C’était un 24 avril.

C’était un 24 avril.

Il y a 7 ans jour pour jour, le Bengladesh était en deuil. Le Rana Plaza s’effondrait sur des ouvriers de l’industrie textile, faisant plus de 1000 morts et de nombreux blessés. 

Retour sur une tragédie qui a (légèrement ?) changé l’industrie de la mode. 

Le 23 avril 2013, des inspecteurs sont mandatés pour vérifier l’état du Rana Plaza, immeuble de 8 étages du faubourg ouest de Dacca. Ce bâtiment, propriété d’un homme politique local, était composé d’une banque et de commerces aux étages inférieurs, et de plusieurs ateliers de confection textile. Ces derniers employaient environ 5000 ouvriers, principalement des femmes, et fournissaient des géants de la mode comme Primark, Mango ou Benetton. Les inspecteurs constatent de nombreuses fissures suspectes sur les murs et conseillent d’évacuer l’immeuble. Immédiatement, les commerces, la banque et les ateliers ferment. Cependant, les ouvriers sont sommés de revenir travailler dès le lendemain. 

Le 24 avril au matin, les ouvriers se présentent face à l’immeuble mais refusent d’entrer, craignant pour leur vie. Mais la menace de la perte d’emploi est trop grande, ils décident pour la plupart de prendre leur poste. Vers 9h, une panne de courant inquiète les employés, et quelques minutes plus tard, le bâtiment tremble et s’effondre sur les milliers d’ouvriers présents ce jour-là. 

Alors, qui incriminer pour cette hécatombe ? Les dirigeants de l’usine ayant fait construire les 4 étages supérieurs sans permis ? Les autorités locales corrompues fermant les yeux sur les manquements aux règles sécuritaires ? Les grandes entreprises occidentales faisant produire leurs collections dans des conditions de travail déplorables ? J’ose à peine le dire, les consommateurs qui continuaient à acheter des vêtements « Made in ailleurs » sans se poser la moindre question ? 

Après la catastrophe, les rescapés ont certes reçu des compensations financières, mais la législation laborale du Bengladesh n’a que très peu changé. C’est en occident que le choc a été fort. Pour la première fois, la population des pays dits du Nord ont pris conscience des conditions dans lesquelles leurs vêtements étaient fabriqués. Cela n’a pas réellement fait évoluer leur manière d’acheter, mais les consommateurs ont pris l’habitude de mieux se renseigner, et une telle prise de conscience a obligé les grandes marques à se remettre en question. 

C’est ainsi que Zara lance une campagne de communication sur la RSE, H&M produit une collection « Conscious » et s’associe à une entreprise spécialisée dans le recyclage textile… Des efforts notables selon certains, de la poudre aux yeux selon d’autres. Les produits de ces 

marques sont toujours fabriqués pour la grande majorité dans les pays pauvres d’Asie et se vendent à des prix ridiculement bas. En bref, peu de réels changements sont à espérer de ces géants de la mode, construits justement sur un modèle incompatible avec une consommation durable, la fast fashion. 

Cependant, la tragédie du Rana Plaza reste l’évènement qui a mis en lumière les comportements des grandes marques, et le consommateur n’est plus dupe. Il achète en conscience ces produits et a le pouvoir de faire évoluer la mode. D’une part, de plus en plus de consommateurs sont adeptes de la slow fashion, une mode plus douce, plus durable et plus lente : ces dernières années, un nombre impressionnant de marques de vêtements, d’accessoires et de maroquinerie durable ont vu le jour. Textiles bio, recyclés, Made in France… Une variété de combinaisons est possible pour produire une mode plus responsable à des prix raisonnables. Sans parler du boom de la seconde main… Le choix est plus grand que jamais pour une consommation raisonnée. 

De plus, l’effondrement du Rana Plaza a été largement relayée à l’heure des réseaux sociaux, et les militants pour les droits humains en ont profité pour lancer un mouvement : tous les ans, le 24 avril, a lieu le Fashion Revolution Day, pour commémorer cette catastrophe et en faire un symbole de la toxicité de la fast fashion en l’état. Depuis 2016, la Fashion Revolution se tient sur une semaine avec des conférences, interviews et débats sur le thème des évolutions de la mode et de sa production, mais surtout un hashtag : #whomademyclothes, avec des millions d’internautes postant des selfies en brandissant les étiquettes de leurs vêtements. Repris sur tous les réseaux sociaux, il a servi à inonder les comptes des marques de fast fashion pour les interpeller sur leurs modes de production : où sont faits mes vêtements ? Par qui ? Dans quelles conditions ? 

