Vos rêves bientôt au cinéma ?

Vos rêves bientôt au cinéma ?

C’est après avoir vu le dernier film de Tim Burton, « Miss Peregrine et les enfants particuliers », que l’idée d’écrire à propos des rêves m’est venue. En effet, parmi ces « enfants particuliers » se trouve Horace qui, non seulement fait des rêves prémonitoires, mais peut en plus les projeter aux yeux de tous grâce à son monocle-rétroprojecteur. Cela a toujours semblé être un grand fantasme de l’homme : pouvoir observer et enregistrer nos songes pour mieux les décrypter, si tant est qu’ils aient une signification. Que l’on trouve cette idée absurde ou non, le domaine onirique fascine, notre conscience n’ayant aucune maîtrise sur ces péripéties nocturnes, autant qu’il intéresse, dans le cadre d’études scientifiques ou psychologiques. Mais où en est-on aujourd’hui ? Visionner nos rêves et les contrôler reste-t-il de l’ordre du fantasme ou est-ce vraiment une réalité en devenir ?

·        Pourrions-nous enregistrer et visionner nos rêves sous forme de film ?

Nous pouvons tout d’abord définir les rêves comme étant une suite de phénomènes psychiques, particulièrement sous forme d’images, qui se produisent pendant le sommeil. Tout le monde en fait, même si l’on ne s’en souvient pas au réveil, et certains leur accordent même tellement d’importance qu’il existe une banque de rêves en ligne. Créé par William Domhoff, un spécialiste dans ce domaine, Dreambank.net regroupe déjà plus de 20 000 récits oniriques, partagés par des anonymes, et constitue une base importante pour l’étude scientifique des rêves et de leur nature.
En effet, à l’heure actuelle, les sciences cognitives (l’ensemble des disciplines scientifiques qui visent à expliquer l’ensemble des facultés et aptitudes mentales chez les êtres vivants) cherchent à comprendre l’activité du cerveau pendant les rêves grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) qui permet de mesurer l’activité cérébrale de zones particulières du cerveau grâce au flux sanguin. Les chercheurs utilisent également l’électroencéphalogramme, qui quantifie l’activité électrique dans le cuir chevelu, pour connaître le type d’activité cérébrale à un moment précis afin de déterminer dans quelle phase de sommeil se trouve le sujet. Ces études permettent, certes, de s’apercevoir de ce qui se passe dans notre corps lorsque l’on rêve, mais pas d’expliquer nos rêves eux-mêmes.
Mais grâce à différentes expériences, les scientifiques peuvent désormais les enregistrer et les retransmettre à l’aide des différents dispositifs technologiques que nous venons d’évoquer. Cela a permis de découvrir dans un premier temps que, bien que le fait de rêver soit souvent associé au sommeil paradoxal, un état lors duquel le corps est paralysé mais le cerveau est aussi actif que lorsque l’on est éveillé, nous pouvons aussi rêver durant d’autres phases de notre sommeil (notamment le sommeil profond). 
Ainsi, une première étude a été menée en 2011 à l’université de Brown aux États-Unis. Les chercheurs s’intéressaient alors à trois patients, qui devaient porter un casque en tissu équipé d’électrodes qui mesuraient leur électroencéphalogramme pendant qu’ils dormaient. Les scientifiques réveillaient ensuite les sujets, dans une phase supposée de rêve, et leur demandaient de quoi ils étaient en train de rêver. En associant les modèles statistiques utilisés par les machines et les propos des participants, ils étaient en mesure de reconstituer une partie des rêves sous forme d’objets et de formes floues.
Ce procédé a été répété 200 fois pour chaque sujet et toutes les images obtenues ont été compilées dans une base de données. Lorsque les participants étaient éveillés, les scientifiques leur ont montré d’autres images et ont scanné leur cerveau une nouvelle fois selon leur réponse. Puis les sujets de l’étude devaient dormir à nouveau, pendant que le scanner cérébral était à l’œuvre. Grâce à ce procédé, la machine était capable, au final, de prédire ce dont la personne rêvait ! A noter toutefois que nous sommes encore loin des inquiétants, mais non moins fascinants, scénarios de science-fiction où il deviendrait possible de lire directement dans les pensées de quelqu’un…
Mais l’université de Berkeley a poussé l’expérience bien plus loin que la première qui a été réalisée, en obtenant carrément des vidéos des pensées ou rêves des participants à l’étude. Cette fois, les sujets étaient reliés à un système d’IRMF (Imagerie par Résonnance Magnétique Fonctionnelle). Ils ont d’abord visionné des bandes annonces de film, pendant que l’ordinateur enregistrait les réactions de leur cerveau lors du visionnage des images, à l’aide du système IRMF. En effet, celui-ci mesure le flux sanguin qui circule dans le cortex visuel, la partie du cerveau qui s’occupe de traiter les informations visuelles. L’activité cérébrale enregistrée pendant que les sujets regardaient les bandes annonces a été soumise à un programme informatique qui a appris, seconde par seconde, à associer les images vues, à l’activité cérébrale engendrée.
Puis, les participants ont ensuite regardé des clips sur Youtube tandis que l’ordinateur essayait de reconstituer ce qu’ils voyaient, probablement, selon les réactions de leur cerveau qu’il enregistrait. L’ordinateur était ainsi capable de reconstruire les pensées du patient et les « objets » auquel il pensait, ou rêvait (même si pour cela il a besoin que ce dernier ait déjà vu auparavant la scène à laquelle il assiste). Les images sont plus ou moins floues à chaque séquence et bien entendu cela reste à un stade très expérimental mais c’est une énorme avancée dans les études portant sur la connexion entre machine et cerveau humain.
Ce n’est pas renversant à première vue, je vous l’accorde, mais c’est pourtant un pas énorme qui a été fait
L’idée de pouvoir explorer l’esprit humain d’une telle manière est renversante, à mon sens. Puisque du point de vue du divertissement et de la création, être en mesure de visionner nos rêves pourraient nous donner accès à un monde entier de pensées uniques et spontanées auxquelles dont nous n’aurions pas la clé à l’état éveillé.
Jack Gallant, un neuroscientifique de Berkeley et chercheur impliqué dans l’étude réalisée, affirme que « c’est un pas majeur vers la reconstitution des images mentales, nous sommes en train d’ouvrir une porte pour accéder aux films qui se passent dans nos esprits ». Mais pour la médecine, la portée de ces recherches est tout aussi importante car elles pourraient offrir aux personnes incapables de communiquer (à cause d’un handicap par exemple), une façon de se connecter au monde, ou elles permettraient encore de mieux comprendre ce qu’il se passe dans l’esprit d’un patient dans le coma.
Comme vous pouvez le constater, les avancées scientifiques dans le domaine des rêves progressent donc rapidement. Mais nous sommes encore loin de passer des soirées en famille à regarder les aventures oniriques de nos proches. Quel dommage me direz-vous, pourtant ne nous laissons pas abattre, car le monde des rêves offre de nombreuses autres possibilités…
·         Les rêves lucides, ou comment créer son propre scénario onirique

