À quoi sert l’Union Européenne ?

À quoi sert l’Union Européenne ?

On pourrait penser qu’en dehors de nous fournir un espace de libre circulation pour partir en vacances – en ayant la générosité de nous permettre d’utiliser nos téléphones sans frais supplémentaires – l’Union européenne nous apporte peu.
Certes, devant les difficultés de s’entendre sur une politique extérieure commune, il semble difficile d’attribuer à l’Union Européenne la capacité de défendre des intérêts communs des pays européens sur la scène internationale.

Tant que les pays membres continueront d’agir comme s’il s’agissait d’une « Europe à la carte », il semblerait que l’Union Européenne soit condamnée à rester en panne. Devant les divergences des intérêts nationaux des pays membres on pourrait se demander si l’Union Européenne sert encore à quelque chose pour les Etats, les entreprises ou les Européens. Nombreuses sont les personnes à penser qu’il faut la réformer. Nombreux sont ceux qui pense qu’il faudrait la quitter.

L’Union Européenne n’est pas un acteur géopolitique comme les autres, car elle est considérée comme un instrument créé par des Etats, par l’intermédiaire d’une accumulation de traités signés dans des contextes différents afin de servir leurs intérêts.
Cependant, ces intérêts divergent, ils sont contradictoires et évolutifs.
Les Anglais semblent ainsi penser que l’Union Européenne ne sert plus leurs intérêts, ce qui n’est pourtant pas le cas des Écossais.

L’Union Européenne est indispensable sur le plan économique 

En revanche, tout n’est pas au point mort. Certes l’Union européenne est confrontée à de sérieux problèmes politiques mais elle n’en demeure pas inutile, notamment sur le plan économique. Si certains encore lui reprochent d’avoir favorisé la concurrence déloyale entre les entreprises européennes, il ne faut pas oublier que c’est aussi grâce à elle que des entreprises ont pu prospérer voire même se créer.
C’est bien d’une impulsion européenne et de la mise en commun de savoirs provenant de citoyens européens qu’est né Airbus, le plus grand constructeur d’avions en forte concurrence avec Boeing.

L’UE au cœur de la politique environnementale

L’Union européenne sert aussi les intérêts de ses citoyens notamment sur les plans sanitaire et environnemental : elle est le plus gros contributeur de l’institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) qui a travaillé sur un vaccin pour le virus Ebola lors de la crise en 2014 et qui travaille aujourd’hui sur un vaccin pour le sida.
L’Union est aussi à l’initiative de 80% de la politique environnementale des pays membres et est assez exigeante en la matière. Elle avait menacé la France de poursuites et de sanctions financières devant la Cour de Justice Européenne pour manquement à ses engagements dans la lutte contre la pollution aux nitrates. L’Union européenne est également à l’origine de la directive Reach de 2007 sur les substances chimiques qui oblige les producteurs à fournir des preuves de la non toxicité de leurs produits. Une des premières réticences à l’accord de libre-échange américain était bien d’ailleurs la crainte des consommateurs européens de se retrouver avec de la nourriture à partir d’OGM, preuve que l’Union Européenne protège davantage ses consommateurs que les Etats-Unis en ayant une réglementation plus stricte.

L’Union européenne aura à nouveau du sens dans l’esprit des citoyens lorsqu’ils prendront conscience que l’Union Européenne n’a pas cessé de servir leurs intérêts. Mais d’ailleurs qui sont nos eurodéputés ? Comment marchent les subventions ? Beaucoup encore l’ignorent…

BDA 2018 : L’interview des deux listes

BDA 2018 : L’interview des deux listes

Vous avez été éblouis à l’amphi de créa et ne savez plus pour qui voter ? Hé oui, on adore les deux listes BDA mais le moment de se décider pour l’une d’entre elles arrive à grands pas. Rien de tel qu’un article de TBS Press pour vous éclairer dans votre choix ! On laisse la parole aux deux listes qui vous font part de leur expérience dès leurs débuts !

INTERSTELL’ART

Comment avez-vous trouvé le nom de votre liste ?

Je me rappelle avoir eu une très longue discussion avec l’équipe au moment où on devait trouver notre nom. C’était sûr, on était vraiment déterminés à partir sur le thème de l’espace, on trouvait ça trop fou et on espérait vraiment pourvoir embarquer tout le monde dans notre vaisseau, c’était l’univers de tous les possibles. J’étais coincée dans les bouchons le jour où on parlait de ça et seule dans ma voiture je me suis alors mise à repenser à ce film que j’avais vu avec ma sœur trois jours plus tôt. Interstell’art. Je l’ai proposé à l’équipe et on s’est mis d’accord en une fraction de seconde. C’était un peu une évidence.

Raconte-nous une anecdote à propos de votre liste ou de vos rallyes !

