Sélectionner une page
TBS et la légèreté de la vie toulousaine

TBS et la légèreté de la vie toulousaine

Ah, la vie toulousaine quand on étudie à TBS… Laissez-moi vous parler d’un temps que les élèves de L3 ne connaissent pas. J’ai eu la chance d’intégrer TBS en septembre 2019. A l’époque, nous étions loin de s’imaginer qu’une pandémie allait mettre en pause notre frivole vie toulousaine. Mais à quoi ressemble la vie en temps normal ? Entre les événements de l’école et le cadre idyllique de la ville rose, croyez-moi, on ne s’ennuie pas.

 

« Au bord de la Garonne, au pied des Pyrénées… »

Ah, Toulouse… Les étudiants vous diront certainement que l’une des raisons qui les a motivés à s’installer à Toulouse, c’est le cadre de vie. Que serait Toulouse sans les quais de la Garonne, le jardin japonais, la place Saint-Pierre, la carte postale de la Grave ou encore la place du Capitole ? Nous autres à TBS cherchons encore la réponse. Ces lieux font partie intégrante de la vie d’un Tbsien. La place Saint-Pierre (communément appelée « place Saint-Pi ») avec ses bars (dont les plus fréquentés sont « Le Saint des Seins » et « Chez Tonton ») constitue le point de rendez-vous des étudiants de Toulouse. A ce propos, pour le session admissible 2019, je passais mes oraux le 21 juin, jour de la fête de la musique.  Après une journée bien mouvementée à passer les différents entretiens, j’étais bien content de m’aérer l’esprit en fin de journée. Après un bref passage au Foyer puis au Quoi Compans, les admisseurs nous ont emmenés à la place Saint-Pierre. La place était pleine à craquer, les bars l’étaient tout autant, la musique et les chants de TBS résonnaient en cette douce nuit d’été au bord de la Garonne.
J’ai mentionné le Foyer, lieu incontournable de la vie à TBS. Ouvert du lundi au vendredi de 17h à 21h, le Saint-Foyer (ou plus familièrement le Foy) est le bar tenu par les Tbsiens pour les Tbsiens. Toujours animé, le Foy change de décor au gré des différents afterworks organisés par les différentes associations de TBS. Ainsi, même si l’on n’est pas membre du Foyer, on peut occuper la fonction de barman ou barmaid le temps d’une soirée pour peu que l’on soit membre d’une des nombreuses associations de l’école. Pas mal, non ?
Mais TBS est rythmée par un autre événement phare de la vie étudiante : les cours de Business Analytics à 8h du matin le vendredi ! Quoi de mieux que de se réveiller pour apprendre les tenants et aboutissants de la loi de Student et l’interprétation du Khi-2 ? Je plaisante évidemment ! L’événement dont je souhaite vous parler est le JT. En quoi consiste le JT ? Il s’agit de la projection d’un film récapitulant les moments forts de la vie de TBS. Périodiquement, Hotsoft, l’association multimédia de TBS, privatise le grand amphithéâtre pour diffuser le JT. Les fidèles soldats d’Hotsoft sont toujours là, caméra à la main, pour enregistrer les frasques lors des soirées. Le JT est donc le moment de voir ce que l’on a raté lors des soirées et de rire de certaines situations cocasses…

« L’ESC existe il faut l’encourager ! »

Voici un extrait de l’hymne que tout Tbsien doit connaître :

Au bord de la Garonne
Au pied des Pyrénées
Dans une grande ville Toulouse s’est dessinée
Toulouse et son école
l’ESC existe il faut l’encourager !