Après le succès du film de Christopher Nolan, « Inception », le concept de « rêves lucides » est devenu, si ce n’est populaire, du moins mieux connu du grand public. Outre la frustration engendrée par la dernière scène du film qui se termine par un suspense insoutenable (cette toupie s’arrêtera-t-elle de tourner ?!), le réalisateur interroge la notion de réalité dans le rêve. En effet, on peut voir à l’écran un groupe d’experts de la conscience qui manipule les rêves d’autres personnes. Et la toupie dont nous parlions sert de test de réalité au personnage principal, joué par Leonardo DiCaprio, lors de ses incursions dans le monde onirique. Si la toupie s’arrête de tourner, c’est la réalité ; sinon, c’est un rêve.
Cet objet du diable
Il vous est peut-être aussi arrivé de vous demander si vous étiez bien en train de rêver. Parfois, on se rend compte que ce que l’on vit n’est pas réel, parce qu’un événement incongru survient et n’a aucun sens par exemple, et c’est à ce moment que l’on peut parler de rêve lucide. Si certains rêveurs ont seulement conscience de rêver, d’autres sont capables d’influer le cours de leur rêve, tout en étant toujours endormi. Selon un article de Jean-François Marmion, journaliste et scientifique, pour le magazine Sciences Humaines, nous entendons parler pour la première fois de ces rêveurs en 1867. Un jeune marquis, Hervey de Saint-Denys, décrit ses rêves dans son ouvrage « Les rêves et les moyens de les diriger » et raconte qu’il s’éveille pendant ses rêves et parvient à en modifier le cours. Puis en 1913, Frederik Van Eeden, un psychiatre hollandais, utilise le premier le terme de « rêve lucide » pour décrire le phénomène.
Aujourd’hui, Brigitte Holzinger, psychothérapeute, l’explique ainsi : « Certaines personnes se rendent compte qu’elles rêvent et décident du déroulement de leurs rêves.?Elles composent la trame du songe, et ce qu’elles vivent est presque illimité : vols intersidéraux, amours passionnées, chevauchées fantastiques dans la steppe. Ces personnes sont des « rêveurs lucides » ».
Accéder à l’état de conscience suffisant pour parvenir à cela se fait en plusieurs étapes. Il existe de nombreuses méthodes sur internet pour devenir un rêveur lucide, mais aucune ne fonctionne à coup sûr, et il faut un certain entraînement pour en arriver à ce stade. Mais de façon grossière, il s’agit de prendre conscience que l’on rêve puis de reconnaître cet état de conscience particulier qui diffère de celui d’une personne éveillée. Ensuite le rêveur peut reprendre le contrôle de ses pensées, tout en dormant. Sachez toutefois que 8 personnes sur 10 auraient expérimenté cela, volontairement ou non, donc dans les faits tout le monde en est capable !
De façon plus scientifique, Brigitte Holzinger et son collègue Stephen Laberge, psychophysiologiste et précurseur dans l’étude des rêves lucides, ont placé des électrodes sur le crâne de volontaires et ont enregistré l’activité électrique du cerveau des rêveurs lucides pendant leur sommeil. Ils ont alors observé que les fréquences des ondes mesurées changent dans les rêves lucides : la zone active du cerveau est celle du lobe pariétal de l’hémisphère gauche, qui est également active chez les personnes éveillées lorsqu’elles discutent ou raisonnent alors que c’est le lobe pariétal de l’hémisphère droit qui s’active dans un rêve « normal ». Un constat est également frappant, lors d’un rêve lucide, le corps du rêveur agit comme il le ferait dans la réalité.
Localisation des différents lobes
De même, le docteur Ursula Voss qui officie à l’université Johann Wolfgang Goethe en Allemagne, a également réalisée une étude sur les rêves lucides, publiée dans Nature Neuroscience. Elle a constaté que les ondes cérébrales produites par les gens en état de rêve lucide se situaient entre le niveau de celles que l’on produit éveillé et celles que l’on produit lors de la phase de sommeil paradoxal. Les lobes frontal et temporal, que l’on associe à la pensée « supérieure » produisent des ondes gammas de basse fréquence (25-40 hertz), qui sont normalement associées à l’attention consciente.
Ursula Voss et son collègue Allan Hobson, neuropsychiatre, ont donc poussé la recherche plus loin en essayant de recréer ces fréquences cérébrales à l’aide de petites stimulations électriques sur 27 participants. Ils ont attendu que ces derniers s’endorment et atteignent le stade du sommeil paradoxal, puis ils leur ont envoyé de petits stimuli de différentes fréquences. Bien que les participants n’aient jamais, consciemment, expérimenté de rêve lucide, en leur envoyant des vibrations entre 25 et 40 Hz, il se trouve que leur activité cérébrale se synchronise sur ces fréquences. Ainsi, lorsque les sujets ont été réveillés, ils ont affirmé avoir été conscient qu’ils étaient en train de rêver.
« La principale découverte, c’est que l’on peut étonnamment influencer le cerveau par stimulation électrique. Et vous y parvenez de telle manière que le rêveur devient conscient qu’il rêve » explique Hobson. Il considère que ces travaux sont particulièrement intéressants dans le domaine de la psychiatrie, car ils permettraient de comprendre pourquoi et comment le cerveau créé des hallucinations par exemple.
Ainsi, les recherches sur les rêves lucides sont loin d’être inutiles et de ne relever que du divertissement, au contraire. Elles pourraient permettre de surmonter des cauchemars en apprenant à contrôler ses peurs, de travailler sur nos phobies voire d’aider des personnes en situation de stress post-traumatique. Le monde du rêve lucide, de ses mécanismes, de ses impacts reste donc à explorer.
·         Induire des rêves, une idée pertinente ?