Aujourd’hui, avec cette prise de conscience, un autre paradigme est possible. Le consommateur est maître de ses choix et de ses achats. Si les discours moralisateurs sont contreproductifs, le souvenir du désastre du Rana Plaza doit perdurer comme un symbole du danger de la surproduction et des alternatives que existent à notre mode de consommation actuel. 

Marie-Esther Duron 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement_du_Rana_Plaza 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2013/05/26/rana-plaza-la-mort-de-l- industrie_3417734_3234.html 

https://www.fashionrevolution.org/ 

J’accuse

J’accuse

La lettre C a été élue la lettre du mois ! Chine, Confinement, Covid-19, Corona-Krach… on fonce tout droit dans le Chaos … si ce n’est pas déjà le Cas.

Rassure-toi, je ne vais pas vous parler des mesures sanitaires à prendre pour éviter de contracter le Covid-19…encore moins de ce confinement qui, soit dit-en passant, n’est pas plus mal. Aujourd’hui, je viens vous parler de ce que révèle ce virus sur la société mondiale.

Avant même que je n’aille plus loin dans mon argumentaire, j’entends certains dire « oui nous sommes confinés, nous devons faire des réserves blah blah blah ».  

Oui, je n’en disconviens pas. Oui ! Nous devons faire des réserves, mais surtout, nous devons TOUS faire des réserves ; et j’insiste sur le mot TOUS parce que visiblement, plusieurs ne le comprennent pas.  C’est ainsi qu’en cette année 2020, tout comme Emile Zola en 1898, J’ACCUSE !

J’accuse l’Homme, avec un grand H, de ne plus en être un, lorsqu’une crise survient.

Pour les plus vaillants d’entre vous qui se sont jetés dans l’arène des supermarchés et s’en sont sortis victorieux, le rayon des pâtes, on en parle ? Toujours dans ce même registre, LADEPÊCHE nous propose un top 5 des réactions disproportionnées depuis la propagation de ce virus ; en voici 3 :

  • « Une rixe pour du papier toilette a éclaté dans un supermarché en Australie (…) La vidéo, largement diffusée sur les réseaux sociaux, montre trois femmes crier, se battre et se tirer les cheveux pour un gros paquet de papier toilette. »
  • « Un passager du métro de Bruxelles a mis ses doigts dans sa bouche et a semblé étaler sa salive sur une des barres de la rame sous les yeux des autres passagers. »
  • « Un magasin de bières belge a tenté une promotion sur la bière Corona dont les ventes sont en baisse depuis que l’épidémie de coronavirus frappe l’Europe. Le slogan ? “Le vaccin du moment : 2 Corona achetées, 1 Mort Subite offerte (…) ». 

Le Covid-19, nous confronte tous à une même situation et ces 3 différentes réactions nous montrent à quel point nous sommes certes ensemble mais très différents. Doué d’une raison, force est de constater que c’est avec aisance que l’Homme s’abrutit lorsqu’il est face à une crise. Et après ça, on ose prétendre être l’espèce la plus sensée.

J’accuse les scientifiques de complicité.

Selon certains journaux, le Covid-19 se serait échappé d’un laboratoire. Prenez-moi pour une adepte des théories du complot si vous voulez, mais j’ai du mal à comprendre comment un virus aussi dangereux, a pu « fuir » d’un laboratoire. Plusieurs questions me tourmentent : S’est-il fait tatouer un plan d’évasion du laboratoire sur son corps comme dans Prison Break ? S’est-il évadé avec ses frères Covid-18 et Covid-17 ?

Malgré les conséquences mortelles de ce virus, on essaie de dédramatiser la situation sur les réseaux sociaux. On en rigole de ce confinement via des challenges absurdes (clin d’œil au PQ Challenge) sur Instagram et autres, mais le fait est que l’on se retrouve « emprisonnés » pendant que Coco, lui, est libre.  Alors, qui est le véritable coupable ? l’Homme ou le virus ?

J’accuse le gouvernement de créer la psychose.

« Nous sommes en guerre » sont les mots qu’a répété plusieurs fois le chef de l’Etat français, j’ai nommé Emmanuel Macron, lors de son dernier discours.  À ce que je sache, une guerre oppose deux camps, en l’occurrence le Corona versus l’Homme, mais ma question, et je vous invite à vous la poser à vous-même, est la suivante : 

Comment gagner une guerre en désarmant les membres de son camp ? 

