Sélectionner une page

Election brésilienne 2022


Publié le 12 novembre 2022

Préambule  

 

Le mois dernier, les Brésiliens étaient appelés aux urnes pour élire leur nouveau président dont le scrutin est décisif pour la population brésilienne. 

Au cours de cette campagne, la population brésilienne a dû faire face à de nombreuses désinformations diffusées sur les réseaux sociaux constituant pourtant la principale source d’information des Brésiliens. Ainsi, certains Brésiliens ont donc pu être induit en erreur sur les intentions de chacun des deux candidats. 

Cette année, Lula et Bolsonaro sont les deux principaux adversaires. En effet, il y a 4 ans, lors de la précédente élection, Lula n’avait pu se présenter puisqu’il avait été incarcéré pour des faits de corruption entre avril 2018 et novembre 2019. En 2021, la Cour Suprême a annulé la condamnation ce qui lui a permis de récupéré tous ses droits politiques.  

 

 

Mandat de Bolsonaro  

 

Lors de son élection en 2019, Bolsonaro avait pour projet de déconstruire ce qui avait été fait par les précédents présidents depuis le retour de la démocratie au Brésil en 1988. 

La déforestation de l’Amazonie a progressé de 75% ; les terres indigènes ont subi de nombreuses invasions ; et la possession d’armes à feu a explosé de 474% en 4 ans. 

Au fur et à mesure de son mandat, le gouvernement est devenu de plus en plus autocratique en partie au moment de la pandémie où il a été vivement critiqué pour sa gestion de la crise. En effet, le président ne s’est pas inquiété de l’ampleur de la pandémie et a longuement réfuté l’idée de mettre en place un confinement national. Le pays a donc gravement été touché par la crise sanitaire qui a fait pas moins de 685 000 morts.  

Aujourd’hui, le président sortant est la cible de plusieurs enquêtes et est menacé d’inculpation pour « crime contre l’humanité » face à son manque d’empathie devant la souffrance du peuple lors de la pandémie. 

 

 

Premier tour 

 

11 candidats se présentaient cette année aux élections présidentielles Brésiliennes. Ce 2 octobre, 93% des Brésiliens ont voté pour Bolsonaro ou Lula reléguant ainsi les 9 autres prétendants à l’arrière-plan. De nombreux sondages donnaient Lula vainqueur dès le premier tour, mais cela n’a pas été le cas, imposant ainsi 4 semaines supplémentaires de campagnes aux deux favoris. Ce jour-là, les Brésiliens élisaient également les députés fédéraux, un tiers des sénateurs ainsi que les gouverneurs des 27 Etats et les députés régionaux. Une journée marquée par des choix cruciaux pour la population Brésilienne.  

 

Deuxième tour  

 

Le dimanche 30 octobre a eu lieu le second tour des élections qui opposait Lula à Bolsonaro. Selon la Tribune Supérieur Electorale, Lula a été élu à 50,9% des suffrages. Il remporte donc son troisième mandat 11 ans après ses deux mandats présidentiels de 2003 et 2010 et sera investi le 1er janvier 2023. 

Il aura fallu attendre deux jours pour que Bolsonaro sorte du silence et reconnaisse à demi-mot sa défaite durant une conférence de deux minutes dans laquelle il remercie également les Brésiliens qui ont voté pour lui. Il dénonce cependant une supposée fraude électorale mais ne compte pas aller à l’encontre de la constitution. Par ailleurs, le principal ministre de Bolsonaro, Ciro Nogueira, a déclaré que le président sortant l’avait autorisé à entamer la transition avec l’équipe du président Lula ce qui peut être considéré comme une acceptation des résultats de la part de Bolsonaro.  

 

Les nombreux défis du président élu 

 

Lula aimerait revenir sur les politiques de réduction des inégalités qui ont fait sa réputation lors de son précédent mandat. En effet, le Brésil est lui aussi confronté à une inflation élevée qui affecte des dizaines de millions de Brésiliens. Parmi eux, 33 millions sont confrontés à la famine et plus de la moitié de la population vit dans l’insécurité alimentaire. On comptabilise aussi plus de 10 millions de chômeurs au sein du pays.  

Dans un contexte politique très tendu au Brésil, Lula va devoir composer avec un Congrès très conservateur. En effet, le 2 octobre dernier, les Brésiliens ont renouvelé l’entièreté de la Chambre des députés ainsi qu’un tiers des sièges de sénateurs permettant à l’extrême droite de progresser au sein du Congrès. Par ailleurs, la moitié de la population est en désaccord avec les résultats de l’élection. Lula va donc devoir réunifier le pays afin d’éviter tout débordement de la population pour la suite de son mandat.  

Mais l’avenir s’annonce positif pour Lula qui reprend les idées de ses précédents mandats tout en y ajoutant de nouvelles pour faire face à la situation actuelle du pays. Son programme a de quoi donner beaucoup d’espoir aux Brésiliens puisqu’il a souvent eu un impact positif sur leur vie lors de ses précédents mandats notamment grâce à la lutte contre la faim, la pauvreté et la destruction de l’environnement. Lula pourrait aussi renforcer les relations internationales. 

Enfin, d’un point de vue géopolitique, le Brésil devient le cinquième pays d’Amérique Latine à être dirigé par la gauche. Cette élection montre ainsi que la démocratie résiste sur le continent.  

 

Par Ambre LE RAY

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.