Pour autant, induire des rêves lucides, on non dans un futur proche, est-ce forcément une bonne idée ? Car s’ils portent un message, comme nous allons l’expliquer après, alors il est peut-être essentiel d’écouter ce que notre subconscient a à dire. Car il est en effet amusant et intéressant de pouvoir faire ce que l’on veut dans nos rêves, mais la conséquence de cela est que l’on risque de se limiter à créer des choses « normales » plutôt que de découvrir ce que notre inconscient a à proposer. Combien d’écrivains ont été inspirés par un rêve par exemple (comme Stephenie Meyer à qui l’ont doit la légendaire saga Twilight) ?
Historiquement, dans le monde antique, le rêve était un message divin. Il devait être interprété mais avait autant de valeur qu’une idée émise en étant éveillé. Le rationalisme de la Renaissance a relégué le rêve au rang de fantasmagories indignes d’intérêts. Car à l’époque, seule la raison méritait d’être écoutée et donnait
à l’homme la maîtrise de soi et du monde. Mais le romantisme du 19ème siècle redonne sa place au rêve, vecteur d’idées nouvelles que la logique seule ne permettrait pas de découvrir. La psychanalyse, de Freud notamment, voit alors dans le rêve un moyen d’expression de l’inconscient qu’il faut d’interpréter.
D’ailleurs, depuis les travaux de Freud, une partie de la psychanalyse considère que nos songes sont l’expression de l’inconscient : quand nous dormons, notre cerveau met en images nos angoisses et nos désirs, de façon plus ou moins métaphorique. Les rêves accompliraient ce que nous n’osons pas penser tout haut, et notamment nos désirs sexuels. Ils permettraient d’accéder à une certaine connaissance de soi, qui se fait d’abord par l’introspection et l’interprétation de ces rêves, aussi absurdes soient-ils. Selon Freud, ces derniers seraient est la « voie royale » pour accéder à l’inconscient, dont il présume l’existence.
Ainsi, dans « L’interprétation du rêve », publié en 1900, il distingue un contenu manifeste et un contenu latent. Le contenu manifeste est le scénario du rêve tel qu’il apparaît dans le souvenir que le rêveur en garde. Le sens de ce contenu manifeste n’apparaît que lorsqu’on l’associe à un contenu latent caché dont il est la manifestation symbolique.
Le contenu latent, quant à lui et comme vous l’aurez compris, est l’ensemble des pensées refoulées qui sont à l’origine du rêve mais dont le rêveur n’a pas immédiatement conscience, il est le sens du contenu manifeste, il faut donc l’interpréter. Donc le contenu manifeste est ce dont parle explicitement le rêve et le contenu latent est l’ensemble des pensées, désirs, etc. qui cherchent à devenir conscients mais qui subissent la censure du refoulement et sont donc transformés pour apparaître sous la forme du contenu manifeste. Pour que l’équilibre de la personnalité soit conservé, il faudrait donc ramener à la conscience ces idées inconscientes qui sont responsables de souffrance et qui divise le sujet.
Si l’on empêche ce processus en n’écoutant pas nos rêves, ou en les modifiant, cela pourrait être néfaste, dans l’idée de Freud. Même si aujourd’hui sa méthode analytique est critiquée au regard des connaissances que l’on a en psychologie, sciences cognitives et neuropsychologie. Ce sont notamment des chercheurs que nous avons évoqué plus haut qui s’expriment. Par exemple, William Domhoff (le créateur de la banque de rêves) pense que les travaux actuels en psychologie expérimentale infirment l’idée selon laquelle la libre association permet d’accéder au contenu latent du rêve.
D’autant plus que, pour d’autres scientifiques ou psychanalystes, il semblerait que nos rêves ne soient souvent qu’une recomposition banale de nombreux éléments de notre quotidien. Bien que l’on puisse rêver de voler, de perdre nos dents ou de se retrouver nu en public (ce qui ne fait pas partie de votre quotidien je l’espère), ces rêves sont exceptionnels mais ce sont ceux dont on se souvient principalement car ils sont plus marquants.
Désormais, évoquons plus particulièrement les cauchemars, ces délires nocturnes dont l’origine et la signification échappent encore aux neuroscientifiques mais dont nous commençons tout juste à comprendre les raisons pour lesquelles nos peurs choisissent de se manifester dans nos songes.
Les cauchemars surviennent durant le sommeil paradoxal, à la fin d’un cycle de sommeil. Contrairement aux terreurs nocturnes qui n’ont pas de réel sens et réveillent juste la personne avec une intense sensation de peur, les cauchemars sont simplement des rêves avec une histoire effrayante. Il n’est pas inquiétant d’en faire et cela arrivera à tout le monde à un moment donné. Mais la question qui demeure est : pourquoi faisons-nous ces rêves désagréables ?
Le syndrome de stress post-traumatique a été identifié comme étant une cause majeure de troubles cauchemardesques, car les personnes qui subissent des expériences traumatisantes continuent à être anxieuse et apeurée même pendant leur sommeil. Ainsi, 80% des personnes souffrant de ce syndrome affirment faire très régulièrement des cauchemars. Il semblerait que cette propension à en faire plus soit liée à des anormalités dans l’activité neuronale, notamment au niveau de la région des amygdales, qui contrôle les peurs et qui est trop active chez les personnes atteintes par ce type de stress. Mais quoi qu’il en soit, pour aller vers la guérison, peut-être que les patients devraient accepter leurs cauchemars pour mieux les surmonter…
James Pagel, un professeur associé à l’école de médecine de l’université du Colorado pense justement que les cauchemars sont « fantastiques ». Selon lui les rêves sont un système qui nous indique comment notre cerveau fonctionne, et les cauchemars, par-dessus tout, nous indiquent ce qu’il se passe dans notre esprit. Ainsi, loin de nous vouloir du mal, ces derniers nous aideraient en fait à comprendre notre propre psychisme et pourraient, en cela, nous être extrêmement bénéfiques. Il ne faudrait donc pas chercher à les éviter en les contrôlant, car il serait dommage d’occulter un moyen de laisser aller notre esprit.
W. Robert, un scientifique allemand, considérait déjà au 19ème siècle que les rêves étaient un processus vital qui permet au cerveau de ne conserver que les données et images importantes. Il montrait que si l’on prive le dormeur de la capacité de rêver, celui-ci peut en décéder. Si nous sommes encore loin de réaliser des films de nos songes, nous pouvons toutefois leur accorder plus d’importance afin de mieux s’en souvenir et, qui sait, accéder à un monde entier d’idées que vous n’auriez pas soupçonnées !
Critique interactive n°3: 007 Spectre

Critique interactive n°3: 007 Spectre

 

Parce que je veux continuer d’aller au cinéma, non pas car il s’agit d’un acte de résistance face aux horreurs récentes (comme disent certains faire « comme avant » et aller en terrasse ne suffit pas) mais parce que j’aime le cinéma tout comme j’aime me battre, j’aime me beurrer la biscotte, j’aime quand on m’enduit d’huile, j’aime les panoramas, j’aime le bruit blanc de l’eau, enfin bref vous avez compris j’espère!

 

 

Nouvelle critique, nouveau format pour ceux qui auraient été traumatisés par la longueur de ma critique sur Interstellar ou Gonegirl.
J’essaye cette fois d’adopter une forme plus ludique, tout en tentant de répondre aux détracteurs qui voient dans le nouveau « 007 Spectre » l’épuisement d’une collaboration pourtant initialement fructueuse (financièrement et artistiquement) entre Sam Mendès (réalisateur) et Daniel Craig avec comme point de départ le succès: Skyfall.
J’élude le pitch cette fois et je précise au passage qu’il n’y a pas de spoilers majeurs dans cette critique.

 

1) « un film longuet et ennuyeux » 

 
Je devrais mettre des guillemets et préciser que cette phrase émane d’une personne qui n’aime probablement pas les films d’action (et c’est son droit). Selon moi, difficile de s’ennuyer dans ce 24ème opus de James Bond, tout le monde y trouve son compte : le grand public, les fans de la première heure de James Bond et la critique.
Imaginons un instant la conversation qu’ont peut être tenue Sam Mendès et les producteurs  de la Metro Goldwyn Mayer afin de définir le cahier des charges de Spectre :
  • Les producteurs : « Ok Sam, tu es un génie, la critique a encensé Skyfall, et tu nous as pondu le James Bond le plus rentable de tous les temps avec plus d’un milliard de recettes. On ne va pas se plaindre. Notre dernier benchmark  indique que ton film a conquis la critique par sa noirceur inédite dans un James Bond (7,8/10 sur IMDB) mais il révèle aussi qu’une partie du public a émis quelques réserves. Je te lis les derniers consumer insights : 1) on en a marre des blockbusters aux tonalités tragiques avec un anti-héro tourmenté par son passé, et ayant un lourd passif familial 2) je ne reconnais plus le charme, le glamour  et l’humour des James Bond d’antan dans ces nouvelles productions.
 
