Sélectionner une page

Le saviez-vous ?


Publié le 18 avril 2014

 Petites nouvelles du monde moderne

La procureure ukrainienne Natalia Poklonskaïa déchaîne les passions au Japon. Depuis quelques semaines ce sont de nombreux dessins de la jeune femme façon manga qui déferlent sur le net. Difficile de savoir ce que l’intéressée en pense, ou si se concentrer sur son physique plutôt que sur son statut ou rôle dans une situation complexe est vraiment de bon goût, surtout voyant le caractère explicite de certains de ces dessins. En tout cas cela reste un phénomène intriguant.
Saviez-vous que depuis quelques années, les clubs de strip-tease étaient interdits en Islande ? Depuis mars 2010 précisément. Et ce n’est pas fini, depuis février 2014, le gouvernement envisage également d’interdire la pornographie sur internet.

Histoires de la troisième république

 Les frasques des présidents français ne datent pas d’hier. Sous la troisième république, Félix Faure entretenait une amante du nom de Marguerite, qu’il rencontrait au sein même du palais présidentiel. Jusqu’au jour où il eut le bon goût de mourir dans les bras de son amante, je vous laisse imaginer le scandale de l’époque. A vrai dire les journaux avaient attribué suite à ce regrettable accident un certain nombre de surnoms à Marguerite, dont le plus charmant est sans doute « la pompe funèbre ».
Dans une autre catégorie, Paul Deschanel, un autre président de la République, n’est pas en reste de mésaventures étranges. Alors qu’il voyageait en train, ce dernier a trouvé le moyen de tomber par la fenêtre. Il a donc erré en suivant les voies, en pyjamas, jusqu’à croiser un cheminot. Les nouvelles étant particulièrement lentes, la délégation qui l’accompagnait ne s’est aperçue qu’au matin de la disparition du chef de la république. Bien sûr les caricaturistes s’en sont donné à cœur joie, et Paul Deschanel a dû finir par démissionner quelques mois plus tard.
Une histoire dramatique et romantique qui se passe toujours sous la troisième république : l’une des plus grandes menaces de la République a été le charismatique général Boulanger, extrêmement populaire au sein de l’armée. Alors qu’il était à l’apogée de son succès et sur le point de prendre le pouvoir, il apprend la mort de son amante, Marguerite (mais pas la même que Félix Faure hein). Il se suicide sur la tombe de sa maîtresse d’une balle de pistolet.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.