TBS PRESS

Qui sommes-nous ?

Une dizaine d’étudiants ultra motivés d’horizons divers qui se rencontrent ça donne ça : un blog éclectique, alimenté chaque semaine, et qui s’adresse à toi, oui toi, petit étudiant de TBS qui as soif de curiosité !

Archives

Introspection et rap français

“Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemples et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi. Moi seul”. L’incipit-marquant- des “Confessions” réaffirme la valeur intellectuelle de la conscience de soi, et, dans une volonté de transparence de soi à soi, Rousseau fait de l’observation de ses états de conscience le matériau privilégié de l’expression du “moi”. De fait, l’introspection, véritable tradition littéraire française qu’inaugure Montaigne en réintroduisant le “moi” comme sujet d’étude premier et non plus comme champ d’analyse philosophique (le “moi” romantique contre le cogito cartésien), trouve de bien curieuses-du moins à première vue- occurrences dans le rap français.

          S’inscrivant dans un absolu de recherche de la sagesse, l’introspection fait en effet de nombreux émules dans cette mouvance culturelle et musicale que se veut le rap français. Dès 1995, Akhenaton et son “Métèque et mat” semble être partagé entre fougue (“Bad boys de Marseille“) et spleen (“Au fin fond d’une contrée“, ou chacune de ses rimes semble le meurtrir). Fougue qui laisse place à la contemplation sur le sombre et déprimé “Sol invictus“, que clôture amèrement “Mon texte le savon“(“évacuer le fiel par la plume, je n’ai que ça dans le sang”). Probablement moins “bankable” que la trap musique, le rap introspectif se veut souvent sobre, réfléchi et angoissé. Shurik’n, avec sa “Lettre“, nous livre un plaidoyer musical en faveur du respect des valeurs viriles (honneur, respect, droiture) tout en rappelant l’importance de la transmission, donc du rapport père-fils.
Dès lors, le rap introspectif gagne en sincérité et en force émotive ce qu’il perd en fougue et en éclat. Face à la nuit, loin de son équipée épique et barbare avec Booba sur “Pucc fiction“, il ne reste que la langueur et la mélancolie à Oxmo, et, “Mourir 1000 fois“, véritable tissu d’assertions et de métaphores venant souligner le dénuement du black Jacques Brel face à la mort : “j’ai peur de la mort, je le sais, je l’ai vu épeler mon nom appeler des amis, jamais je les ai revus”. La morgue originelle du rappeur se dilue alors dans un flot/(w) de rimes et d’images. C’est pourquoi Oxmo ,dans “J’ai mal au mic“, fait, par métonymie, de la plume du MC son cœur. Or, elle se montre ici grinçante, désabusée, de sorte que seule la mélodie semble pouvoir triompher du spleen : “carabine à air déprimée cherche tempe [..]”La musique est ma porte d’échappement chaque note m’apporte un rythme cardiaque suffit que le beat reparte pour que mon mic batte”. Refusant toute hypocrisie (“Hypocritès”, celui qui avance masqué..), Oxmo nous livre avec “l’enfant seul” un chant du cygne sur l’enfance et ses meurtrissures, sous forme d’hommages aux éternels petits garçons malmenés par la vie. Véritable miroir dans lequel chacun peut sonder le fond de son âme, “L’enfant seul” est la quintessence de ce que le rap introspectif a pu offrir de mieux : solitude, mélancolie, rimes acérées et poésie. Jugez plutôt : “Maitrise lancinante sentiments en ciment sinon dans 6 ans on me retrouve ciseaux dans le crâne dans le sang gisant”.
Même Booba, plus habitué à se dresser en fossoyeur du rap français (“Repose en paix“) qu’a s’épandre sur le pathétique de la vie, nous livre avec son superbe “Ma définition” un testament musical aux accents tant mélancoliques que conquérants (“La folie, le sang, la mélancolie, du rap, du fil rouge des risques et du son : ma définition”). Regard amer sur l’enfance, habituelles fanfaronnades, misanthropie latente transcendée par l’instrumentale de “Mistral gagnant” (Renaud est l’une des principales inspirations de Booba) font de même de “Pitbull” la lettre d’adieu du MC au rap français.
Souvent déroutante et vertigineuse, l’introspection dans le rap français tranche assez radicalement avec l’imagerie -souvent fantasmée- associée à la culture hip-hop.Et si, par delà sa morgue, son inconscience et ses fulgurances, tout grand rappeur était sur le point de sombrer dans l’abîme du spleen ? Preuve en est ce coup d’éclat dans la discographie de Doc Gynéco qu’est “L’homme qui ne valait pas dix centimes“. Le doc, plus célèbre pour son amour du football , des substances illicites et des téléfilms programmés la nuit sur la TNT que pour sa propension à faire pleurer la plume, nous livre un chant du cygne poignant, entre dégoût -légitime- vis-à-vis de l’industrie du disque et son mépris du talent naïf, conscience de la précarité de son statut d’artiste (“Pourquoi subir tel un cireur de chaussures pour m’en sortir je me fais conteur de mésaventures”) et lucidité sur la bassesse de son époque.
Le rap introspectif se met en effet souvent au service de la critique sociale. Déjà John Fante, (dans son fabuleux “Demande à la poussière“), Burroughs, ont fait de l’introspection le moyen d’expression de l’errance des crèves-la-faim, des marginaux face à la “nouvelle société” d’après-guerre et ses mirages. Si Bukowski a l’ambition dès ses “Contes de la folie ordinairede répondre au malaise dans la civilisation par la véhémence de son écriture, alors la prose accusatrice et vivante d’un Akhenaton (“On était tous des anges à l’école, le diable est apparu en cherchant du taf quand on a serré la pogne à Eole” “Mon texte le savon part 2“) s’inscrit dans cette digne tradition. Engagement que revendique Kery James, qui a fait de la défense des humbles (Au prix de nombreuses polémiques, dont celle fort récente sur sa phrase “Y’a pas que les arabes et les noirs ce sont tous les pauvres qu’ils méprisent” l’identité constituante de sa musique. Le MC d’Orly, adepte du rap introspectif et des morceaux fleuves (Lettre à mon public, le combat continue, Post scriptum, banlieusards…), s’érige ainsi en poète vindicatif mais désabusé :”Nos textes sont des toiles que dévoilent nos mal-êtres des destins sans étoiles”,“A l’ombre du show business”

