Sélectionner une page

Comment devenir suffisamment stupide


Publié le 8 octobre 2021

Pour savoir comment devenir suffisamment stupide, il faudrait d’abord définir ce qu’est un niveau « suffisant » de cet attribut enviable. Pour ce faire, la première étape consiste à se demander pourquoi nous voulons nous décerner cette médaille et mesurer soigneusement notre ambition, fonction directe de notre âge et de notre stupidité passée, en supposant toujours que nous sommes en réalité plus capables de stupidité que nous ne le pensons.

Il existe une myriade de raisons pour lesquelles on pourrait souhaiter entrer dans ce cercle envié. Chaque personne est différente et aura des raisons différentes de se fixer cet objectif. Certaines personnes, notamment les mâles de notre espèce, le voudront pour le statut reproductif qu’il leur confère. En effet, plus leur niveau de stupidité est élevé, plus les stupides femelles voudront copuler avec lui. D’autres aspireront à ce poste en raison des avantages économiques que procure le fait d’être admiré par un groupe de personnes stupides. Peu importe votre motivation, tant qu’elle est suffisante pour vous faire sortir du lit le matin, prêt à être plus stupide que les autres.

Nécessairement, comme dans tout jeu itératif dans lequel l’habileté est une composante cruciale, une hiérarchie visuellement injuste se formera, et ce sera une hiérarchie dans laquelle les plus performants seront nécessairement les plus stupides. Et si bon nombre des attributs qui ont permis aux stupides d’atteindre le sommet leur ont été conférés par la Fortune divine – par exemple ceux qui ont été récompensés d’injuste manière par la loterie génétique – le facteur le plus important pour atteindre le sommet des stupides est, et restera, toujours l’autodiscipline correctement ciblée.

Le conseil que je vais vous donner aujourd’hui est de choisir le bon domaine d’expertise pour développer votre stupidité. L’astuce consiste à trouver le domaine le moins compétitif possible et un domaine dans lequel vous trouvez excitant de faire des bêtises tous les jours (c’est crucial, car si vous n’avez pas la motivation nécessaire, vous n’atteindrez jamais le sommet). En effet, ces domaines d’expertise sont extraordinairement difficiles à trouver, car dans un système de libre pensée comme le nôtre, lorsqu’une personne trouve un domaine où la concurrence est faible, des personnes stupides arrivent immédiatement en masse et nivellent à nouveau le marché.

C’est précisément pour cette raison que je vous conseille de combiner deux domaines de spécialisation afin de réduire la concurrence. C’est une conséquence directe du fait que l’intersection de deux ensembles non identiques est nécessairement plus petite que l’un ou l’autre des ensembles. Imaginez, par exemple, que quelqu’un veuille être le chanteur de hip-hop le plus stupide de tous. Naturellement, la concurrence est rude, car l’ensemble des personnes stupides qui veulent faire du hip-hop est énorme. Mais maintenant, imaginez que vous voulez être le plus stupide chanteur de hip-hop sans une oreille. D’un seul coup, la concurrence est considérablement réduite. Vous pouvez faire, disons, les mathématiques dans la littérature, le droit dans la pâtisserie, la danse inspirée par l’architecture, etc. Vous trouverez très vite que la concurrence est presque nulle.

Prenons un exemple de littérature avec mathématiques. Un jour, dans une cafétéria universitaire, j’ai rencontré un type appelé Juan, obsédé par la façon dont Borges mettait les espaces entre les mots. Il avait passé dix-neuf ans de sa vie à analyser non pas les mots de ses livres, mais les minuscules espaces que l’écrivain argentin mettait entre eux. Chaque matin, il se levait tôt pour travailler sur son projet. Au fil du temps, il avait trouvé un modèle mathématique qui, si je me souviens bien, formait une fonction presque cyclique lorsqu’il était rapporté à la température du jour où l’auteur avait mis la ligne sur le papier. Bien évidemment, il a utilisé pour cela le service d’APIs ouvertes des écrivains de l’Université de Genève. Mais ce n’est pas tout : grâce à un algorithme de machine learning, il a pu prédire la fréquence des espaces entre les mots que Borges aurait écrits s’il était encore en vie aujourd’hui ! À ce jour, je n’ai jamais rencontré une intersection plus stupide de deux domaines de connaissance que celle-là. Son dernier livre, Les poèmes vides de Borges au printemps du XXIe siècle, compile les espaces entre les mots des poèmes que Borges aurait écrits s’il avait été à Genève – vivant, bien sûr – au cours des vingt et une dernières années. Le livre est exquis. Naturellement, je suis devenu un fier ami de ce monsieur très stupide. Notre amitié est telle qu’à Noël, il m’a offert un exemplaire dédicacé avant publication. Et sans vouloir me vanter, l’homme a inclus sur la première page les espaces blancs d’un autographe que Borges lui-même aurait écrit pour moi le jour même où j’ai reçu le précieux cadeau.

Il suffit que cet homme mentionne une fois ses prouesses pour que tout le monde pense : « quel idiot ». Mission accomplie. Il va sans dire que toutes les femmes du département de littérature moderne, étudiantes et professeures, ainsi que quelques agrégées de mathématiques discrètes et étudiantes occasionnelles en biologie marine, mouraient toutes d’envie de coucher avec lui.

Vous n’avez pas besoin d’être stupide en littérature latino-américaine et en algorithmes d’intelligence artificielle. Trouvez simplement le domaine qui vous passionne le plus et dans lequel vous êtes légèrement plus stupide que les autres. Trouvez ensuite un deuxième domaine qui, sans être votre préféré, possède également une certaine capacité de stupidité. Travaillez avec discipline à l’intersection des deux et rappelez-vous que l’important est d’avoir une direction à suivre et de devenir un peu plus bête que vous ne l’étiez la veille. Lorsque les autres commenceront à vous considérer comme un idiot, vous saurez que vous êtes sur la bonne voie. Puis, un beau jour, vous vous retournerez et découvrirez le dur chemin que vous avez parcouru. Puis, le torse gonflé de joie et les yeux grands ouverts vers le ciel, vous réaliserez que vous êtes devenu le président d’une république ou, du moins, que, sans être le type le plus stupide de la planète, vous êtes suffisamment stupide pour en être fier. Cela vous donnera la motivation nécessaire pour continuer à dire des choses stupides tous les jours. Et donc, ce moment où vous vous trouverez motivé comme un motif perpétuel, sans besoin de modèle et ne tenant compte que de votre divin dessein, ce moment où votre propre volonté vous tiendra galvanisé chaque matin avec l’intention de dire quelque chose de plus stupide que la veille, c’est le jour où vous découvrirez, cher lecteur, qu’il n’y aura jamais assez de stupidité.

 

 

 

Par Alejandro Avila-Ortiz

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.