TBS PRESS

Qui sommes-nous ?

Une dizaine d’étudiants ultra motivés d’horizons divers qui se rencontrent ça donne ça : un blog éclectique, alimenté chaque semaine, et qui s’adresse à toi, oui toi, petit étudiant de TBS qui as soif de curiosité !

Archives

Comme pour la plupart des grandes tragédies du monde, on explique généralement l’arrivée des principales maladies sur Terre par la mythologie. La curieuse Pandore, envoyée par Zeus sur notre belle planète comme un cadeau empoisonné des dieux olympiens, en ouvrant la boîte éponyme, aurait ainsi, au moins de manière fictive, libéré avec elle les maux les plus terribles qui y étaient sordidement renfermés. Qu’on y accorde du crédit ou non, dans tous les cas, la maladie a toujours été indissociable du genre humain. Parmi toutes les populations du monde, au cours de toutes les périodes de l’histoire, la maladie a fait l’objet d’une lutte parfois quotidienne, souvent dramatique. Comment, en effet, combattre une source de danger invisible à l’œil nu, tenant davantage du paranormal que du réel ? Certes, les progrès de la médecine ont permis de jeter les bases d’une prévision plus optimiste pour l’avenir, tendant à dépeindre de plus en plus la maladie comme une menace propre à des temps anciens, immémoriaux et à des sociétés profondément archaïques. Et pourtant, alors même que certaines pathologies demeurent encore incurables, une menace plus grave semble peser sur la survie humaine. Ces maladies ne sont pas individualisées et individualisables, elles sont capables de se propager, d’infecter des êtres humains par centaines et qui sait, si elles le peuvent pour quelques centaines de personnes, pourquoi ne le seraient-elles pas pour quelques milliers, quelques millions voire quelques milliards ?

La maladie fait peur, angoisse, mais la pandémie – l’extension géographique d’une épidémie – constitue un des grands cauchemars de la pensée humaine. Et quoi de plus logique, lorsqu’on sait qu’une maladie, extrêmement virulente, est capable de se propager sans un minimum de précautions hygiéniques ou de mesures d’isolement. L’homme du XXIème siècle regarde avec un léger sourire, un mépris et une indifférence condamnable les grandes pandémies qui ont jalonné les siècles précédents, médisant sur les solutions adoptées pour contrer ces divers cataclysmes génétiques. Mais notre siècle n’est pas celui de la curabilité automatique, celui des solutions forcément pertinentes, et à la différence de ces siècles antérieurs, notre démographie planétaire paraît être l’épicentre de notre propre faiblesse. Notre interdépendance économique et notre mondialisation effrénée, mettant en mouvement des ressources et des hommes en quantité considérable à l’échelle internationale, traversant à une vitesse foudroyante les frontières, plus que jamais poreuses, risque de représenter la source de notre propre annihilation. D’ailleurs, les cas épidémiques récents ne viennent pas infirmer cette inquiétante perspective. Le SRAS a causé à lui seul 132 morts dans le monde selon les statistiques et pas moins de 5 300 personnes contaminées et Ebola peut atteindre un taux de létalité de 90% des personnes infectées. Du reste, que penser du coronavirus chinois ? Surnommé pour le moment 2019-nCoV, il a déjà tué 470 Chinois et contaminé près de 24 000 personnes à travers le monde (chiffres officiels au mercredi 5 février 2020), suscitant des angoisses fondées, suffisantes pour nous demander si nous sommes bien prêts à faire face à une pandémie globale.

Une brève radiographie historique des pandémies et de leurs conséquences : état des lieux

L’Histoire regorge de cas de pandémies qui se sont révélés désastreux pour l’évolution de l’humanité. Du choléra, qui a sévi à sept reprises dans des proportions effroyables, jusqu’à la peste noire ayant causé l’extinction de 30 millions d’individus – soit de 30 à 50% de la population européenne au XIVème siècle – en passant par la variole et le VIH, les pandémies ont connu une ampleur indescriptible. Mais ce qui est le plus à craindre, c’est que la plupart de ces pathologies ne doivent pas être considérées comme éradiquées ; bien au contraire, certaines d’entre elles reviennent, parfois même avec une mutation qui renforce leur létalité. C’est ce qui a caractérisé la grippe espagnole de 1918-1919, dont la sévérité était due à un renforcement de la grippe saisonnière H1. Dans la majorité des cas, la mise en quarantaine a été la mesure phare instaurée pour lutter contre la transmission de la maladie à tel point que l’on considère généralement la lèpre comme l’une des situations les plus liées à ce mode de défense. En outre, certaines maladies, potentiellement guérissables, développent des résistances multiformes et persistent malgré leur ancienneté. C’est le cas de la tuberculose, une des 10 premières causes de mortalité dans le monde, qui touchait encore en 2018 jusqu’à 10 millions de personnes et en tuait 1,5 million.