Oui, c’est ce que je ressens lorsque je vois des personnes remplir leurs cadis de papiers toilettes ou lorsque d’autres, par insouciance, ou par abus de confiance, se permettent de défier les ordres établis par le gouvernement. C’est à s’interroger sur l’identité de notre “ennemi” : le virus ou notre semblable !

 

Nb : Cet article est à prendre au 2nd voire au 3ème degré, sur ce, le débat est ouvert !

Et le César du plus gros porc revient à…

Les César du Cinéma représentent une cérémonie française qui récompense les œuvres cinématographiques de l’année qui vient de s’écouler. Elle existe depuis 1976 et est organisée par l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma. Elle est comparable à son cousin américain : les Oscars. 

Le 28 février dernier a eu lieu, dans la fameuse Salle Pleyel à Paris, la 45ème cérémonie des César. Cette année, les César ont été couronnés de succès ! Instagram, Twitter, Facebook, … On en parle partout. En effet, un évènement a fait déferler une vague de colère et d’indignation dans le monde du septième art : Roman Polanski, avec son film J’accuse (2020), a gagné le César du meilleur réalisateur et de la meilleure adaptation. À la suite de cette annonce, l’actrice Adèle Haenel a quitté la salle avec rage tout en levant la main et en s’exclamant « la Honte » tandis que le principal intéressé n’était pas venu chercher son trophée ; une absence délibérée justifiée par le fait qu’il «se doit de protéger son équipe, deux cents talents remarquables, comédiens, techniciens, production » et qu’il « doit aussi protéger sa famille, sa femme et ses enfants, à qui on fait subir injures et affronts, appliquant une responsabilité collective d’un autre âge” face aux lynchages et aux manifestations à son encontre qu’il savait qu’il allait subir en se rendant à la fameuse salle. 

Mais pourquoi tant de haine ? Qui est Roman Polanski pour s’attirer autant les foudres de la gente féminine ? 

Roman Polanski est un réalisateur Franco-Polonais qui a connu des moments difficiles non seulement durant sa jeunesse mais aussi dans sa vie d’adulte : il a survécu au ghetto de Cracovie alors que sa famille y a péri lors de la Shoah. En 1969, Sharon Tate, sa seconde épouse, se fait assassiner par des membres d’une des sectes de Charles Manson. Et cela, alors qu’elle était enceinte. C’est à partir des années 70 que les choses dérapent. Le 10 mars 1977, Polanski est accusé d’avoir violé une mineure de treize ans. Il se défend en affirmant que les deux parties avaient consenti à l’acte. Il finit par plaider coupable et est condamné à quatre-vingt-dix jours de prison (il n’en fera que quarante-deux pour bonne conduite). Par la suite, sous la menace d’un nouvel emprisonnement, Roman Polanski décide de quitter définitivement les Etats-Unis pour la France. Mais ce n’est pas la seule affaire qui le concerne. On peut compter au nombre de 10 les autres femmes qui ont été, dans les années 70, ses victimes. Cependant, la question de la véracité de ces témoignages reste d’actualité. Il y a de quoi se poser des questions ! Charlotte Lewis, l’actrice britannique, qui, en 2010, a accusé Roman Polanski d’avoir abusé d’elle, a fini par tourner dans l’un de ses films, faire son éloge et se perdre dans ses explications face aux journalistes. Tout cela sans oublier sa première victime qui dit lui avoir pardonné, affirme que « Si je devais choisir entre le viol et revivre ce qui s’est passé après, je choisirais le viol » et qu’elle entretient un contact régulier avec lui depuis 2009. Toutefois, si toutes ses accusations s’avèrent être juste, Roman Polanski est véritablement un violeur qui échappe à la justice depuis près de 43 ans par chance ou/et par calcul. Ces accusations lui ont déjà coûté des opportunités professionnelles comme en 2017, lorsqu’il avait été choisi et avait accepté de présider la cérémonie des Césars : ce qu’il n’a finalement pas fait en raison du mécontentement que cette annonce avait suscité et cela à juste titre.

En France, un viol est condamné par 15 ans d’emprisonnement voire 20 ans – s’il y a des circonstances aggravantes – tandis qu’aux Etats-Unis, la peine encourue pour le viol dépend des Etats mais elle varie entre 3 ans d’emprisonnement à perpétuité ou encore à la peine de mort. 

C’est un scandale que Polanski ait reçu cette récompense et cela pour plusieurs raisons. 

