : S.E. MONSEIGNEUR L’ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE SUR LA PERSONNE HUMAINE.
Je vous cite seulement un extrait :

« Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle. Pourquoi le droit d’asile dans nos églises n’existe-t-il plus ? Pourquoi sommes-nous des vaincus ? […] Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier »
                Une des seules voix dissonantes au sein d’une Eglise pourtant encline à soutenir le régime nazi. Cet homme a, par son action, contribué à la Résistance, au sentiment que tous n’acceptaient pas les actions du nazisme.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.