  • Sam Mendès : « ok les gars, je ne sais pas ce que c’est un consumer insight mais donnez-moi 350 millions de dollars. Avec ça je vous fais une pépite qui ravira tout le monde et paiera l’essence de vos yachts cette année ».
 
Et la lumière fut : on est époustouflés dès la scène d’ouverture. Véritable tour de force technique et spectacle grandiose. Tour de force technique car il s’agit d’un long plan séquence (plan couvrant toute une séquence sans coupure ni montage apparent) ayant mobilisé des moyens financiers immenses et plus de 1500 figurants. C’est une  technique décidément à la mode puisque la maîtrise de celle-ci avait mis en lumière le génie d’Alejandro Gonzalez Inarritu  récompensé de l’oscar du meilleur réalisateur pour son film Birdman en 2014. Moins souvent mentionné c’est aussi le merveilleux  travail d’Emmanuel Lubezki (aussi présent sur le tournage de Gravity) avec sa steadicam qui avait permis de tourner Birdman en un seul plan séquence, prouesse rarement (ou jamais) vue dans la profession (et là vous comprenez que j’avais aussi préparé une critique pour Birdman mais que je ne l’ai jamais achevée…).
Mais revenons à notre brave Écossais : dans cette scène d’ouverture magistrale se déroulant en pleine fête des morts à Mexico on suit Bond à la poursuite d’un terroriste italien. Le héro est  filmé de dos à la manière d’un jeu vidéo à la première personne. Cette scène d’ouverture donne le ton : ballet mortuaire, course poursuite, combat à mains nues dans un hélicoptère, le rythme est là. Elle  montre les envies nouvelles de Mendès et de Craig pour Spectre : innover une nouvelle fois dans la mise en scène tout en effectuant un certain « retour aux sources » qui ravira les puristes. Avec comme inspiration la mort aux trousses (1959) d’Alfred Hitchcock, Mendès a voulu faire de Spectre un film d’action à l’ancienne : immersif et réaliste. Pour cela, exit le numérique (là aussi c’est tendance, cf Star Wars 7), on retourne au cinéma old-school avec un film tourné en 35 mm. On retrouve également  des scènes de courses poursuites en voitures grandioses et  sans trucages (si’il y a une chose à ne pas manquer c’est la scène de course poursuite à Rome entre la Jaguar et l’Aston Martin DB 10 de Bond).
Aussi, on retrouve certains ingrédients cultes de la série qui semblaient avoir disparus dans les précédents volets et qui réapparaissent dans ce film. Notamment une petite pointe d’humour à l’anglaise : quand James Bond atterrit dans un canapé après une chute de 20 mètres suite à une explosion,  et réajuste  sereinement ses boutons de manchette. L’humour n’est pas absent et plus encore on trouve cette fois une certaine dérision très plaisante à entendre. Par exemple : on se souvient du fameux « qu’est ce que j’en ai à foutre » adressé au Barman qui demande à Bond dans Casino Royale s’il préfère son cocktail au shaker ou à la cuillère, et bien dans Spectre on retrouve également un face à face assez hilarant avec un Barman qui propose cette fois à Craig un cocktail bio sans alcool (je vous laisse deviner la réaction du personnage). Ainsi cette séquence montre comment le James Bond tourmenté « version Craig »  qui enchaîne les vodka-martini se retrouve dans une situation à la limite du grotesque dans un bar « bio sans alcool ». Les codes qui donnaient une « tonalité grave et sombre » à la série des James Bond des années 2000 sont donc tournés en dérision.
Enfin, Sam Mendès a déclaré : « 007 SPECTRE évoque en effet les classiques de la franchise à travers les véhicules, le ton, l’éclairage et même la coupe du costume de 007, mais je tenais également à renouer avec le glamour des destinations lointaines et exotiques des premiers James Bond, et le pousser à l’extrême. »
Et bien c’est chose faite des cimes enneigées autrichiennes au Maroc, on voyage dans ce film d’action immersif qui sait être dramatique dans la lignée de la saga de Daniel Craig mais aussi drôle et divertissant quand il le faut. Bref on ne s’ennuie pas.

2) « Daniel Craig est rouillé »

Certes Daniel Craig prend quelques rides et perd des cheveux, en revanche son allure, son énergie et ses yeux, ne dépérissent  pas avec l’âge et les breuvages qu’ils consomment parfois comme 007.

Craig déclarait d’ailleurs dans le GQ de Novembre 2015 « le seul vrai point commun que j’ai avec Bond c’est l’alcool. Le pub c’est bien mieux que les réseaux sociaux pour se faire des amis ».
A 49 ans Pierce Brosnan dans  Meurs un autre jour  passait pour un vieux croulant. En effet ce « vieux beau » trop entretenu n’était plus crédible en homme d’action.  Craig, à 47 ans dans cet opus, reste tout à fait convaincant avec l’âge. Sa crédibilité en  James Bond il ne la tient pas d’un  teint hâlé et  d’une coupe à l’anglaise comme Pierce Brosnan mais  plutôt il la doit à son allure.
En effet l’allure de Bond est plus que jamais mise en avant dans cet opus. Il est souvent filmé avec des plans à la première personne décortiquant sa démarche (son roulement d’épaule, son menton relevé plein de fierté et ses pas assurés) et des scènes qui ressemblent parfois à des défilés de mode en plein air. On notera au passage que jamais un Bond n’aura autant changé de tenue : choix de mise en scène pour mettre en valeur l’acteur ou stratégie marketing pour financer ce projet pharaonique, nous allons analyser cela à présent justement.

3) « Spectre est un spot publicitaire géant »

Oui, il est indéniable que James Bond suscite toutes les convoitises auprès des marques. Avant c’était surtout des marques de luxe (Aston Martin, les montres de luxe comme Rolex et Omega) qui se battaient pour apparaître à l’écran.  Mais à présent ce sont toutes les marques qui tentent de se faire une place sur celui-ci : Heineken,  la vodka Belvédère, la Fiat 500. Et même des pays comme le Mexique se prêtent au jeu. Le gouvernement mexicain se serait même assuré qu’une bonne image de son pays soit donnée en demandant une modification à la dernière minute du  scénario de Spectre en échange de la coquette somme de 14 millions d’euros selon le site Tax Analyst(information révélée à la suite d’une fuite).
La pratique des placements de produits (et de pays) n’est bien sûr pas inédite dans les James Bond, ni dans les autres productions d’ailleurs (on se souvient du succès des lunettes de « Men in Black »dans les années 90 ). Mais pour Spectre on doit être proche des records avec 21 placements de produits bien visibles, peut être un peu trop visibles me direz vous…
On comprend bien l’intérêt  pour les producteurs qui ont pu financer les 350 millions d’euros alloués à Spectre grâce à ses partenariats juteux (pour vous donner une idée Heineken avait déboursé  45 millions d’euros pour que James se mette à la bière dans Skyfall). Néanmoins cela doit poser bien des contraintes à ceux qui « font le film » puisqu’ils doivent veiller à mettre en valeur chaque produit proportionnellement à l’investissement consenti.