Tout d’abord, parce que les votants au César ont voté pour lui. Mais qui sont les votants ? Les votants représentent un groupe d’environ 4300 professionnels provenant de différentes fonctions du cinéma telles que les réalisateurs, les acteurs et les techniciens qui représentent la plus grande part de ce collège. Ce collège qui, on ne va pas se mentir, manque cruellement de parité et de diversité, a décidé de récompenser l’homme en lui-même en remettant ce César à Roman Polanski. Certains parlent du fait qu’il faudrait y avoir une dichotomie entre l’homme et l’œuvre mais le fait est que le César de la meilleure réalisation récompense l’œuvre et donc son réalisateur car sans lui, il n’y aurait pas eu une telle mise en scène. Or, il ne faut pas oublier que si Polanski avait purgé une peine normale pour son crime de 1977, comme tout homme « banal » sur cette terre, il n’aurait pas été le réalisateur de ce film et qui sait, ce film n’aurait surement pas existé. Par conséquent, J’accuse n’aurait jamais eu la chance de gagner un César.  

Ensuite, parce que c’est un affront pour toutes les femmes qui ont été ses victimes. C’est une insulte à toutes les femmes qui se sont faites violer ou agresser et c’est un message qui leur est envoyé et qui dit :« si vous avez été violées par une personne de pouvoir, vous ne comptez pas. Vous perdrez toujours. ». Charmant. 

Toute cette histoire démontre que le talent et la renommée passe avant la justice et la morale. 

Trois ans après la relance du hashtag #MeToo par Alyssa Milano, cette histoire montre encore le long chemin qu’ont les femmes pour arriver à l’égalité des genres et au respect de la femme dans nos sociétés. Alors que la parole des femmes continue de se libérer, des hommes et des femmes ne prennent toujours pas conscience de l’importance de cette problématique.

LA HONTE !

Mérédith Valgaire

Mayotte, un défi d’Outre-mer

Mayotte, avec ses plages et ses cocotiers, est malheureusement de plus en plus boudée par les touristes. Passé par toutes les étapes administratives, le groupe d’iles situé dans l’archipel des Comores est devenu le dernier territoire d’Outre-mer a avoir acquis le statut de département français, grâce à un référendum local en 2009. Une aubaine à l’époque, qui soulève de nombreux problèmes aujourd’hui. La situation économique de Mayotte, en tant qu’ancienne partie des Comores, reste alarmante, même 11 ans après avoir été officiellement déclarée comme département français. Son PIB/hab de 11448$ en 2014 en fait la région la plus pauvre d’Europe. Le taux de chômage est relativement élevé du fait des nombreuses activités non-déclarées et de l’incapacité de l’administration française à y faire face. Pour couronner le tout, sa situation insulaire en fait un département dans lequel tout ou presque est importé, faisant grimper les prix à un niveau phénoménal. Cependant, la situation de pauvreté d’une grande partie des habitants de l’archipel s’explique surtout par sa structure sociale. En effet, Mayotte fait face à une crise migratoire que l’Etat français a bien du mal à enrayer : de nombreux comoriens, notamment des femmes enceintes, viennent illégalement sur le sol mahorais en espérant profiter du droit du sol grâce à leurs enfants. En 2019, 48% des résidents de Mayotte étaient étrangers, dont une immense majorité de Comoriens (environ 95%). Cette situation a conduit à un fort déséquilibre démographique : 1 mahorais sur 2 a moins de 17 ans, rappelle l’Insee. Parmi eux, on considère qu’il y a environ 5000 mineurs isolés, souvent des étrangers dont les parents ont été renvoyés dans leur pays d’origine.

Malgré cela, le solde migratoire de Mayotte reste négatif du fait des nombreux départs des jeunes mahorais pour la métropole. Les raisons sont multiples : la poursuite d’études, la recherche d’emploi, ou tout simplement le manque de reconnaissance. Nombreux sont les habitants qui déplorent une pénurie importante en termes de services publics, dans un archipel où les fonctionnaires restent rarement plus de 4 ans. Un turnover qui aggrave l’instabilité des services publics, notamment dans l’éducation et les forces de l’ordre, où les défis sont conséquents. Mayotte connait une recrudescence de la violence ces dernières années, notamment des affrontements entre jeunes, et les tensions entre mahorais et comoriens restent vives. Avec son statut de française parmi les Comores, Mayotte est donc « à la fois trop riche et trop pauvre » (RFI) et sa situation reste aujourd’hui problématique. En 2018, E. Macron a tenté une percée en 2018 avec une loi qui a fait polémique : Mayotte est à ce jour le seul département français dans lequel le droit du sol est limité. Un enfant né de parents étrangers ne sera considéré comme français seulement si ces derniers peuvent justifier d’un certain temps de présence à Mayotte avant la naissance de cet enfant. Un an et demi plus tard, le bilan semble mitigé : l’insuffisance des contrôles ne permet pas à la loi d’être appliquée correctement et les arrivées clandestines restent nombreuses. Malgré un cadre idyllique, le département ne parvient plus à attirer les métropolitains pour les vacances, qui lui préfèrent des régions moins incertaines. Reste à savoir si les tensions peuvent s’apaiser à quelques semaines des municipales, dans un département où le Rassemblement National est arrivé en tête aux européennes, en réponse aux défaillances des promesses du gouvernement.

