Sélectionner une page

Texte de « LIB » – Vide – Concours de la meilleure plume TBS 2017


concours-meilleure-plume-tbs-2017
Publié le 30 avril 2017

Des mois qu’ils s’agitent … Ils gesticulent et brandissent un espoir à des pauvres gens qui croupissent dans l’ignorance … Dans toute la France, ici et ailleurs, ils s’en vont répéter ce qu’on veut bien entendre … Partout où ils peuvent aller, ce n’est que rabâchage, lecture de leur missel de campagnes … C’est désespérant, affligeant, désolant. Qu’elles sont belles leurs affiches. Toute une communication comme on vendrait du jambon, comme on solderait des aliments sous vide.

Des idées, ah oui qu’ils en ont des idées. Ils en ont plein partout, ils les crient, ils les lancent, ils les adaptent. L’important c’est toujours que le crétin moyen y trouve son compte, qu’il rentre chez lui convaincu du rayonnement d’un personnage aussi transparent qu’une vitre sans tain. Après tout, il faut bien vendre du rêve, brader de l’espoir.
Même les mots n’ont jamais été aussi lourds. Notre langue, notre belle langue est dépecée de tout sens. On communique désormais plus que l’on parle, on entend désormais plus qu’on écoute. La langue de Molière, de Camus et de Céline est désormais le corps d’un lépreux auquel on arracherait des lambeaux entiers. Il ne reste que du creux, du sens nu. Notre langue est nue. « L’étranger » n’existe plus. « L’aveugle » est « non-voyant ». « Le handicapé » est à mobilité réduite et notre langue à destruction infinie.
Revenons-en à nos moutons. Enfin d’abord à nos bergers. D’aucuns sont gaullistes … Il a bon dos le Général. Il est garant de toute leur bassesse, il est la caution solidaire de tous ces pitres. L’homme du 18 juin leur garantit un débarquement gagnant sur la scène théâtrale qu’est devenu notre pays tout entier.
Et puis même de l’autre côté de la barrière, les convictions pèsent peu lourd. « Ni lui, ni elle, ni eux ». La démocratie qui revêt les tristes habits de la télé-réalité. Envoie « Président » au 6 12 12. Les vestes se retournent aussi rapidement qu’une fille de joie bénévole. République. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.
On peut au moins être sûr de ça. On peut au moins retirer quelque chose de tout ça. Le vide. C’est le vide qu’ils inspirent. Le vide des idées, le vide de tout. On se surprend à regarder dans le rétroviseur de notre Histoire, un rétroviseur sale par endroit, qu’on pensait avoir rangé au grenier des idées. Il n’a jamais paru aussi brillant.
A vide d’espoir nous restons, avides de pouvoir ils sont.
LIB

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.