Peut-on pour autant limiter Spectre à un spot publicitaire géant ? Certains diront que  les marques viennent piquer la vedette aux acteurs par moment, en effet la montre Omega de Bond joue un rôle crucial dans le film et apparaît peut être plus à l’écran que Miss Moneypenny ! On notera aussi le côté totalement assumé et décomplexé de ces placements : Q (le fameux inventeur des gadgets de James Bond)  en vient même à présenter la nouvelle Omega comme le ferait un horloger en insistant bien sur sa marque.

Mais dans le film d’autres marques et produits sont plutôt au service de la beauté et du spectacle. En effet quel plaisir pour le spectateur d’admirer les performances de l’Aston Martin DB 10 dérapant au bord du Tibre et de découvrir à chaque changement de décor une nouvelle pièce de la magnifique collection des costumes Tom Ford.
Ainsi les placements de produits ne viennent pas totalement dénaturer Spectre pour le transformer en spot publicitaire dépourvu de sens et d’émotions. Au contraire les placements de produits se mettent au service du spectacle et servent d’une certaine manière le réalisateur qui compose avec des accessoires déjà beaux et spectaculaires par essence.

4) « Un script vu et déjà vu »

Oui, comme mentionné précédemment, on commence à être lassés des histoires de famille, des fantômes du passé, des anti-héros torturés en quête de rédemption. Mais laissons au moins le mérite à ce « 007 Spectre » de soulever une problématique intéressante : la question de la surveillance face aux libertés individuelles et ses dérives possibles. Mendès tente ainsi une nouvelle fois de s’en tenir à un principe qu’il évoque dans un entretien pour le journal Telerama « Il doit y avoir une façon de combiner le divertissement et la présence, discrète mais perceptible, d’un discours, un point de vue articulé sur le monde dans lequel nous vivons. ».

D’aucuns ont regretté le choix de la facilité effectué par l’équipe de Spectre pour le casting :Christoph Waltz dans la peau du méchant (comme dans Inglourious Basterds  ) et Monica Bellucci dans le rôle de la veuve d’un mafieu Italien. Personnellement ça ne me pose aucun problème. Dans la mesure où ils savent si bien jouer ces rôles pourquoi se passer d’eux ?

5) « une Monica Bellucci flétrie »

Que nenni (oui j’ai osé placer cette expression)! Elle fait une apparition plutôt brève dans le film, ce qui est regrettable car il  ne lui faut pas plus de deux répliques dans un décor de rêve (villa romaine somptueuse) pour rayonner tout en tissant un brouillard mystérieux autour de sa personnalité. Elle joue très bien le rôle de « la James Bond girl classique » qui feint d’être inaccessible avant de s’offrir à Bond. Sam Mendès  se permet même une nouvelle fois de jouer avec les codes traditionnels de la série avec ce personnage.  Notamment, on est à la limite de la caricature machiste lorsqu’après un baiser et le fameux « mon nom est Bond, James Bond » puis une ellipse, on  retrouve Monica en porte-jarretelles sur le lit sur un plan large d’une chambre somptueuse durant laquelle on ne manquera pas bien sûr d’admirer la décoration…
Elle est tout en contraste avec la bien nommée Léa Seydoux, (Madeleine Swann dans Spectre) elle aussi magnifique mais d’une autre manière.  Madeleine incarne la James Bond girl nouvelle génération dans la  lignée de Vesper Lynd jouée par la non moins somptueuse Eva Green dans Casino Royal. Fière, indépendante en apparence, son charme réside dans ce regard qui nous défie en même temps qu’il dégage une certaine fragilité. Sans attache, aventurière et pleine de ressource elle forme la paire parfaite avec Bond et donne une note de fraîcheur indéniable à la saga avec sa beauté si singulière et son jeu des plus naturels (en d’autres mots, elle ne sur-joue pas).
Voilà je vous ai exposé 5 critiques majeures du film entendues dans mon entourage auxquelles j’ai tenté de répondre (vous pouvez m’exposer les vôtres sous la même forme ou répondre aussi à ma vision du film).  J’insiste encore : que vous ayez aimé ou non le film et ma critique n’hésitez pas à commenter, je serais ravi d’en discuter avec vous !
C’est tout pour moi, à bientôt pour la prochaine critique ciné !

Sébastien Magne

[VU PAR] Paris, vue par une ex-Toulousaine

[VU PAR] Paris, vue par une ex-Toulousaine

Paumé à Paris
Guide Du Toulousain
Pour retrouver son chemin

Toulouse et Paris ne semblent fonctionner ni sur la même pendule, ni à la même heure (à la bonne heure, me direz-vous ? … Non, ça c’est Marseille, les gars) ! Et pour un Toulousain, le Parisien paraît incompréhensible –et inversement. Tandis que le Parisien est un râleur invétéré, le Toulousain fait figure de bon pote. Quand le Parisien semble tout le temps pressé, le Toulousain s’accorde un « quart d’heure » pour décompresser.
Oui, c’est vrai … Toulouse / Paris, c’est plus de 8 heures de train, plus de 6 heures de voiture, et plusieurs heures de décalage en terme de mode de vie. Et pourtant…  Toulousain tu resteras, mais Toulousain, tu t’adapteras, aussi.
Alors d’abord, et parce que j’adore sortir les grands gros clichés, voici en images pourquoi un Toulousain perd son chemin à Paris…

 

 

 

 

 

 