Alors que faire ? Evidemment, si vaccinations, traitements et précautions sont de rigueur pour des maladies notoires, sommes-nous capables de gérer une nouvelle épidémie inconnue et extrêmement violente en même temps qu’extrêmement contagieuse ? Hélas pour nous, nombreux sont les éléments qui poussent au pessimisme. Ainsi, depuis les moyens employés pour contrer Ebola en 2014, les investissements engagés pour lutter contre une maladie n’ont cessé de baisser pour atteindre désormais leur niveau le plus bas, c’est-à-dire une diminution de 50% des budgets alloués à la sécurité sanitaire. Les financements reculent aux Etats-Unis notamment, eux qui représentent pourtant le centre névralgique de la coopération internationale pour la lutte contre les pandémies mondiales. Or, cette dégradation survient à un moment où la potentialité d’apparitions de maladies zoonotiques est au plus haut. Ebola vient effectivement de se déclarer de nouveau en Afrique, cette fois-ci en République Démocratique du Congo et la Chine semble constituer un nid à pathologies entre le nouveau coronavirus et le renouvellement des épidémies de H7N9. Sachant que la Chine dispose de son propre Centre de détection et de préservation des maladies, ce qui n’a pas empêché le virus de s’étendre et de s’exporter, à quoi devons-nous nous attendre lorsque 30 000 individus traversent quotidiennement le Pacifique et que le surpeuplement guette ? La crainte est fondée, surtout lorsque de nombreuses études estiment que les outils de santé publique de base perçus comme indispensables pour affronter une pandémie sont à 90% insuffisamment développés afin de répondre à la prochaine grande maladie infectieuse.

Ebola et le coronavirus chinois, des cas isolés ou des exemples concluants et annonciateurs ?

Xi Jinping, l’actuel président chinois, a affiché une fermeté claire face au 2019-nCoV, déclarant lors d’une rencontre avec le directeur général de l’OMS à Pékin : « L’épidémie est un démon. Nous ne permettrons pas au démon de rester caché. » Aujourd’hui, malgré les performances et les avancées de la science, il est impossible de déterminer toutes les maladies. Néanmoins, leur quantification reste possible et certaines estimations évalueraient le nombre de virus capables de contaminer des mammifères à plus de 320 000. Malheureusement, comme toute recherche scientifique, leur détermination coûterait 6 milliards de dollars. A la place, les incertitudes pleuvent. Quelle sera la prochaine pandémie, son ampleur, ses dommages ? Nous n’en savons rien. Sa prédiction relève encore de l’irréaliste bien que la piste du virus transmis par un animal reste la plus vraisemblable, elle qui est à l’origine des deux dernières pandémies globales. En un siècle, un peu plus de 330 maladies infectieuses se sont déclarées parmi lesquelles 60% étaient induites de pathogènes zoonotiques. Trois facteurs doivent en fait être réunis pour favoriser un développement infectieux : une population dense, une biodiversité pléthorique et un changement d’emploi des terres. La Chine, au même titre que l’Afrique de l’Ouest, constitue une zone géographique particulièrement exposée à ce mélange mortel. L’épidémie de SRAS, qui est apparue à Hong-Kong en 2002, dans un des territoires les plus densément peuplés du monde – 6 350 habitants au km2 en 2000 – a posé les bases d’un modèle qui risque de se reproduire à l’avenir. Le surpeuplement et le réchauffement climatique rendront ainsi de nouvelles populations aptes à contracter des maladies, par souci d’accroissement de la promiscuité et des animaux vivants dans des zones géographiques chaudes comme les moustiques.

La pandémie, notre apocalypse ?

Une des rares satisfactions vis-à-vis de la menace pandémique concerne sans aucun doute le taux de couverture vaccinale. La plupart des pays ont en effet établi des stocks de vaccins conséquents afin de mener une lutte sans merci contre les principales maladies. Même dans les régions les plus reculées, le taux de couverture s’est accru, constituant une réelle prouesse et une belle promesse pour l’avenir de l’humanité. Mais les résultats probants obtenus face aux dernières maladies et les rêves d’une nette amélioration sont venus se briser face à la dure réalité économique. Stephen Hawking n’avait-il pas lui-même accordé un de ses chapitres aux pandémies globales dans ses théories sur l’extinction de l’humanité ? Et comment ne pas lui donner raison lorsque le spectre de l’insécurité sanitaire plane ? Le monde n’est pas prêt pour combattre sa prochaine pandémie. Les exemples de virus génétiquement modifiés viennent accentuer chaque jour davantage cette conclusion funeste quand ce n’est pas l’ombre d’une guerre biologique mondiale.

Raphaël DELAGNES