Les occasions ne manquent pas pour encourager TBS. L’année commence en grande pompe avec le Tournoi Grand Ouest (TGO), une compétition rassemblant plus de 800 étudiants venus d’Audencia, Rennes SB, NEOMA Rouen, mais aussi TBS, qui intègre le tournoi cette année. Le Derby de la Garonne est une autre compétition phare. Il se déroule généralement au mois de décembre et oppose TBS à son Kedge. Inutile de vous dire que l’ambiance est au rendez-vous. Les Kedgeurs sont reçus comme il se doit à la place de l’Europe (place derrière le bâtiment Lascrosses) c’est-dire par les soldats de la Banda Tolosa qui s’époumonent à déclarer leur amour pour TBS. Bien évidemment, la compétition s’achève sur une SAT haute en couleur.
Néanmoins, TBS sait mettre à l’honneur ses artistes. La vie artistique et culturelle est très riche à Toulouse. La Commu (comédie musciale) organisée par le BDA au mois de décembre ne laisse pas les spectateurs de marbre. Joué au théâtre des Mazades, la Commu qui demande près d’un an de préparation est à la hauteur des attentes des spectateurs. Le BDA cordonne les acteurs, musiciens, les accessoiristes afin que tout se passe pour le mieux. Et le résultat est plus que satisfaisant. A la fois comique et émouvante, La Commu rivaliserait presque avec celles de Broadway. L’événement artistique majeur reste le Trophée Des Arts (TDA). C’est la plus grande compétition artistique inter-école en Europe. Ni les admis 2019 ni les admis 2020 n’ont pu participer à cet événement (pas à sa version classique en tout cas). Rassemblant les principales écoles de commerce de France, cet événement constitue une occasion pour retrouver ses anciens camarades de prépa. Toutefois s’il n’y avait pas eu les restrictions sanitaires liées la pandémie, le TDA 2020 se serait déroulé à Salou. De quoi laisser rêveur…

Toulouse, mon amour !

Voici un bref aperçu de la vie à TBS. Je pourrai énumérer d’autres événements comme les évènements organisés par RDVC tels que les conférences qui accueillent des personnalités politiques ou encore le concours d’éloquence Science Po Toulouse vs TBS. A cela, pourraient s’ajouter pêle-mêle les différents week-ends organisés par le BDEX (Urban Day, RAID, SEMINEIGE, SEMIMER), le SEMIVIN organisé par le Sup d’Œno. Mais cet article n’est pas exhaustif, loin s’en faut. Après tout, l’exhaustivité gâcherait le goût de la découverte. Mais vous ne regretterez sûrement pas d’être resté à Toulouse. Et vous exclamerez sans doute après avoir goûté les petits plaisirs de la ville rose : Toulouse, mon amour !

 

Par JP Castorix

Le TIMUN (Toulouse International Model of United Nations) c’est quoi ?

Le TIMUN (Toulouse International Model of United Nations) c’est quoi ?

Il s’agit d’une simulation onusienne où chaque participant représente un pays et doit défendre ses politiques et ses intérêts.

Au cours de plusieurs sessions, les délégués sont invités à débattre avec les autres délégués sur des problèmes internationaux afin de trouver des solutions appropriées. Cette expérience est l’opportunité de travailler son élocution, sa communication et de se familiariser avec les relations internationales et la diplomatie. Les simulations des Nations unies sont encadrées par des règles parlementaires, qui sont celles qui sont utilisées lors des réunions officielles de l’ONU, afin d’être fidèle aux institutions représentées. À la fin des simulations, des prix sont souvent décernés aux meilleurs délégués des comités.

 

 

Pourquoi le TIMUN ?

Les MUN offrent la chance aux étudiant.e.s de se mettre dans la peau d’un.une véritable diplomate aux nations unis le temps d’une journée. TIMUN est une conférence réservée aux étudiant.e.s  et organisée par les étudiant.e. s. rassemblé.e.s en délégations de 3 ou 4 délégué.e.s. Les étudiants représentent un pays afin de résoudre un enjeu fondamental des relations internationales, discuter, négocier, débattre, … Un véritable moment de rencontre entre universités et étudiant.e.s qui ont la possibilité de former des délégations transuniversitaires !