Côté anecdotique c’est très dur parce que je n’ai pas la meilleure mémoire qui soit. Mais une chose qui m’a marquée, c’est les résultats d’admission au premier dossier de soutenance. La tension était palpable, on voulait tous tellement continuer dans notre aventure. J’étais allée traîner au foyer avec Hélène, Mathieu et Matthieu ce soir-là. C’est à peu près à la moitié de mon demi-pêche que je reçois un appel du Luxembourg. Je ne comprenais pas trop, j’ai pensé avoir des problèmes d’argent graves quand j’ai vu Luxembourg, j’ai un peu flippé et j’ai pas répondu. C’est au troisième appel que je finis par décrocher et entendre Annalena m’annoncer qu’on est validés. Quand je suis rentrée dans le foyer je ne pouvais plus contenir ma joie. « On passe les gars, on est validés ! ». L’expression sur leurs visages était si vive et extatique qu’on n’a pas pu s’empêcher de se mettre à danser comme des zouaves. L’aventure pouvait commencer et ça c’était beau.

Astrid, dis-nous ce qui ferait de toi une excellente présidente !

Je ne pense pas faire une excellente présidente parce qu’il s’agit d’après moi de quelque chose d’impossible. Je pense néanmoins être à même de diffuser un message de tolérance, de force et proposer, avec mon équipe des projets inédits et réalisables. Viser l’excellence c’est bien mais il faut aussi connaître ses limites, c’est une chose que j’ai apprise à mes dépends. Je me demande souvent trop parce que je veux bien faire les choses, je veux pouvoir présenter quelque chose de parfait du début à la fin, parce que oui on m’en demandera toujours plus qu’un autre, mais la perfection, personne ne peut réellement l’atteindre. Concernant le Bureau des Arts, je ferai toujours de mon mieux pour inspirer et transmettre des valeurs de partage aux autres étudiants de TBS, mais aussi mon équipe et c’est cela je pense, qui me différencie d’un(e) autre.

Pourquoi ta liste doit gagner et surtout pourquoi l’autre liste devrait-elle perdre ?

Aujourd’hui la question ne se pose plus de savoir qui a fourni le plus de travail qu’un autre. Pour en arriver à ce stade, je pense qu’on a tous du y mettre le même acharnement. Si nous devons gagner aujourd’hui, d’après moi, c’est parce que nous avons su depuis le début porter une attention particulière aux détails et que nous nous voulons ouverts au plus de personnes possible. Interstell’art, c’est d’abord la découverte mais aussi l’union et le partage. Je pense que nous sommes réellement assez diversifiés pour qu’une majorité d’étudiants se reconnaisse en nous. Concernant la potentielle défaite d’autres listes et le pourquoi, je pense que ce n’est pas une question à laquelle je peux répondre, seul l’ensemble de l’école pourra déterminer quelle liste se démarque le plus. Toutefois, perdre les élections d’un bureau, c’est d‘abord gagner beaucoup, c’est en apprendre davantage sur soi et ses limites, c’est aussi effectuer une rétrospective constructive sur ce qui n’a pas marché et comment améliorer cela à l’avenir. Alors pourquoi perdre, quand on n’a qu’à y gagner ?

WOND’ART LAND

Comment avez-vous trouvé le nom de votre liste ?

Le nom Wond’Art Land a plutôt fait consensus chez nous. En effet, nous l’avons choisi et nous y avons réfléchi tous ensemble lors de nos premières réunions, et le thème d’Alice et du psyché et apparu dans les premiers choix. Avant de nous décider définitivement, nous souhaitions y réfléchir un maximum, se laisser le temps de trouver d’autres idées, mais systématiquement lors des sondages, le nom Lewis ressortait comme une évidence !

Raconte -nous une anecdote à propos de votre liste ou de vos rallyes !

Car nous sommes une liste des plus sérieuses, nous nous entraînons assidûment. Mais c’était sans compter sur notre César national, aka notre batteur, qui un jour de répétition en salle de musique, nous surprit tous vêtus en djellaba. Bien alcoolisé et n’ayant pas dormi, qu’il nous expliqua son périple : Saint-Pi, Nimp, Arnaud B, et le marché (pour acheter du pâté qui nourrit le sans-plomb). Ah oui, la batterie n’était pas montée. On vous laisse imaginer Cez’ en galère.

Mélissa, dis-nous ce qui ferais de toi une excellente présidente !

Les Wond’Art ont placé leur confiance en moi pour mon organisation et mes grandes capacités de travail. Ils savent qu’ils peuvent profiter de leur art sereinement, que j’assurerai le bon fonctionnement de l’association. Je suis également a l’écoute et fédératrice : il est important d’assurer une bonne communication au sein d’une équipe de 35 personnes, afin de toujours garder notre unité et une bonne ambiance au sein de notre famille. Enfin, je ne cède jamais au stress, qualité très pratique quand on a un poste à responsabilités !

Pourquoi ta liste doit gagner et surtout pourquoi l’autre liste devrait-elle perdre ?