Oui oui oui … tandis que Paris rime avec Pressé – Compressé (dans le métro) – je dirai même plus Con Pressé – Toulouse chante et respire le Retard – Flemmard – Fêtard – Soiffard.
Quand les Toulousains s’agglutinent dans les bars place saint Pierre pour s’aligner les pintes de bière en matant le match de rugby, les Parisiens guillerets s’assoient bien gentiment en terrasse pour siroter des cocktails ou des verres de blanc, rosé, ou rouge et jeter, de temps à autre, un œil vers la TV qui rediffuse le PSG.
Paumé à Paris ?
Voici mes bonnes adresses
Tu ne retrouves pas la bière cheap et le traditionnel “collé-serré” du foyer ?
Retiens bien cette adresse, Au Taquet !
« Et bien quoi, au taquet ? Balance le doss, je suis au taquet oui … »
Au TAQUET te dis-je, 19, rue Bleue, Paris 9. C’est le bar cheap de Paris, à 2 euros le demi, 2.50 euros la bière et 4 euros le cocktail en Happy Hour (HH pour les intimes). Et les HH, c’est all night long dans ce bar où tu ne vois plus le bar avec son habituelle surabondance de petits parisiens fauchés.
Si tu te demandes comme moi « Mais où est passée la nature ? Où se sont cachés les arbres ? »
Je te répondrais : « ne désespère pas ». Il y a aussi des coins de verdure à Paris j’ai nommé « les parcs ». Si tu aimes le Luxembourg, alors passe ton chemin, je ne peux vraiment rien pour toi : tu es citadin. En revanche, si la nature dans ce qu’elle a de sauvage et d’indompté te plait … alors suis-moi jusque le Parc des Buttes Chaumont, mon parc préféré à Paris. Il a ce petit côté « wild » que je ne saurais trouver ailleurs, ni dans les structures futuristes et les grandes pelouses de La Villette, ni dans les parcelles végétales du Jardin des Fleurs, ni dans les allées feuillues des Tuileries. Les Buttes Chaumont, c’est l’association de la colline, de la falaise et du ruisseau. Mais aussi du joggeur, de la famille et du promeneur du dimanche. Là-bas tu pourras te ressourcer, prendre un grand bol d’air et de silence avant de replonger dans les affres de l’agitation, du bruit et de la pollution.
Le rugby te manque terriblement ?
Il n’y a malheureusement pas de solutions. Sauf si tu es une fille, et que par « rugby » tu entends davantage « rugbymen », autre synonyme de « beau mec musclé, de quoi me rincer l’œil ». Auquel cas je te conseille vivement de prendre abonnement chez NEONESS. Neoness, c’est une salle de fitness et de musculation avec les tarifs les plus bas sur Paris (si si …) et une accessibilité défiant toutes les autres salles.
Neoness, c’est un plateau de cardio et un plateau de musculation pour 15 EUROS / MOIS pour un forfait SIMPLYNESS (accès heures creuses) et 25 EUROS / MOIS pour un forfait FREENESS (accès à toute heure) +2 EUROS / MOIS en prélèvement mensuel sans engagement.
Neoness c’est aussi de nombreuses salles disponibles sur Paris (une dizaine) et une possibilité de te rendre, muni du pass, dans n’importe quelle salle.
Neoness c’est, enfin, des beaux mecs (et de très jolis filles aussi), jeunes, dynamiques, qui viennent se défouler en soirée avec une dure journée de travail. Moi, je dis ça … je dis rien !
Si tu te souviens avec mélancolie du Canal de Brienne et du Canal du Midi
Alors je te conseille vivement, très vivement, une de mes balades favorites : remonter le canal Saint-Martin jusque Canal de l’Ourcq et La Villette. Il y a certes beaucoup moins d’arbres qu’à Toulouse, mais c’est tout de même une balade reposante … à fleur de flots. Le canal est un lieu familial en journée, et festif le soir. Les jeunes viennent prendre l’apéro ou boire binouzes ou vinasses à bas prix entre deux œuvres de street art.  Pétanque et jeux, pédalo le printemps, Paris Plage en été.
Nostalgique du petit déjeuner Cosy entre Amies ?
Paris a mis le « brunch » au goût du jour. Le samedi et le dimanche matin, de nombreux Parisiens sortent pour aller déjeuner dehors, sous le soleil matinal d’un week end automnal. Et en matière de brunch, à Paris, tout se fait.
S’il y a une adresse à retenir, je dirais « rue des Martyrs ». Cette rue qui monte jusque Montmartre et descends jusque Notre-Dame-de-Lorette, est une concentration de petits cafés et restaurants, salons de thé … et un quartier très animé le dimanche pour « bruncher ». Quelques exemples :
  •           Le Café Marlette
Pour la meilleure copine, ou le petit copain, original et « healthy », fait maison
  •      Le Pain Quotidien
Pour la famille, pour bien manger, beaucoup, bon, et traditionnel (atmosphère chaleureuse avec les meubles en bois).
  •      Le KB coffee
Pour les hipsters ou les Parisiens un peu classe mais un peu melon. Un peu cher aussi.

  • Le Rose Bakery
Pour les addicts des desserts anglo-saxons ou les apprentis du BIO
Tu as laissé ton chat à Toulouse, et nos amis les animaux te manquent ?
Tu pourras te réconforter avec le Café des Chats.  Le Café des chats, c’est un restaurant avec dedans une quinzaine de chats adoptés pour le plus grand plaisir des clients. Ils sont ici chez eux, et investissent les chaises, les dessous de table, le piano et les fauteuils en cuir. Ils viennent jouer avec les clients et cherchent parfois la caresse, mais la plupart du temps, ils passent avec indifférence, sauf quand arrive ton assiette. Deux établissements sur Paris, à Bastille et dans le Marais. Un service très sympathique. C’est un peu cher (mais correct pour Paris, compter environ 15 euros / plat) et les plats ne sont pas fous (encore une fois, correct) pour y manger un repas. En revanche, leurs desserts –leur chocolat et leur cheese cake en particulier- valent le détour !
Si tu veux retrouver la quiétude des bords de Garonne
Gros spot sur la Seine et ses lumières brouillées se reflétant sur les bleus et bruns des flots. Sur Quai d’Orléans, au bord de l’eau et face à Notre-Dame, les cygnes viennent rendre visite et les flots lèchent la rive dans un flux et reflux mimant le chant de l’océan. Dans ce clair-obscur improvisé, la Seine murmure et parfois, éclaire les visages à coup de vedettes et de croisières touristiques.
« Partager
Un cigare et un ciel
Habiter
Un fragment de trottoir
Murmurer
Nos silences et nos peines
Aux pavés
Fumer tous nos déboires »
Si tu désespères de ne pas manger copieusement
Je te recommande chez Gladines, boulevard Saint Germain, Paris 5 (ou d’autres sur Paris). Chez Gladines, c’est un peu la cuisine du sud-ouest (cuisine Basque pour être plus exacte) qui se fait la malle ici à Paris. Outre les prix qui sont très corrects, les plats sont goûteux et copieux. Entre 8 et 10 euros pour une grosse (ENORME) salade pour les petits joueurs. Compter 14 à 16 euros environ pour des plats de viandes, accompagnés de leur pommes dorés ils sont vraiment tasty. Le tout dans une ambiance sixties in the USA, avec les murs rétro tapissés de visuels de Marylin.
Si tu ne sais plus où faire tourner ta roue
Si comme moi tu as adopté le vélo, et que tu désespères de pédaler dans Paris : et bien sache que tu n’es pas seul ! Faire du vélo tout en étant en sécurité relève du quasi miracle dans la capitale. Le meilleur moyen de limiter le danger est de connaitre le terrain, car il existe bien des zones agréables pour une balade tranquille à vélo (mais il faut les connaitre). Le boulevard de Rochechouart jusqu’à Pigalle est très sympathique : séparés des piétons du terre-plein central, et des voitures, les vélos ont leur voie tout le long du boulevard, et de quoi se rincer l’œil puisqu’ils peuvent passer par de grandes salles de concert et spectacles : Moulin Rouge, La Boule Noire, Le Chat Noir, La Cigale, Le Trianon.  Il y a aussi la balade du Canal de l’Ourcq jusqu’à La Villette et bien au-delà encore, hors des murs de Paris. Enfin, les quais sont une valeur sûre, mais il faut connaitre les pistes cyclables qui ne sont pas toujours immédiatement visibles.
Si tu ne retrouves pas ton dessert toulousain préféré, le Banoffee
Adopte les alternatives : le cheese cake, ou le macaron se trouvent bien plus aisément dans la capitale ! Je te conseille le cheese cake (j’en ai testé beaucoup) de chez Supernature si tu l’aimes léger, de chez French American Bakery si tu l’aimes traditionnel, de chez Rachel’s si tu cherches des saveurs originales.
Côté macaron, je suis une inconditionnelle de l’ISPAHAN (Rose-Framboise-Litchi) de chez Pierre Hermé. Tandis que La Durée fait des saveurs classiques (chocolat, fraise, vanille, pistache… oui, mais encore ?), Pierre Hermé innove avec ses Menthe-Fraise ou Fruit de la passion – Orange – Cheese cream.
Mais si tu insistes vraiment … voici la seule et unique adresse où j’ai pu dégoter un Banoffee Cake : Biocoop DADA rue du Paradis. EN l’occurrence, cette rue porte bien son nom. Ce magasin Bio est une petite perle à lui tout seul, avec une sélection de produits super bons et bios (un peu cher) et très diversifiés, des pains originaux (céréales, seigle, son, aux fruits et noix), et surtout, des pâtisseries comme on n’en trouve pas ailleurs (gâteau pavot citron, gâteau au potiron…) dont le fameux Banoffee.
Si tu aimes faire ton marché et te gaver de produits frais