Ces simulations visent à promouvoir les droits de l’Homme, les compétences en communication et en relations internationales ainsi que les bases de la diplomatie. La sécurité collective a pour base fondamentale l’accord entre les nations. Elle suppose alors qu’aucun Etat ne prenne le dessus et soit une menace pour un autre. En effet la sécurité collective fait face à ce dilemme : garantir l’indépendance politique des Etats sans qu’un de ces derniers, ou un groupe d’Etats, impose son hégémonie sur la scène internationale et soit une atteinte à la souveraineté des autres Etats. La souveraineté s’exprime aussi par une indépendance politique et gouvernementale, des modes de gouvernement politiques qui prennent des formes différentes entre les nations mais qui sont soumis aussi à une politique mondiale.  Cette politique, c’est celle des organisations internationales qui peuvent s’imposer à elle et qui doivent faire en sorte que la politique des Etats puisse respecter des droits et obligations fondamentales que ce soit des droits de l’Homme, de la démocratie, etc… C’est tout cela qu’éprouvent et découvrent les étudiants lors du TIMUN.

 

 

Zoom sur le thème de l’année 2021 !

Pour la 9ème édition du TIMUN, le sujet au cœur des débat était : la place du nucléaire dans la transition écologique mondiale.

Le choix du thème a émergé naturellement au vu des besoins en énergie au niveau mondial qui ne font que s’accroître. Les prévisions démographiques mondiales estiment que l’on pourrait atteindre 2 milliards d’habitants terrestres d’ici les 30 prochaines années. Autant de personnes à loger, autant d’habitations à éclairer, autant d’usines de production à fournir en électricité, etc. Aujourd’hui encore 70% de l’électricité produite provient des énergies fossiles. Ces mêmes sources d’énergies sont la source principale d’émission de gaz à effet de serre, alimentant en grande partie le dérèglement climatique. Ce dernier affecte la planète entière sans distinction de frontières. Cela rend une réponse prise par des processus de coordination multilatéraux plus que nécessaires. C’est en cela que transition énergétique et transition environnementale sont des enjeux irrémédiablement concomitants. Il est donc nécessaire de repenser aujourd’hui notre rapport aux énergies. Aujourd’hui seulement 10% de la production d’électricité mondiale trouve son origine dans les combustibles minéraux. La source d’énergie primaire la plus productive de gaz à effets de serre, c’est à dire les combustibles fossiles qui doivent être raffinés ou brûlés pour émettre de l’énergie, correspondent à 63% de la production d’électricité mondiale.

Ce thème soulève les risques environnementaux mondiaux, des risques pour la sécurité mondiale et ceux de la prolifération de l’arme atomique.

 

 

Comment organise-t-on le TIMUN ?

Cette année a été une grande première pour le TIMUN qui s’est tenu pour la première fois en ligne. Il a fallu repenser l’organisation du TIMUN, des inscriptions, des formes de débats, …

Le pôle MUN organisateur en collaboration avec Sciences Po prépare ce que l’on appelle des Position Papers qui permettent aux participants d’accéder à une source d’information du pays qu’ils représentent. Les Position Papers donnent les informations indispensables et à connaître sur les pays participants (PIB, lignes rouges politiques, ennemis et alliés au sein de l’ONU, …).

Une fois la période des inscriptions terminée il faut former les délégations et leur attribuer le pays qu’elles représenteront. Le pôle organise également des situations de crise qui auront lieu au cours de la session et bousculera les débats. Cette année la gestion de crise concernait un tremblement de terre survenu à proximité d’une centrale nucléaire en Arménie. Les délégations doivent alors suspendre les négociations et trouver rapidement un terrain d’entente avec les autres pays afin de proposer une solution et un plan d’action commun à la crise.

Le travail ne s’arrête pas là puisqu’il est organisé une remise de prix à la fin des débats : meilleure délégation, délégation la plus coopérative, délégation la plus animée et d’autres.

Il existe de plus en plus de MUNs dans le monde car il s’agit d’un format unique et d’un moment privilégié pour les élèves participants, alors rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle édition du TIMUN !

 

 

Par Marie BESCOND

Le BDEX te réserve bien des surprises

Le BDEX te réserve bien des surprises

Bonjour à toi petit admissible. Tout d’abord, félicitations pour ton admissibilité, le meilleur reste à venir !

Le Bureau des Sports Extrêmes (BDEX) est l’association organisant des événements autour de différents sports. En effet, ceux-ci s’articulent autour de quatre thèmes : la neige, la mer, la terre et les sensations fortes. L’association permet de réunir les passionnés de sports extrêmes et de promouvoir ces derniers au sein de la Toulouse Business School.