Marie-Esther Duron

La prochaine pandémie nous sera-t-elle fatale ?

La prochaine pandémie nous sera-t-elle fatale ?

Comme pour la plupart des grandes tragédies du monde, on explique généralement l’arrivée des principales maladies sur Terre par la mythologie. La curieuse Pandore, envoyée par Zeus sur notre belle planète comme un cadeau empoisonné des dieux olympiens, en ouvrant la boîte éponyme, aurait ainsi, au moins de manière fictive, libéré avec elle les maux les plus terribles qui y étaient sordidement renfermés. Qu’on y accorde du crédit ou non, dans tous les cas, la maladie a toujours été indissociable du genre humain. Parmi toutes les populations du monde, au cours de toutes les périodes de l’histoire, la maladie a fait l’objet d’une lutte parfois quotidienne, souvent dramatique. Comment, en effet, combattre une source de danger invisible à l’œil nu, tenant davantage du paranormal que du réel ? Certes, les progrès de la médecine ont permis de jeter les bases d’une prévision plus optimiste pour l’avenir, tendant à dépeindre de plus en plus la maladie comme une menace propre à des temps anciens, immémoriaux et à des sociétés profondément archaïques. Et pourtant, alors même que certaines pathologies demeurent encore incurables, une menace plus grave semble peser sur la survie humaine. Ces maladies ne sont pas individualisées et individualisables, elles sont capables de se propager, d’infecter des êtres humains par centaines et qui sait, si elles le peuvent pour quelques centaines de personnes, pourquoi ne le seraient-elles pas pour quelques milliers, quelques millions voire quelques milliards ?

La maladie fait peur, angoisse, mais la pandémie – l’extension géographique d’une épidémie – constitue un des grands cauchemars de la pensée humaine. Et quoi de plus logique, lorsqu’on sait qu’une maladie, extrêmement virulente, est capable de se propager sans un minimum de précautions hygiéniques ou de mesures d’isolement. L’homme du XXIème siècle regarde avec un léger sourire, un mépris et une indifférence condamnable les grandes pandémies qui ont jalonné les siècles précédents, médisant sur les solutions adoptées pour contrer ces divers cataclysmes génétiques. Mais notre siècle n’est pas celui de la curabilité automatique, celui des solutions forcément pertinentes, et à la différence de ces siècles antérieurs, notre démographie planétaire paraît être l’épicentre de notre propre faiblesse. Notre interdépendance économique et notre mondialisation effrénée, mettant en mouvement des ressources et des hommes en quantité considérable à l’échelle internationale, traversant à une vitesse foudroyante les frontières, plus que jamais poreuses, risque de représenter la source de notre propre annihilation. D’ailleurs, les cas épidémiques récents ne viennent pas infirmer cette inquiétante perspective. Le SRAS a causé à lui seul 132 morts dans le monde selon les statistiques et pas moins de 5 300 personnes contaminées et Ebola peut atteindre un taux de létalité de 90% des personnes infectées. Du reste, que penser du coronavirus chinois ? Surnommé pour le moment 2019-nCoV, il a déjà tué 470 Chinois et contaminé près de 24 000 personnes à travers le monde (chiffres officiels au mercredi 5 février 2020), suscitant des angoisses fondées, suffisantes pour nous demander si nous sommes bien prêts à faire face à une pandémie globale.