 

Tu peux dans ce cas venir faire ton marché dans le 10e arrondissement, rue du Faubourg Saint-Denis juste derrière la porte Saint-Denis. Cette rue concentre à elle seule les enseignes citadines classiques : Carrefour City, Monoprix, Franprix – mais aussi du low cost avec Lidl – et enfin et surtout du primeur où acheter mille et une sorte de fruits et légumes frais différents – du boucher, du poissonnier, du fromager, de l’épicerie fine avec Julhès qui est mon petit coup de cœur (vins et spiritueux, sauces, thés, épices, confitures, sirops …). Si tu as soif de produits étranges et du monde, il y a beaucoup de petits magasins tenus par des indiens, tu peux donc découvrir de nouveaux produits et goûter aux saveurs venues d’ailleurs (de toute façon dans ma rue, tu voyages rien qu’au visuel … on ne se croirait pas à Paris, ça change des Champs Elysées !).

Introspection et rap français

Introspection et rap français

« Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemples et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi. Moi seul ». L’incipit-marquant- des « Confessions » réaffirme la valeur intellectuelle de la conscience de soi, et, dans une volonté de transparence de soi à soi, Rousseau fait de l’observation de ses états de conscience le matériau privilégié de l’expression du « moi ». De fait, l’introspection, véritable tradition littéraire française qu’inaugure Montaigne en réintroduisant le « moi » comme sujet d’étude premier et non plus comme champ d’analyse philosophique (le « moi » romantique contre le cogito cartésien), trouve de bien curieuses-du moins à première vue- occurrences dans le rap français.

          S’inscrivant dans un absolu de recherche de la sagesse, l’introspection fait en effet de nombreux émules dans cette mouvance culturelle et musicale que se veut le rap français. Dès 1995, Akhenaton et son « Métèque et mat » semble être partagé entre fougue (« Bad boys de Marseille« ) et spleen (« Au fin fond d’une contrée« , ou chacune de ses rimes semble le meurtrir). Fougue qui laisse place à la contemplation sur le sombre et déprimé « Sol invictus« , que clôture amèrement « Mon texte le savon« (« évacuer le fiel par la plume, je n’ai que ça dans le sang »). Probablement moins « bankable » que la trap musique, le rap introspectif se veut souvent sobre, réfléchi et angoissé. Shurik’n, avec sa « Lettre« , nous livre un plaidoyer musical en faveur du respect des valeurs viriles (honneur, respect, droiture) tout en rappelant l’importance de la transmission, donc du rapport père-fils.
Dès lors, le rap introspectif gagne en sincérité et en force émotive ce qu’il perd en fougue et en éclat. Face à la nuit, loin de son équipée épique et barbare avec Booba sur « Pucc fiction« , il ne reste que la langueur et la mélancolie à Oxmo, et, « Mourir 1000 fois« , véritable tissu d’assertions et de métaphores venant souligner le dénuement du black Jacques Brel face à la mort : « j’ai peur de la mort, je le sais, je l’ai vu épeler mon nom appeler des amis, jamais je les ai revus ». La morgue originelle du rappeur se dilue alors dans un flot/(w) de rimes et d’images. C’est pourquoi Oxmo ,dans « J’ai mal au mic« , fait, par métonymie, de la plume du MC son cœur. Or, elle se montre ici grinçante, désabusée, de sorte que seule la mélodie semble pouvoir triompher du spleen : « carabine à air déprimée cherche tempe [..] »La musique est ma porte d’échappement chaque note m’apporte un rythme cardiaque suffit que le beat reparte pour que mon mic batte ». Refusant toute hypocrisie (« Hypocritès », celui qui avance masqué..), Oxmo nous livre avec « l’enfant seul » un chant du cygne sur l’enfance et ses meurtrissures, sous forme d’hommages aux éternels petits garçons malmenés par la vie. Véritable miroir dans lequel chacun peut sonder le fond de son âme, « L’enfant seul » est la quintessence de ce que le rap introspectif a pu offrir de mieux : solitude, mélancolie, rimes acérées et poésie. Jugez plutôt : « Maitrise lancinante sentiments en ciment sinon dans 6 ans on me retrouve ciseaux dans le crâne dans le sang gisant ».
Même Booba, plus habitué à se dresser en fossoyeur du rap français (« Repose en paix« ) qu’a s’épandre sur le pathétique de la vie, nous livre avec son superbe « Ma définition » un testament musical aux accents tant mélancoliques que conquérants (« La folie, le sang, la mélancolie, du rap, du fil rouge des risques et du son : ma définition »). Regard amer sur l’enfance, habituelles fanfaronnades, misanthropie latente transcendée par l’instrumentale de « Mistral gagnant » (Renaud est l’une des principales inspirations de Booba) font de même de « Pitbull » la lettre d’adieu du MC au rap français.
Souvent déroutante et vertigineuse, l’introspection dans le rap français tranche assez radicalement avec l’imagerie -souvent fantasmée- associée à la culture hip-hop.Et si, par delà sa morgue, son inconscience et ses fulgurances, tout grand rappeur était sur le point de sombrer dans l’abîme du spleen ? Preuve en est ce coup d’éclat dans la discographie de Doc Gynéco qu’est « L’homme qui ne valait pas dix centimes« . Le doc, plus célèbre pour son amour du football , des substances illicites et des téléfilms programmés la nuit sur la TNT que pour sa propension à faire pleurer la plume, nous livre un chant du cygne poignant, entre dégoût -légitime- vis-à-vis de l’industrie du disque et son mépris du talent naïf, conscience de la précarité de son statut d’artiste (« Pourquoi subir tel un cireur de chaussures pour m’en sortir je me fais conteur de mésaventures ») et lucidité sur la bassesse de son époque.
Le rap introspectif se met en effet souvent au service de la critique sociale. Déjà John Fante, (dans son fabuleux « Demande à la poussière« ), Burroughs, ont fait de l’introspection le moyen d’expression de l’errance des crèves-la-faim, des marginaux face à la « nouvelle société » d’après-guerre et ses mirages. Si Bukowski a l’ambition dès ses « Contes de la folie ordinaire » de répondre au malaise dans la civilisation par la véhémence de son écriture, alors la prose accusatrice et vivante d’un Akhenaton (« On était tous des anges à l’école, le diable est apparu en cherchant du taf quand on a serré la pogne à Eole » « Mon texte le savon part 2« ) s’inscrit dans cette digne tradition. Engagement que revendique Kery James, qui a fait de la défense des humbles (Au prix de nombreuses polémiques, dont celle fort récente sur sa phrase « Y’a pas que les arabes et les noirs ce sont tous les pauvres qu’ils méprisent » l’identité constituante de sa musique. Le MC d’Orly, adepte du rap introspectif et des morceaux fleuves (Lettre à mon public, le combat continue, Post scriptum, banlieusards…), s’érige ainsi en poète vindicatif mais désabusé : »Nos textes sont des toiles que dévoilent nos mal-êtres des destins sans étoiles »,« A l’ombre du show business »