 

 

Pourquoi lister BDEX ?

C’est le bureau qui fait battre le cœur de l’événement associatif. En quelques mots, en étant membre du Bureau des Sports Extrêmes, tu auras le privilège d’organiser 3 des plus gros événements de la vie associative de TBS. A savoir chronologiquement, le RAID, le SEMI Neige et le SEMI Mer. Sans oublier, l’Urban Day et l’Urban Night et la collaboration avec CheerUP pour organiser Into The Ride, le Pékin Express solidaire de l’école. Une fine équipe de 35 membres s’articulant autour d’un bureau et de 5 pôles est donc nécessaire pour mener à bien tous ces projets.

 

 

Ce qui vous attend pôle par pôle :

  • Le pôle neige : L’ambition du pôle neige est principalement de proposer un séjour à la montage accessible à un maximum d’étudiants. Le Semi Neige, événement incontournable de ce pôle réunit les étudiants autour des sports d’hiver. Le but secondaire du pôle neige est d’impliquer les étudiants de TBS dans le maximum d’événements de glisse et de sports d’hiver comme l’Altigliss de GEM.
  • Le pôle mer : Le pôle mer a lui pour objectif de faire découvrir aux étudiants de TBS les sports nautiques. L’événement principal est le Semi Mer. Il consiste à organiser un voyage de 4 jours à la mer avec de nombreuses activités nautiques : surf, kitesurf, bouées tractées, snorkelling et qui permet de faire le plein d’adrénaline.
  • Le pôle explore : Au pôle explore, on organise des événements sportifs en lien avec les massifs montagneux, les espaces boisés et la course à pied en général. Les sports mis à l’honneur sont la randonnée, le trek, l’escalade, le VTT … Son événement phare, le RAID, est un incontournable dans l’intégration d’un nouvel étudiant de TBS, en ayant pour but de dévoiler les fausses listes de l’année pendant des activités sportives telle que la course d’orientation. Le pôle explore soutient également l’association CheerUP dans l’élaboration du projet Into The Ride. Enfin cette année, un week-end découverte de l’Arrière-pays basque, à pied et en VTT est prévu.
  • Le pôle sensation : Le pôle sensation a à cœur de vous pousser dans vos retranchements, en 2021 c’est le moment de se sentir vivant. C’est pourquoi nous organisons de nouveaux événements ambitieux tels que le Ninja Terror ou Dompte ta façade qui ont pour objectif d’initier les TBsiens à une autre façon d’apprivoiser l’environnement urbain. Ces événements viennent compléter les multiples sessions skates et l’incontournable URBAN DAY/NIGHT qui plaira aux curieux des arts de rue lors de la semaine d’intégration.
  • Le pôle communication : Le pôle communication réunit nos membres les plus créatifs. Il permet d’apporter la meilleure visibilité possible des Pantherror et de leurs événements dans l’enceinte de TBS. C’est l’équipe de l’ombre de notre association qui met en lumière les enjeux objectifs du BDEX.

Le BDEX en 2021 c’est quoi ?

C’est énormément d’adaptabilité et de persévérance étant donné la situation sanitaire qui pousse la vie associative dans ses retranchements. Le Semi Mer a été annulé, le Semi Neige a lui été reporté en Décembre 2021. Les Pantherror ne se laisseront pas abattre par les événements et sont très optimistes concernant l’évolution de l’épidémie Covid19. Reposez-vous bien cet été, on vous attend motivés et préparés pour la Rentrée 2021 car il va falloir être à la hauteur de l’extrême !

 

Par Alexandre RAISSIGUIER et Guillaume GERMOND.

Anne Rivière dévoile les nouveaux succès de TBS

Anne Rivière dévoile les nouveaux succès de TBS

Le mercredi 10 février, les membres de RDVC ont eu l’opportunité de rencontrer Anne Rivière, directrice du Programme Grandes Écoles et des MSc de TBS. Une chose ressort de cette interview : TBS est la Business School française qui se démarque le plus à l’international dans le domaine de l’innovation.