Une brève radiographie historique des pandémies et de leurs conséquences : état des lieux

L’Histoire regorge de cas de pandémies qui se sont révélés désastreux pour l’évolution de l’humanité. Du choléra, qui a sévi à sept reprises dans des proportions effroyables, jusqu’à la peste noire ayant causé l’extinction de 30 millions d’individus – soit de 30 à 50% de la population européenne au XIVème siècle – en passant par la variole et le VIH, les pandémies ont connu une ampleur indescriptible. Mais ce qui est le plus à craindre, c’est que la plupart de ces pathologies ne doivent pas être considérées comme éradiquées ; bien au contraire, certaines d’entre elles reviennent, parfois même avec une mutation qui renforce leur létalité. C’est ce qui a caractérisé la grippe espagnole de 1918-1919, dont la sévérité était due à un renforcement de la grippe saisonnière H1. Dans la majorité des cas, la mise en quarantaine a été la mesure phare instaurée pour lutter contre la transmission de la maladie à tel point que l’on considère généralement la lèpre comme l’une des situations les plus liées à ce mode de défense. En outre, certaines maladies, potentiellement guérissables, développent des résistances multiformes et persistent malgré leur ancienneté. C’est le cas de la tuberculose, une des 10 premières causes de mortalité dans le monde, qui touchait encore en 2018 jusqu’à 10 millions de personnes et en tuait 1,5 million.

Alors que faire ? Evidemment, si vaccinations, traitements et précautions sont de rigueur pour des maladies notoires, sommes-nous capables de gérer une nouvelle épidémie inconnue et extrêmement violente en même temps qu’extrêmement contagieuse ? Hélas pour nous, nombreux sont les éléments qui poussent au pessimisme. Ainsi, depuis les moyens employés pour contrer Ebola en 2014, les investissements engagés pour lutter contre une maladie n’ont cessé de baisser pour atteindre désormais leur niveau le plus bas, c’est-à-dire une diminution de 50% des budgets alloués à la sécurité sanitaire. Les financements reculent aux Etats-Unis notamment, eux qui représentent pourtant le centre névralgique de la coopération internationale pour la lutte contre les pandémies mondiales. Or, cette dégradation survient à un moment où la potentialité d’apparitions de maladies zoonotiques est au plus haut. Ebola vient effectivement de se déclarer de nouveau en Afrique, cette fois-ci en République Démocratique du Congo et la Chine semble constituer un nid à pathologies entre le nouveau coronavirus et le renouvellement des épidémies de H7N9. Sachant que la Chine dispose de son propre Centre de détection et de préservation des maladies, ce qui n’a pas empêché le virus de s’étendre et de s’exporter, à quoi devons-nous nous attendre lorsque 30 000 individus traversent quotidiennement le Pacifique et que le surpeuplement guette ? La crainte est fondée, surtout lorsque de nombreuses études estiment que les outils de santé publique de base perçus comme indispensables pour affronter une pandémie sont à 90% insuffisamment développés afin de répondre à la prochaine grande maladie infectieuse.

Ebola et le coronavirus chinois, des cas isolés ou des exemples concluants et annonciateurs ?

Xi Jinping, l’actuel président chinois, a affiché une fermeté claire face au 2019-nCoV, déclarant lors d’une rencontre avec le directeur général de l’OMS à Pékin : « L’épidémie est un démon. Nous ne permettrons pas au démon de rester caché. » Aujourd’hui, malgré les performances et les avancées de la science, il est impossible de déterminer toutes les maladies. Néanmoins, leur quantification reste possible et certaines estimations évalueraient le nombre de virus capables de contaminer des mammifères à plus de 320 000. Malheureusement, comme toute recherche scientifique, leur détermination coûterait 6 milliards de dollars. A la place, les incertitudes pleuvent. Quelle sera la prochaine pandémie, son ampleur, ses dommages ? Nous n’en savons rien. Sa prédiction relève encore de l’irréaliste bien que la piste du virus transmis par un animal reste la plus vraisemblable, elle qui est à l’origine des deux dernières pandémies globales. En un siècle, un peu plus de 330 maladies infectieuses se sont déclarées parmi lesquelles 60% étaient induites de pathogènes zoonotiques. Trois facteurs doivent en fait être réunis pour favoriser un développement infectieux : une population dense, une biodiversité pléthorique et un changement d’emploi des terres. La Chine, au même titre que l’Afrique de l’Ouest, constitue une zone géographique particulièrement exposée à ce mélange mortel. L’épidémie de SRAS, qui est apparue à Hong-Kong en 2002, dans un des territoires les plus densément peuplés du monde – 6 350 habitants au km2 en 2000 – a posé les bases d’un modèle qui risque de se reproduire à l’avenir. Le surpeuplement et le réchauffement climatique rendront ainsi de nouvelles populations aptes à contracter des maladies, par souci d’accroissement de la promiscuité et des animaux vivants dans des zones géographiques chaudes comme les moustiques.

La pandémie, notre apocalypse ?

