Sélectionner une page

Hippocrate


Publié le 22 octobre 2014

Alors que nous, étudiants de TBS, sommes plutôt soucieux des questions sur l’économie mondiale, des principes du droit des affaires ou encore du prochain OB, nos amis futurs médecins, ont un tout autre panel d’interrogations magnifiquement dépeint par le film Hippocrate. Retour sur la dernière œuvre de Thomas Lilti, réalisateur et aussi médecin.

L’histoire

L’internat : étape cruciale au sein de la vie de tout futur médecin. Benjamin, interprété par Vincent Lacoste, lui, a choisi de faire son internat au sein du service dirigé par son père.
Les premiers pas de Benjamin s’avèrent être ardus, entre les patients difficiles, les critiques de favoritisme et son propre apprentissage. Mais rapidement, Benjamin se lie d’amitié avec Abdel, un interne au profil particulier qui n’hésitera pas à lui faire part de son expérience. En effet, Abdel, interprété par Reda Kateb, est en réalité, un ancien médecin algérien. Afin de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, Abdel a dû s’exiler en France et être rétrogradé au statut d’interne.
En tentant de soigner « La Rafale » un habitué de l’hôpital, Benjamin oublie un protocole qui aurait pu sauver la vie du patient. Alors que l’hôpital et surtout son père couvrent son erreur, l’idée d’avoir mis fin à la vie de cet homme, mari et père, ronge Benjamin.

Le serment d’Hippocrate :

« Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice […]. Je passerai ma vie et j’exercerai mon art dans l’innocence et la pureté […] « Dans quelque maison que je rentre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur […] »

Le jeune interne perdra donc son innocence et va de fait être confronté à la dure réalité de la vie à l’hôpital.

La critique

Au premier abord, on peut s’interroger sur l’esprit d’un tel film. En règle générale, peu d’entre nous prennent plaisir à regarder des films portant uniquement sur la vie à l’hôpital, parce qu’elle effraie et rappelle l’irrévocabilité de la mort.
La force de ce film réside dans le vécu de son réalisateur, lui-même médecin généraliste. A travers chaque scène, chaque réalité de la vie à l’hôpital est mise en évidence.
Tout d’abord, Hippocrate pointe du doigt l’erreur médicale et en particulier sa dissimulation. Les médecins et les hôpitaux jouissent d’une connaissance qu’il nous est impossible d’acquérir à moins de faire partie même de ce milieu. De fait, comment dénoncer l’erreur médicale ? Comment savoir exactement ce qui se passe au sein du bloc opératoire ? Ainsi, c’est ce manque de transparence vis-à-vis des proches du défunt, sujet presque tabou, qui est dénoncé par Thomas Lilti. 
 Ensuite, Hippocrate fait également hommage à tous les médecins étrangers. Ces médecins, qui malgré leur diplôme, leur expérience et leur talent doivent presque retourner à la case départ en venant exercer en France. Le film de Lilti reprend, grâce au personnage d’Abdel, le quotidien morose de ces médecins pour qui l’ascension sociale et le salaire n’égalent pas leur surexploitation.
Enfin, Lilti fait un clin d’œil au personnel médical et en particulier aux relations parfois difficiles qu’il entretient avec les médecins. Ce manque de reconnaissance que connaissent bon nombre d’infirmières ou d’aides-soignants réduits le plus souvent à de l’assistanat alors qu’ils réalisent un travail colossal avant, pendant et après chaque intervention.
En définitive, Hippocrate, un des rares films français montrant la vie à l’hôpital, s’avère être une perle cinématographique mêlant réalités dramatiques, dimensions sociales et humour que je vous conseille vivement de voir et de revoir.
Gabrielle Esperance

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.