Sélectionner une page

Coupe du Monde 2022 : entre polémiques et succès !


Publié le 10 décembre 2022

Le 20 novembre, le coup d’envoi de la 22e coupe du monde de football au Qatar a été donné, une coupe du monde particulière tant elle fit couler d’encre dans les journaux bien avant son lancement et tant elle fut l’objet de critiques et de polémiques. Pourtant, alors qu’il n’y avait jamais eu autant d’appel à boycotter cet événement à cause des polémiques écologistes et sociales, dès la cérémonie d’ouverture et le premier match (Qatar-Equateur), tout tombe à l’eau ! TF1, qui diffuse la coupe du monde gratuitement, enregistre une audience de 5,13 millions de téléspectateurs, surpassant ainsi le premier match de la Coupe du Monde en Russie qui avait rassemblée 3,98 millions de spectateurs devant le petit écran. Hypocrisie française ? Négation des polémiques ? Amour des Bleus ? Comment expliquer ce décalage entre ce qui s’annonçait et ce qui s’est passé ?

Pour essayer de comprendre ce succès, revenons sur les polémiques qui auraient dû aller à son encontre.

 

Le Qatar et les polémiques

 

Le Qatar et la corruption

Ce qui est amusant avec cette Coupe du Monde, c’est que le public n’a véritablement commencé à régir aux polémiques que cet été. Or, il est connu de tous que le pays hôte de la Coupe du Monde est défini bien des années en amont du tournoi et en l’occurrence, il a été décidé que le Qatar accueillerait l’édition 2022 le 10 décembre 2010 ! Même si la plupart d’entre nous, étudiants, ne nous en souvenons pas, cette annonce avait déjà fait polémique à ce moment-là. En effet, si le choix pouvait être justifié par le fait que la FIFA désire toujours varier les lieux où a lieu son événement phare (après la Corée du Sud et le Japon en 2002, l’Allemagne en 2006, l’Afrique du Sud en 2010, le Brésil en 2014 et la Russie en 2018) ou encore par le fait que le Qatar ait les moyens financiers d’assumer l’organisation d’un tel événement, une polémique accusant le Qatar de Corruption avait vu le jour. Si encore aujourd’hui la vérité n’a pas encore vu le jour de par la complexité de ces affaires, il est indéniable que l’élection du Qatar a été pour beaucoup de votant l’objet d’un vote intéressé. Que ce soit par des achats de voix (par exemple, 3 membres africains du comité exécutif de la FIFA ont touché 1,5 million de dollars de la part du président du comité qatari en échange de leur vote) ou encore par intérêts politiques (comme en France où le président de l’UEFA de l’époque, Michel Platini, aurait été influencé par le président de la République Nicolas Sarkozy, qui avait alors dans le collimateur l’achat du PSG par le Qatar ainsi que d’autres promesses économiques). Finalement, en 2014, le Qatarien Mohammed Bin Hammam, président de l’AFC (Asian Football Confederation) et responsable principale de nombreux pots-de-vin (que lui considérait, de manière assez amusante, comme étant juste des cadeaux), est radié à vie de la FIFA pour corruption. Mais malgré tout cela, la Coupe du Monde restera au Qatar.

 

Le Qatar et les droits de l’Homme

En 2016, l’ONG Amnesty International lance une nouvelle alerte. Après la corruption, le non-respect des droits de l’Homme au sein des travaux organisés par le Qatar pour accueillir la Coupe du Monde. On retrouve ainsi dans ce rapport, des preuves de travail forcé de migrants, privés de leur liberté (par suppression de passeport), payés une misère (environ 220 dollars par mois) et travaillant dans des conditions des plus lamentables, faciles à imaginer dans un tel pays). Si le Qatar n’a pas au départ reconnu ses erreurs et les morts sur ces chantiers, il finira par reconnaître, le 29 novembre, entre 400 et 500 décès causés par la préparation de la compétition. Bien entendu, ces chiffres sont faux et les ONG, elles, décomptent plusieurs milliers de morts : un véritable désastre humain !