Une des rares satisfactions vis-à-vis de la menace pandémique concerne sans aucun doute le taux de couverture vaccinale. La plupart des pays ont en effet établi des stocks de vaccins conséquents afin de mener une lutte sans merci contre les principales maladies. Même dans les régions les plus reculées, le taux de couverture s’est accru, constituant une réelle prouesse et une belle promesse pour l’avenir de l’humanité. Mais les résultats probants obtenus face aux dernières maladies et les rêves d’une nette amélioration sont venus se briser face à la dure réalité économique. Stephen Hawking n’avait-il pas lui-même accordé un de ses chapitres aux pandémies globales dans ses théories sur l’extinction de l’humanité ? Et comment ne pas lui donner raison lorsque le spectre de l’insécurité sanitaire plane ? Le monde n’est pas prêt pour combattre sa prochaine pandémie. Les exemples de virus génétiquement modifiés viennent accentuer chaque jour davantage cette conclusion funeste quand ce n’est pas l’ombre d’une guerre biologique mondiale.

Raphaël DELAGNES

« Oh miroir, mon beau miroir, dis- moi qui est la plus belle ! »

« Oh miroir, mon beau miroir ! Dis-moi qui est la plus belle ! 

– Ce n’est certainement pas vous ! Non mais sérieusement, regardez-vous ! Vous avez des cuisses énormes, un nez bossu, des cheveux pas très soyeux, des traits grossiers, un corps sans formes, des lèvres toutes fines … Vous êtes bof ! Face à Scarlett Johansson vous n’avez aucune chance ! C’est une Aphrodite moderne quoi ! – Hum… PAF (un coup de poing dans ce miroir). Miroir corrompu ! Je n’ai pas le temps pour tes imbécilités, j’ai une vie à vivre moi ! » 

On connait tous ce sentiment : on passe une bonne journée jusqu’au moment où l’on se rend compte qu’on est entouré de gens, que ces gens sont beaux, intelligents, attirants, qu’ils ont un style : qu’ils dégagent quelque chose ! Ce mélange entre envie, désir, jalousie qui nous prend à la gorge et qui ne nous quitte plus jamais vraiment. C’est désolant ! Et le pire, c’est que cela a un impact sur notre vie. On se sent nul, on n’ose plus rien faire. On ne s’octroie plus le droit de faire ce dont on a envie. 

Dans toutes les sociétés, des canons de beauté sont nés et cela autant chez les femmes que chez les hommes. Dans les sociétés occidentales, ils sont exacerbés. L’idéal de la beauté au féminin est représenté par la femme de type caucasien, grande et élancée, à la peau légèrement colorée, aux longs cheveux lisses et aux traits fins, et l’homme est représenté comme un être fort, musclé, athlétique et grand. Cette vision de la beauté qui nous est imposée est la source de nombreux complexes qui touchent, selon Ouest France, 67% des Français. Alors, on cherche à les faire disparaitre par tous les moyens : sport, régimes draconiens à outrance, pilules amincissantes, crèmes et la meilleure de toutes : la chirurgie. Et le pire, c’est que l’on veut tellement ressembler à ce que la société attend de nous que nous achetons ces soi-disant « produits miracles ». Sérieusement, est-ce que vous pensez vraiment que l’on peut perdre un tour de taille en mettant une crème amincissante bourrée de produits chimiques tous les soirs avant d’aller se coucher ? Alors, au lieu de se faire du mal en cherchant à ressembler à tout le monde, pourquoi ne pas tout simplement s’accepter ? C’est justement ce que prône le body positivisme

Le Body positivisme, contrairement à ce que l’on peut croire, n’est pas un mouvement récent. Il est né aux États-Unis durant les années 1990 mais a été remis au goût du jour par les réseaux sociaux, et notamment par Instagram. C’est un mouvement qui vise à apprendre aux femmes et aux hommes à aimer leur corps tel qu’il est et à ne plus le dénigrer. Il a pour but de combattre les images de beauté transmises par les médias. Il nous réapprend à voir la beauté. En effet, c’est lorsque l’on voit les modèles de beauté diffusés par les médias que l’on se rend compte qu’il n’y a pas eu de prise de 

conscience par rapport à la diversité des corps. Nombreux sont celles et ceux qui aimeraient voir des mannequins qui leurs ressemblent. 