Notre liste regorge de créativité et de talents plus variés les uns que les autres, ce qui nous assurera de développer le BDA encore plus, lors d’événements inédits et nouveaux que nous vous présenterons très bientôt ! Tout le monde ici s’est réuni pour partager son art. Les Interstell’art ont aussi un très bon niveau, mais nous, nous sommes tous fous ici, et nos 35 personnalités sont ici pour vous divertir et vous ouvrir à leur univers, celui de l’Art.

Trump : victoire ou essoufflement politique ?

Trump : victoire ou essoufflement politique ?

Samedi 2 décembre, le Sénat américain votait la réforme fiscale de Trump, une de ses grandes promesses de campagne. A l’approche de son premier anniversaire à la maison blanche le 20 janvier, Trump s’assure de ne pas arriver les mains vides… mais à quel prix ?

Une réforme favorable aux entreprises américaines

Les entreprises américaines se réjouissent déjà de la baisse du taux d’imposition sur les sociétés qui devrait passer de 35 à 22%. Si la réforme vise à soutenir les entreprises, son objectif est clair, il s’agit de les décourager à placer des activités ou capitaux hors des Etats-Unis, ou encore de les empêcher de s’engager dans des politiques d’optimisation fiscales trop agressives. Ainsi la réforme prévoit une taxe de 20% sur les paiements entre filiales étrangères et entités américaines, de quoi pénaliser les importations et affoler les entreprises étrangères, puisque le seul moyen d’y échapper est de déclarer la présence d’un établissement stable aux Etats-Unis et donc d’y payer l’impôt sur les sociétés.

Si cette réforme apparaît largement favorable aux entreprises américaines, comme promis Trump lors de sa campagne, elle semble porter préjudice aux entreprises étrangères qui devront ainsi lutter contre une double imposition. Certains Européens comme la France dénoncent cette réforme comme allant à l’encontre des traités internationaux sur la fiscalité et seraient prêts à envisager des mesures de rétorsion.

Devant cette apparence de victoire, il semblerait pourtant se cacher un essoufflement de la ligne politique de Trump, jusque-là principalement nationaliste et identitaire. C’est en effet à une courte majorité 51-49 que le Sénat a voté en faveur de cette réforme.

Par-dessus le marché, Trump semble être fragilisé jusque dans son propre électorat : mardi 12 décembre, le démocrate Doug Jones remportait les élections sénatoriales face à son adversaire républicain Roy Moore largement soutenu par Trump. Cela semble être le début d’un désastre puisque cette victoire démocrate inattendue survient dans un Etat qui avait massivement voté pour lui en 2016. L’Alabama n’avait pas voté pour un président démocrate depuis 1976 et aucun démocrate n’y avait été élu depuis 1992. De plus, Trump ressort décrédibilisé de ces élections pour avoir soutenu Roy Moore, un candidat accusé de délit sexuel depuis 2 ans, faisant ainsi ressortir que Trump est lui-même accusé depuis un an d’agressions et inconduites sexuelles par 16 femmes. Ainsi Trump est désormais approuvé à 48% dans les sondages en Alabama, un Etat qui pourtant faisait largement partie intégrante de sa base électorale. Le camp Républicain pourrait ainsi se voir refuser la victoire lors des prochaines « mid-term elections » de novembre 2018.

Trump : pour ou contre le peuple ?

Si cette réforme semble largement favorable au fonctionnement des entreprises américaines, on peut se poser des questions quant aux effets sur la population.
L’électorat de Trump avait voté pour un candidat qu’ils jugeaient capable de créer de l’emploi et d’améliorer les conditions de vie de la population, s’appuyant ainsi sur sa célèbre promesse campagne de ramener l’industrie en Amérique. Mais si Trump semble, avec cette réforme, tenir sa promesse de ramener l’emploi, l’impact de ses initiatives sur la population sont plus problématiques.

On se souvient que Trump avait tenté en vain d’abroger l’ « Obamacare » mis en place en 2010, ce qui aurait selon, le New York Times, touché 74 millions des Américains qui bénéficient de cette aide à la santé.

Après cet échec, survient cette réforme fiscale, qui malgré une hausse potentielle de la production issue de celle-ci, il n’y aurait alors pas de demande qui permettrait de la justifier.

A travers cette réforme Trump diminue également les recettes perçues par les Etats, qui seront alors tentés d’augmenter leur taxe à la consommation pour compenser ces pertes de recettes, mettant ainsi davantage en difficulté les ménages les plus défavorisés. Ce sera par exemple le cas pour les Etats comme la Californie ou l’Etat de New York qui dépendent d’un impôt local plus élevé que la moyenne.

Ainsi, alors que Trump s’apprête à remplir une grande promesse de campagne dont les entreprises sont satisfaites, le président américain s’en retrouve fragilisé dans l’opinion des ménages, ce qui s’est traduit dans les élection en Alabama, lui ayant affaibli davantage sa majorité au Sénat.