Le rap introspectif prend souvent des accents céliniens, en ce qu’il ne connait pas le principe de non-contradiction : en effet, il nous donne à voir deux voix puissamment contradictoires. Si le quotidien du rappeur semble le ramener inexorablement à un constat d’abjection, qui prend forme (musicale) en cette voix du ressentiment, voix à laquelle il oppose périodiquement à celle de la compassion (déjà Céline pressentait « qu’on a honte[..] d’avoir jugé l’humanité plus basse qu’elle n’est vraiment au fond », « Voyage au bout de la nuit« ). Cette duplicité s’observe à merveille sur « Pousse au milieu des cactus ma rancœur » ou un Akhenaton rancunier et vengeur vient, sur un sample de « Le bon, la brute et le truand« , nous livrer ses sentiments ambivalents : »Enfanté dans l’amour, mes sentiments sont confus confluent dans le lit de mes rêves d’une pièce exiguë ma salive est empoisonné mes larmes sont de la cigüe ». Force est de constater qu’il y a souvent assez de haine pour refaire un monde dans certains textes de rap. Toutefois, si Rohff semble plus prompt à cultiver l’image du rappeur survolant le rap game (« Rap game« , « la grande classe« …) que celle de l’aède, du poète tisseur de mythes sociaux, Housni a su nous délivrer quelques tracks -dont le glaçant et poignant « Regretté« – ou l’angoisse de la mort prend le pas sur la fascination pour la violence et l’argent facile. Le MC, habitué des fanfaronnades sur BPM (« J’suis venu au monde en mode numéro un », « En mode« ) et des punchlines mordantes, se découvre et redevient un simple mortel devant l’évidence de la mort, invité sinistre lui ayant retiré tant de proches (dont le rappeur du collectif Mafia K’1 fry Las montana).

Incertain, hasardeux, souvent revanchard et aigri, le rap introspectif peut s’apparenter à une certaine poétique de la chanson grise (doit bien y avoir une cité qui s’appelle Verlaine en Ile-de-France…), à une complainte mélodique (ou mélodieuse) , dont le but premier n’est pas tant de dénoncer ou de divertir, mais bien de dire l’échec, l’incertitude et le désarroi, trouvant ainsi un public élargi. Afin de clôturer cet article sur une note guillerette, je vous laisse avec Fuzati, MC versaillais ayant une tendance somme toute fâcheuse à faire l’apologie du malthusianisme, et dont le titre même de son album phare (« La fin de l’espèce« )  évoque le refus biologique de procréer, album ou sa haine nauséeuse fait rage sur les productions léchées de Detect.

Crimson Peak : avis de fantôme sur un manoir anglais

           Guillermo Del Torro. Cinéaste mexicain dont l’univers fantastique aura été mis au service de nombreuses productions dont il n’a pas été lui-même le réalisateur (Le Hobbit) mais dont on pourrait deviner l’influence. Nombreux sont ceux qui se souviennent encore de « l’Orphelinat », film d’horreur ayant dissuadé plusieurs personnes de sortir de leur lit en pleine nuit pour n’importe quel raison.
              L’arrivée de cette affiche évocatrice aurait pu laisser penser qu’un nouveau pas sur le chemin de l’épouvante va être fait. Les amateurs du genre vont être décontenancés. En bien ou en mal. Et ce pour plusieurs raisons.
            Tout simplement parce qu’il ne s’agit pas d’un film d’horreur. On aurait pu vous laisser penser que les fantômes, ces êtres aux silhouettes et à la démarche si reconnaissable sont le clou du spectacle et les gardiens des clés de l’horreur que contient ce film. S’il s’avère qu’ils ont un autre rôle à jouer, force est de constater aussi qu’ils ne sont pas les plus à craindre dans ce manoir anglais où tout va se jouer…
Amateur de grands frissons, passez votre chemin ! Les scènes de peur et d’effroi ne deviennent que trop évidentes et attendues et vos yeux aguerris auront vu bien pire. Ce n’est pas que le talent de M. Del Torro s’est fané, cela est sans doute dû au fait que le but de ce film n’est vraiment pas de nous faire peur.
         Non décidément, ce n’est pas la peur qui domine ce récit très ancré dans la tradition du Romantisme noir et des récits gothiques d’une Angleterre à l’avant-garde de la Révolution industrielle. En réalité nous sommes bien au contraire fascinés par les personnages que nous voyons évoluer sous nos yeux. Il faut dire que le trio de tête brille par la façon dont ils se sont imprégnés de leur personnage. Qu’il s’agisse de Tom Hiddlerton ou de Jessica Chastain, ces deux sombres figures ont un physique taillé pour leur rôles ; un hommage devra être rendu à tous ceux qui les ont transformés en des personnages tout droit sorti de romans de Julien Green ou des films d’Hitchcock. Jessica Chastain, visage de damnée, regard sinistre ; cela restera en vous bien après votre sortie de salle. Il ne faudrait pas oublier Mia Wasikowska dont le rôle est loin de la cantonner à la pauvre blonde sans défense ballotée dans l’intrigue comme une enfant sans caractère dans un train fantôme. Il sera pour une fois plutôt évident de s’identifier à un personnage principal de film d’horreur.
          Fourmillant d’idées sorti d’un cerveau un peu dérangé tout de même (de l’argile rouge, une vision singulière des papillons…Entre autre !) ce film frappe surtout par son immense qualité esthétique. Des fantômes au manoir en passant par les costumes et l’environnement alentour, tout est fait pour que ce film devienne un cas d’école pour les jeunes réalisateurs, et au vu de nombreux plans de caméras, pour les peintres et les photographes.

 

      Allez le voir pour vivre une expérience visuelle avant tout mais certainement pas pour l’originalité du thème ou la peur qu’il puisse créer. Les amateurs du scénario d’« Inception » en prendront pour leurs frais, les surprises ne sont pas au rendez-vous. Mais vous garderez cette image d’un vieux manoir hanté par les ombres du passé, consumé par la neige au-dessus et l’argile pourpre d’en-dessous. Vous serez témoin d’un domaine taché irrémédiablement par un crime odieux que vous auriez pu vous épargner de vivre si vous réfléchissiez davantage aux avertissements que des êtres chers vous ont laissés… « Beware of Crimson Peak !»
Jessica Chastain, comme vous ne l’avez jamais imaginé
Antoine Lezat