 

Le Qatar et l’environnement

Sans doute la polémique qui a fait le plus de bruit ! En effet, alors que le monde du sport sortait des, environnementalement, catastrophiques Jeux olympiques d’hiver de Pékin, une nouvelle catastrophe s’annonçait déjà à l’horizon avec cette Coupe du Monde au Qatar ! Et pourtant, nous avons probablement évité le pire ! Comme chacun sait, la Coupe du Monde de la FIFA a toujours été un événement estival ! Mais le Qatar y a fait exception ! Il était invraisemblable de faire courir les joueurs du monde entier dans un pays où la chaleur estivale peut atteindre aisément les 40°C. Déjà que l’hiver offre aux joueurs une température avoisinant les 25-30°C, l’organisation en été était inenvisageable ! Cependant, la température actuelle force tout de même les Qatariens à climatiser les stades, des stades à ciel ouvert ! Par ailleurs, chaque jour, plus de 160 vols décollent du pays pétrolier afin de loger les supporters chez ses voisins, n’ayant pas des capacités hôtelières suffisantes. Bref, une empreinte carbone catastrophique estimée à 3,6 Mt (le double de celle de la Coupe du Monde 2018) !

 

Le Qatar : les femmes et l’homosexualité

Dans les autres polémiques, on retrouve également celles autour de la non-reconnaissance de l’homosexualité et du droit des femmes. Le Qatar est un pays musulman à tendance radicale et, à ce titre, le pays se devait d’accueillir l’événement sportif dans le respect des valeurs du pays et de la religion. Tous les signes LGBT n’ont donc pas lieu d’être ou même d’apparaître dans les lieux publics, stade compris, au sein du pays. Malgré la tentative de certains joueurs et de certaines équipes afin de représenter la communauté LGBT dans ce lieu de restriction de droit, le Qatar restera fermé sur sa politique religieuse et donc sur le comportement que les supporters et les joueurs devront avoir sur le territoire.

De la même façon, la liberté des femmes est restreinte au Qatar. Hors de question là-bas de mettre en avant un décolleté trop profond ou bien même un vêtement ne couvrant pas assez le corps de la gente féminine.

 

Comment expliquer le succès ?

Ainsi, en repassant toutes ces polémiques et en admirant le tableau bien sombre présenté par le Qatar pour cette édition 2022 de la Coupe du Monde, on ne peut que comprendre les demandes de boycott que l’on a pu voir partout sur Internet. Que ce soit par le non-respect des droits de l’homme, des femmes, de l’homosexualité, de l’environnement et de l’honnêteté. Le Qatar a réussi l’exploit de commettre toutes les erreurs que le monde occidental ne veut plus voir dans notre 21e siècle. Et même si la couverture est d’un peu moins sale qu’annoncé, la Coupe du Monde au Qatar reste une catastrophe de notre point de vue d’hommes vivant dans des pays développés. Mais alors pourquoi le succès ?

Le succès de la Coupe du Monde au Qatar n’a finalement peut-être pas tant de choses que ça d’étonnant. Par exemple, l’affluence sur le premier match n’a rien d’étonnant vu toute la publicité que les polémiques ont fait de l’événement. Les journaux et les réseaux sociaux nous ont décrit une situation tellement catastrophique, que l’homme, avec son esprit de contradiction qui lui est propre, n’a pas su résister à l’envie de voir comment cela allait réellement se concrétiser !

Certes, sur le papier, la Coupe du Monde au Qatar est mauvaise. Mais cependant, serait-ce la première fois que l’homme se met à adorer une chose mauvaise pour le monde, et même parfois pour lui ? Finalement, la consommation de la Coupe du monde est similaire à celle d’une bouteille de Coca Cola: boisson abusivement sucré, potentiellement cancérigène, causant l’obésité et le diabète… mais qui, malgré ça, est toujours plaisante à boire, seul ou entre amis, et cela depuis des dizaines d’années ! En effet, l’homme parfois tendance à faire passer ses plaisirs avant la morale terrestre. He oui, parfois, il va fumer une cigarette, manger McDo, acheter des bêtises made in China, boire une bouteille de Coca, et regarder une coupe du monde qui n’est pas éco-responsable ! Le football a toujours eu cette puissance de rassemblement des foules, d’unification derrière un drapeau, une équipe, créant un sentiment national unique en son genre et ce sentiment est un des plus purs et sains dans notre monde tendant vers l’égoïsme. Alors non ! Il ne faut pas boycotter cette coupe pour des erreurs du passé ! Plutôt que de s’accrocher à ses penchants négatifs, prenons en le positif ! Rejoignons nos amis, nos compatriotes, nos compagnons supporters et profitons de cet événement fédérateur ! Il n’y a maintenant plus qu’à espérer qu’il s’agit là de la dernière coupe du monde causant autant de problèmes !

 

Par Grégoire KAEPPELIN

1 Commentaire

  1. Adrien Javoy

    « Le Qatar a réussi l’exploit de commettre toutes les erreurs que le monde occidental ne veut plus voir dans notre 21e siècle. »

    Je suggère un bombardement massif du Qatar au nom des droits de l’Homme et de la paix dans le monde.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.