Mais, posons-nous un instant. La phrase « elle est trop belle ! », que signifie-t-elle vraiment ? Qu’est-ce que la beauté ? On a tendance à penser qu’elle est unique et on la réduit souvent à la beauté véhiculée dans les pays occidentaux mais, allons voir plus loin que le bout de notre nez ! Parce qu’il n’y a pas une beauté : la beauté est plurielle non seulement entre les pays mais aussi à travers les siècles. Alors que Barbie, née en 1959, a su voir que la beauté est subjective et a su s’adapter aux vraies beautés (oui car ce mot ne devrait pas être singulier mais bien pluriel !), nos médias ont du mal à faire de même. En Éthiopie, chez les Mursis, la beauté est tout autre : dès l’âge de 10 ans, les filles commencent à porter le labret, appelé aussi le dhebbi – ornement labial en forme de disque placé à la lèvre inférieure – signe de leur beauté et de la séduction. De même, dans la majorité des pays asiatiques tels que la Chine, la Corée, les Philippines, le Japon et la Thaïlande, c’est la peau blanche qui fait office de beauté. Enfin, alors que nous, occidentales, cherchons à faire très « femme » et cela de plus en plus tôt, au Japon, ce sont les femmes Kawaii, autrement dit enfantines, qui font chavirer le cœur de ces messieurs : c’est la femme mignonne, aux dents de travers, aux yeux ronds et débridés et à la petite voix. Mais là encore, dans tous ces exemples, des femmes ont des complexes parce qu’elles ne répondent pas aux critères de beauté de leur pays. A votre avis, est-ce que j’ai oublié de dire quelque chose sur la beauté ? Oui mille fois ! Je viens de vous décrire la beauté extérieure mais il manque la beauté intérieure ! Eh oui, on l’oublie souvent alors qu’elle est essentielle. C’est elle qui donne du charme, qui nous pousse vers une personne, qui nous donne envie de passer du temps avec elle. Alors que la beauté extérieure s’altère au fur et à mesure que le temps passe, la beauté intérieure reste intacte. Parmi les proverbes malgaches, on peut entendre « Tsara ivelany ohatran’ny ny fasana » (« agréable à voir de l’extérieur, comme une tombe ») ce qui n’est pas très flatteur pour les personnes uniquement belles physiquement et d’ailleurs le mot « tsara » peut signifier beau mais également, bien ou bon. 

Le body positivisme aide donc les femmes et les hommes qui se sentent mal dans leur peau à se détacher de l’image de la beauté que la société leur donne. Il faut bien comprendre que les modèles de body positivisme tels que Ashley Graham ou encore Louise Aubry ne sont pas des modèles à copier, elles sont des ambassadrices du mouvement, elles sont des sources de courage et d’inspiration et là est la différence. Être body positive c’est apprendre à aimer son corps et donc c’est une relation que chacun construit avec lui-même. 

Le chemin vers le bien-être intérieur est cependant semé d’embûches. Notre société est construite selon un modèle de comparaison et de cases. Par cases, j’entends qu’elle essaie de tous nous faire entrer dans un moule qu’elle a elle-même conçu. Par exemple, si on ne s’adapte pas au système qu’est l’école alors on sera considéré comme des ratés. La similitude. La société nous pousse à être 

semblables alors que nous sommes, par essence, différents, uniques. Ainsi, par peur de la marginalisation, nous n’osons pas nous montrer tels que nous sommes vraiment. Depuis notre tendre enfance, nous sommes comparés et nous nous comparons sans répit, à l’image de la reine Grimhilde dans Blanche Neige et les 7 nains qui devant son miroir se compare à tout le royaume. C’est exactement ce que nous faisons avec le monde qui nous entoure. Et cette comparaison nous rend malade parce que nous comparons ce qui ne nous plait pas chez nous à ce qui nous plaît chez les autres sans voir peut-être que les autres nous envient pour ce que nous avons. Arrêtons de nous comparer, soyons qui nous sommes, parce que nous sommes beaux. 

Vous l’avez bien compris : pour moi, la beauté est universelle. Il n’y a pas de complexes, parce qu’originellement les complexes n’existent pas. Ce mot ne devrait pas exister pour désigner une partie de notre corps que nous n’aimons pas. D’ailleurs, si vous tapez « complexe » sur google, vous ne trouverez pas en premier une définition qui parle des complexes que nous pouvons avoir mais bien de « nombres complexes » ou de « complexes » dans le domaine de la physique et la chimie, de la « complexité d’une chose ». Le complexe est une invention pour mettre un mot sur tout ce qui n’est pas semblable à l’idéal qu’on veut nous imposer et qui nous rend mal à l’aise face au monde. Or, cet idéal n’est que source de torture. La beauté intérieure et les beautés extérieures sont les choses qu’il faut retenir et pas cette beauté médiatique qui nous corrompt l’esprit depuis tout petit. 

Rendons la beauté encore plurielle par nos singularités.