 

En septembre 2020, Anne Rivière a été choisie par Stéphanie Lavigne et le comité de nomination de l’école pour devenir directrice PGE et MSc de TBS. Une nouvelle arrivante à ce poste amènera-t-elle de nouveaux changements ? « Il s’agit déjà d’un programme de grande qualité. Une force de ce programme, qui est déjà très bon, mais que l’on peut encore améliorer, est un équilibre entre l’excellence académique des professeurs et l’expertise professionnelle des alumni et intervenants qui viennent apporter leur expérience à nos étudiants. » L’employabilité des étudiants lui tient à cœur et Anne Rivière veut donc être « au fait de ce qui se fait dans les entreprises, organisations, cabinets qui vont employer nos étudiants de demain ». En effet, les cours enseignés par TBS sont un bon mélange entre l’excellence académique des enseignants-chercheurs et de l’expertise professionnelle des intervenants extérieurs. Ils sont donc les plus à même à enseigner aux étudiants ce que les futurs employeurs attendent d’eux.

 

Plusieurs critères font de TBS une école d’excellence : TBS assure à 100% de ses élèves un double-diplôme et est la seule école à le faire. Ces diplômes sont, soit en association avec d’autres écoles (Science-Po Toulouse, INSA, école des Mines…), soit des MSc qui sont reconnus à l’international. Ils « démontrent l’excellence académique [de TBS] et ajoute de la valeur aux compétences qu’ont acquises nos étudiants ». Anne Rivière insiste sur un élément « que les étudiants en classe préparatoire ne voient pas forcément, qui est l’importance de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) au sein des enseignements. Ces questions sont indispensables pour former les managers de demain ». En effet, TBS souhaite que ses étudiants « pensent la complexité au cœur des enseignements ». Dans ce contexte, elle en profite pour dévoiler le menu de l’année prochaine : une semaine des humanités « pour montrer comment différentes disciplines des sciences sociales peuvent aider à penser le management ». TBS délivre aussi des certificats d’excellence, qui assurent un niveau d’expertise élevé, pour « ajouter un petit plus » sur deux axes principaux : la RSE et la professionnalisation dans le consulting, les start-up et les big-data avec des partenaires forts de TBS. L’objectif est de « former des profils hybrides : des étudiants avec des capacités techniques et stratégiques ». Sans en faire des ingénieurs, ce certificat fournit aux étudiants des connaissances techniques suffisantes pour comprendre la complexité de ces domaines.

 

L’arrivée des prépa ECG est en train d’être débattue au sein de la BCE et est « au menu de début mars. On verra dans quelles mesures modifier la maquette des cours de L3. On regardera notamment de près la question des mathématiques : nous verrons pour instaurer des modules de renforcement pour les Masters en intelligence artificielle par exemple ». TBS reste très ouverte aux profils littéraires : que ce soient au sein des MSc, qui ont des diplômes plus axés littérature et culture que management, ou parmi les doubles diplômes, notamment celui de Sciences Po ou de l’Institut Catholique de Toulouse.

 

Que dire de TBS dans les classements français ? Alors que beaucoup d’écoles jouent sur le volume, en s’alliant et créant de nouveaux groupes d’écoles afin de gagner des places, Anne Rivière assure ne pas vouloir « jouer sur le volume, mais continuer à renforcer le modèle de TBS, notamment en faisant ressortir l’excellence académique des professeurs ». Les indicateurs internationaux sont bien différents des « classements à la française ». TBS vient de renouveler son accréditation de 5 ans par AMBA et a donc bien été reconduite par toutes les accréditations EQUIS, AACSB et AMBA. TBS a « gagné le championnat du monde de l’innovation pédagogique des Business School ». En effet, « au niveau international, notre programme d’innovation pédagogique Inspiring Guest vient de recevoir le prix AMBA de la meilleure stratégie d’innovation pédagogique ». Le dispositif SEMIS de TBS, que les étudiants ont pu découvrir au mois de mars, a été gratifié par le réseau Babson College de Boston, qui récompense les Business School sur leur programme d’entrepreneuriat. Il a reçu « un prix dans le réseau de Business School international », chose que seules 29 Business School dans le monde ont, et TBS est la seule école française à en être décorée.

