Sélectionner une page


Publié le 20 novembre 2014

                         Le prix du progrès

D’après une étude réalisée dans 30 pays par la multinationale Millward Brown spécialisée dans les médias et la communication, un utilisateur de smartphone passe en moyenne environ deux heures et demie les yeux rivés sur son nouveau partenaire social. Hier réservé aux passionnés de nouvelles technologies, le smartphone a su se démocratiser jusqu’à supplanter aujourd’hui la télévision aux yeux des accros aux multimédias. Il faut dire que le smartphone décline désormais un large panel de fonctionnalités qui sait nous faciliter la vie : à quelle heure passe mon bus ? Quels cours ai-je ce matin ? Quelles sont les dernières actualités ? Combien reste-t-il d’argent sur mon compte en banque (éternelle question de la fin de mois pour l’étudiant) ? Jusqu’à cette dernière lubie qui voudrait conférer au smartphone des vertus sociales. Comment donc exister dans ce bas-monde sans être connecté à la sphère sociale virtuelle ?
Car oui, vous êtes, nous sommes nombreux, et ce chiffre ne cesse de s’accroitre, à accorder une prime importance aux réseaux sociaux et à leur partenaire de prédilection : le smartphone. Outil de sociabilisation, ce dernier permet de poster n’importe quel moment de nos vies sur Instagram, de réagir à tout et (surtout) n’importe quoi sur Twitter, de montrer l’ampleur de nos relations sociales et de nos sorties culturelles sur Facebook ou Snapchat… Mais tout ceci a un prix. S’il nous rapproche de ceux qui sont loin de nous, le smartphone impose aujourd’hui une distance difficilement franchissable avec ceux qui nous entourent. Le smartphone produit une bulle, place l’utilisateur dans un cocon qui le coupe du monde extérieur.
En effet, bien pratique pour échanger et entretenir ses relations de longues dates lorsqu’il s’agit d’un étudiant ayant quitté sa ville natale pour une contrée lointaine, le smartphone se révèle être la kryptonite de Monsieur tout le monde. Le plus grand pouvoir de l’Homme n’est-il pas justement d’être humain ? De s’ouvrir aux autres et de découvrir ses semblables ? De tisser des liens avec ceux qui l’entourent ? Aujourd’hui le smartphone est le rempart à autrui, une arme d’inhibition massive. Le super-héros moderne est finalement celui qui sourira dans le métro, qui s’assiéra à côté de vous, qui vous parlera sans autre arrière-pensée que celle du partage. Un moment éphémère, cher. Car aujourd’hui la règle est au repli sur soi-même, à la négation de l’autre ; il n’y a qu’à voir la série de photos de l’artiste londonien Babycakes Romero (dont quelques-unes sont présentées ici) intitulée fort justement «  la mort de la conversation » pour le (re)découvrir.
                Pire encore, pour briller par la richesse de notre vie sociale, on affiche la moindre de nos sorties culturelles ou gastronomiques, on s’offre à ceux qui sont à des kilomètres au détriment de ceux qui nous accompagnent. On prend en photo ou en vidéo un concert non plus pour garder un souvenir impérissable d’un moment de découverte, de plaisir et d’émotion intenses, mais simplement pour se montrer au monde. Paradoxe qui veut que l’on évite autrui mais que l’on vive pour les autres. Car cette vie virtuelle, on ne la vit plus pour nous, mais bien pour ceux qui nous observent.  Cette scène (caricaturale ?) de l’Instagrameuse qui prend en photo le plat qu’elle « partage » avec un Jules qu’elle délaisse pour entretenir la vacuité d’une relation fictive avec ses followers est l’apothéose du ridicule des nouveaux comportements dictés par la soif de reconnaissance virtuelle. On se plait à entretenir des relations plus hypocrites les unes que les autres avec des contacts virtuels qu’on ne voudrait pas croiser dans la rue. Alors qu’il suffit souvent de lever la tête pour voir que le bonheur est finalement sous nos yeux et pas dans un fil d’actualités.

                Levons donc la tête, vivons l’instant présent, ouvrons nous à l’autre pour ce qu’il est, cessons de nous enfermer dans une bulle toujours plus impénétrable, prenons le temps de nous connaitre dans un monde où tout va de plus en plus vite. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.