Le rap introspectif prend souvent des accents céliniens, en ce qu’il ne connait pas le principe de non-contradiction : en effet, il nous donne à voir deux voix puissamment contradictoires. Si le quotidien du rappeur semble le ramener inexorablement à un constat d’abjection, qui prend forme (musicale) en cette voix du ressentiment, voix à laquelle il oppose périodiquement à celle de la compassion (déjà Céline pressentait “qu’on a honte[..] d’avoir jugé l’humanité plus basse qu’elle n’est vraiment au fond”, “Voyage au bout de la nuit“). Cette duplicité s’observe à merveille sur “Pousse au milieu des cactus ma rancœur” ou un Akhenaton rancunier et vengeur vient, sur un sample de “Le bon, la brute et le truand“, nous livrer ses sentiments ambivalents :”Enfanté dans l’amour, mes sentiments sont confus confluent dans le lit de mes rêves d’une pièce exiguë ma salive est empoisonné mes larmes sont de la cigüe”. Force est de constater qu’il y a souvent assez de haine pour refaire un monde dans certains textes de rap. Toutefois, si Rohff semble plus prompt à cultiver l’image du rappeur survolant le rap game (“Rap game“, “la grande classe“…) que celle de l’aède, du poète tisseur de mythes sociaux, Housni a su nous délivrer quelques tracks -dont le glaçant et poignant “Regretté“- ou l’angoisse de la mort prend le pas sur la fascination pour la violence et l’argent facile. Le MC, habitué des fanfaronnades sur BPM (“J’suis venu au monde en mode numéro un”, “En mode“) et des punchlines mordantes, se découvre et redevient un simple mortel devant l’évidence de la mort, invité sinistre lui ayant retiré tant de proches (dont le rappeur du collectif Mafia K’1 fry Las montana).

Incertain, hasardeux, souvent revanchard et aigri, le rap introspectif peut s’apparenter à une certaine poétique de la chanson grise (doit bien y avoir une cité qui s’appelle Verlaine en Ile-de-France…), à une complainte mélodique (ou mélodieuse) , dont le but premier n’est pas tant de dénoncer ou de divertir, mais bien de dire l’échec, l’incertitude et le désarroi, trouvant ainsi un public élargi. Afin de clôturer cet article sur une note guillerette, je vous laisse avec Fuzati, MC versaillais ayant une tendance somme toute fâcheuse à faire l’apologie du malthusianisme, et dont le titre même de son album phare (“La fin de l’espèce“)  évoque le refus biologique de procréer, album ou sa haine nauséeuse fait rage sur les productions léchées de Detect.