 

Enfin, le nouveau campus verra le jour en septembre 2025. Ce dernier intègrera à 100% la RSE, puisqu’il entend bien « être un acteur engagé dans notre ville ». Il reprendra aussi les façons dont on travaille aujourd’hui « hybridation entre présentiel, distanciel, petits et grands espaces, équipements sportifs (qui manquent actuellement) ». En effet, Anne Rivière est consciente que le campus actuel de TBS fait très « années 80, ce qui a son charme, mais aussi ses limites ». « Compte-tenu de la qualité de vie à Toulouse », la direction a pris la décision de rester en centre-ville, craignant notamment que le campus soit rapidement délaissé s’il avait été plus excentré.

 

Anne Rivière a souhaité adresser un mot aux étudiants de prépa. Elle vous assure, et nous le confirmons, que « les années à venir sont des belles années, passionnantes, riches, où on s’amuse. Le jeu en vaut la chandelle ». A tous les futurs admissibles de TBS, sachez que « nous avons bien l’intention de garder les oraux en présentiel. Venez vivre cette expérience ! »

 

            Nous tenons à remercier Anne Rivière de nous avoir reçus et d’avoir répondu à nos questions. Il ne fait aucun doute qu’elle saura parfaitement défendre et préserver les intérêts des étudiants de TBS.

 

Par Elise CASADO

Vive La Radio Libre !

Vive La Radio Libre !

En janvier dernier, nous avons établi notre premier partenariat médiatique de l’année avec Radio Présence. Peu subventionnée et ayant une activité locale, l’objectif de cette démarche est bien de nous faire connaître à l’échelle locale. En effet, nous nous sommes engagés à faire connaître cette radio au travers d’articles, de podcasts et autres outils de communication. De leur côté, ils ont pris l’engagement de contribuer à accroitre notre notoriété en parlant de notre association, en diffusant des informations relatives à cette dernière au cours de leurs émissions. Avant de vous présenter plus en détail Radio Présence, je souhaiterais vous parler du monde de la radio, de son évolution au cours du temps qui est très dépendante du contexte politique. Vous comprendrez alors par la suite comment est né le projet Radio Présence.

 

Evolution du monde de la radiodiffusion

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale en 1945, la radiodiffusion comme l’ensemble des outils médiatiques audiovisuels, sont placés sous le contrôle de l’Etat. Hors service public, celle-ci ne compte que quelques stations périphériques telles que Europe 1, RTL ou encore RMC. Ces dernières bénéficient d’un peu plus de liberté que les stations de radiodiffusion publiques, tout comme certaines stations de radiodiffusion en ondes courtes provenant de l’étranger.

Les choses commencent à changer avec l’apparition du mouvement contestataire et révolutionnaire du mois de mai de l’année 1968. D’un côté, il y a une aspiration à plus de liberté et de l’autre, les gens prennent conscience que l’emprise de l’Etat sur les canaux médiatiques tels que la télévision et la radiodiffusion n’est plus admissible dans un pays démocratique comme la France. Parallèlement à cette contestation du contrôle étatique et à cet appel à la liberté, des avancées techniques majeures sont réalisées.

Parmi ces dernières, figure la modulation de fréquence pour la radiodiffusion qui donne lieu à une multiplication des stations. Cette nouvelle technique est une technologie de transition, en attendant le développement de satellites de télécommunication pour la télévision notamment. L’ensemble de ces transformations sociétales et innovations technologiques a amorcé le progrès vers davantage de liberté et de diversité jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir le 10 mai 1981, avec l’élection de François Mitterrand.

Un des points clés du programme présidentiel de François Mitterrand concerne la libération des ondes, de l’ensemble des médias de radiodiffusion. Un an après l’arrivée de la gauche mitterrandienne au pouvoir, une loi est votée le 29 juillet 1982, en faveur de la libération de la communication audiovisuelle. Cette loi marque la fin du monopole de l’Etat sur la radiodiffusion et la communication audiovisuelle. Le premier article de la loi en question affirme que « la communication audiovisuelle est libre ». Simultanément à la loi sur la libération de la communication audiovisuelle, est créée la Haute Autorité de la communication audiovisuelle en charge de « garantir l’indépendance du service public de la radiodiffusion sonore et de la télévision ».

La mission principale de cette Autorité consiste à nommer les présidents des sociétés nationales de radio et de télévision ainsi que de vérifier le respect des cahiers des charges. Les chaînes de télévisions et les stations de radiodiffusion publiques locales deviennent alors des entreprises, sociétés régionales.

 

Fondation de Radio Présence

En 1982, dans un contexte de libération de la radiodiffusion et de la communication audiovisuelle, le prêtre de Blagnac d’alors, jeune lozérien, décide de s’associer à une douzaine de personnes de différentes confessions religieuses, afin de fonder une radio associative qui cible principalement les parents d’enfants qui reçoivent une éducation religieuse, d’enfants « catéchisés » selon les termes employés par l’actuelle présidente de la radio, Blandine Piccinini au cours d’une récente interview menée par le site internet d’informations Actu Lot, qui relaie des faits d’actualités qui concernent le département.

Le curé à l’origine du projet souhaite diffuser des informations relatives à sa paroisse, par le biais des ondes de radiodiffusion. Au fil des années, la radio se développe et se structure sur la commune de Blagnac mais également sur l’ensemble de l’agglomération toulousaine. Elle accroît sa notoriété et se fait connaître du plus grand nombre. Les évêques de la région sont convaincus par ce projet de radio associative et proposent donc son extension à l’échelle de la région, sur l’ensemble de la province ecclésiastique.

En 1999, cinq stations de radiodiffusion se rassemblent et mettent en commun tous les moyens afin de collaborer et travailler ensemble. Elles ont un objectif commun qui est d’étendre la présence chrétienne dans tout le Sud-Ouest. Radio Présence, constituée de ces cinq stations de radiodiffusion, est alors fondée. Chaque station produit un programme et des émissions locales d’une durée de quatre heures à l’échelle de leur diocèse. Le reste du temps, des programmes et émissions communes aux cinq stations sont diffusés sur la plateforme mère, siège de Radio Présence située à Toulouse.

 

Activité de Radio Présence

       Radio Présence a diversifié ses émissions et ses programmes qui ne portent plus uniquement sur la foi. Elle diffuse des programmes traitant de l’actualité sociale, économique, politique et culturelle. Radio Présence se veut d’être un média de proximité à dimension humaine, animée par la motivation et la passion de ses salariés et de ses bénévoles. La plupart des départements dans lesquels Radio Présence est implantée sont des départements ruraux avec une faible densité démographique, ce qui rend le contact humain et la proximité avec les auditeurs encore plus importants. Ce qui tient le plus à cœur à Radio Présence et l’ensemble de ses collaborateurs, c’est de donner un éclairage aux questions de société en les abordant sous un angle libre et humaniste.

Aujourd’hui, la Radio compte près de 25.000 auditeurs quotidiens. Le nombre est en constante augmentation. Dix-neuf fréquences d’écoute sont désormais disponibles sur l’ensemble de la région pour permettre à tous les auditeurs et au plus grand nombre de pouvoir assister à la diffusion des programmes et des émissions.

 

Projets futurs

Plusieurs projets sont à l’ordre du jour comme celui de proposer de nouveaux programmes. Ces derniers mois, sont sorties de nouvelles émissions « Net 2021 », « De la formation à l’information », « Flash sur nos villages », « Les grands personnages de la Bible », « Les Saints de la semaine » et une émission sur la foi dans le diocèse. La qualité des émissions déjà existantes a permis d’augmenter le nombre d’auditeurs et de favoriser une écoute plus importante auprès de ces derniers.

Un autre projet important aux yeux de Radio Présence et de sa présidente Blandine Piccinini est celui de mettre en valeur les jeunes dans leur apprentissage en leur proposant des offres de stage afin de les immerger dans le monde de la communication radiophonique. Enfin, un troisième projet envisagé est celui d’amener une ouverture dans le domaine social et culturel et d’être présent, d’être acteur des événements organisés à Cahors et dans l’ensemble de la région.

Je tiens à remercier au nom de toute l’équipe de RDVC, Radio Présence et sa présidente Blandine Piccinini pour ce partenariat très enrichissant.

 

Par Nolwenn DALLAY

L’entrepreneuriat engagé chez Optimize

L’entrepreneuriat engagé chez Optimize

A new way of doing business

L’entrepreneuriat engagé est un phénomène que nous voyons se développer de manière exponentielle dans un monde où la mondialisation interroge. Dans ce contexte de remise en question de nos modes de vie, comment allier profit et respects environnemental et éthique ? En tant qu’étudiants, professeurs ou membres de l’administration d’une école de commerce, nous devons nous pencher plus sérieusement sur cette problématique.

Nous avons comme pris l’habitude d’entendre les mêmes remarques : les businessmen et les businesswomen sont des personnes motivées plus que jamais par le profit et le pouvoir. L’entrepreneuriat n’est fait que pour les personnes qui passent au-dessus de tous principes, qui n’ont pas peur de se salir les mains. Elles ne prennent pas en compte le réchauffement climatique ou encore l’exploitation des travailleurs. Money first.

Malheureusement, l’amalgame est trop facile et NON, l‘entrepreneuriat ce n’est pas ça. Certes, créer de la richesse peut vouloir signifier faire des bénéfices et enrichir l’entreprise pour la faire grossir au maximum. Mais créer de la richesse, c’est aussi, et avant tout, créer de la connaissance pour soi et les autres, développer des projets innovants utiles à une communauté et améliorer un monde où l’industrialisation, la productivité de masse et le pouvoir sont rois.

L’entrepreneuriat engagé propose justement d’explorer des chemins plus respectueux de l’homme et de l’environnement. Il apporte une solution durable qui permet de générer autant de profit que l’entrepreneuriat traditionnel tout en produisant davantage de retombées positives à différentes échelles et à différents niveaux.

C’est pourquoi, Optimize a, cette année, décidé de vous faire découvrir des entrepreneurs innovants à travers les conférences “RENDEZ-VOUS DES MARQUES ENGAGÉES”.

 

Optimize c’est quoi ?

Optimize, c’est l’association d’entrepreneuriat et d’innovation de TBS. Elle a été créée en 2016 par une dizaine d’étudiants volontaires et déterminés à promouvoir le monde entrepreneurial. Depuis, l’association a su trouver sa place auprès des autres associations de l’école mais aussi aux côtés de partenaires tels que TSM Consulting, Envol JE de l’ENAC, Vocation Media… Optimize a pour objectif de promouvoir, développer et renforcer les échanges entre les étudiants et les jeunes créateurs d’entreprises.

Notre association a eu l’opportunité de recevoir des entrepreneurs de talents, qui ont su innover sur le plan RSE :

  • Commençons avec Rodolphe Mondin et Julien Houssiaux, anciens élèves de TBS et cofondateurs de la marque MONDIN. Suite à un stage, Rodolphe a eu l’ingénieuse idée d’utiliser le marc de raisins français issus de vignobles locaux afin de créer du cuir végétal.
  • Thomas Delord, Léo Cabrol, Samuel Rocher, Maxime Bonneville et Thomas Bernard, élèves de TBS et fondateurs de la marque FRENCH SUDISTE ont pu bénéficier de la visibilité de l’association. L’objectif était de créer une ligne de vêtements en coton biologique qui mettent en valeur le Sud de la France en travaillant au niveau local avec une broderie et un imprimeur français, basés à Toulouse.
  • Elisabeth Rioux, influenceuse Instagram aux 1,7 millions d’abonnés et présidente-fondatrice de HOAKA nous a, elle aussi, fait l’honneur de nous accorder un live Instagram. Elle encourage le body positive par la diversité corporelle de ses modèles et propose une marque respectueuse de l’environnement avec ECO HOAKA.

De vrais entrepreneurs engagés !

Ainsi, l’association Optimize ne fait pas exception à la règle et est soucieuse des enjeux socio-environnementaux. C’est pourquoi de nombreux entrepreneurs engagés sont mis sur le devant de la scène. Nous sommes conscients de l’importance et de la nécessité d’intégrer ces problématiques dans les business models des entreprises d’aujourd’hui et de demain.

 

Par Cécile LABORIE