TBS PRESS

Qui sommes-nous ?

Une dizaine d’étudiants ultra motivés d’horizons divers qui se rencontrent ça donne ça : un blog éclectique, alimenté chaque semaine, et qui s’adresse à toi, oui toi, petit étudiant de TBS qui as soif de curiosité !

Archives

Le football : gangrené par la corruption.

Le ballon rond ne cessera jamais de rassembler les foules. Traversant les frontières, gravissant les montagnes, rebondissant par-dessus les ruisseaux, celui-ci rassemble toujours plus de supporters dans le monde. Après les navires porte-conteneur, la course au gigantisme touche désormais la construction de stades. Toujours plus grands, toujours plus impressionnants. Pour autant, il est rare de voir des gradins vides… La magie du football continue d’opérer.

 

Néanmoins, comme les médias aiment à le souligner, l’univers du sport est aujourd’hui gangréné par de nombreux scandales. Que se soient la triche et les dopages en athlétisme ou plus récemment l’affaire des frères Karabatic dans le handball, ces évènements vont sans nul doute marquer l’histoire du sport.
Mais dans ce contexte, le football tient sa part de responsabilité. En mai 2015, quatorze personnes dont neufs hauts responsables de l’instance dirigeante du football mondial sont inculpés dans le cadre d’une enquête menée par le FBI pour racket, fraude et blanchiment d’argent sur une période de 25 ans. S’ajoute à cela, les soupçons de corruption concernant l’attribution de plusieurs coupes du monde comme celle attribuée au Qatar.
« Le football n’est plus ce qu’il était » : voilà ce que l’on entend en discutant autour de soi. Si certains y voyaient encore un sport noble, cette vision est en train de tomber aux oubliettes. Cependant, une nuance est à opérer : ce n’est pas le sport qui a perdu de sa noblesse puisque les règles restent les mêmes, c’est l’univers de celui-ci qui, depuis quelques années, devient hautement critiquable et un tant soit peu malsain.

 

Autour du terrain gravite toute une série d’astres qui gagneraient à repartir dans les tréfonds de la galaxie. Pots de vin, propos sexistes de Sepp Blatter, non-respect de la minute de silence adressée à Nelson Mandela, les bourdes des hauts dignitaires sportifs ne se comptent plus. Corruption et compagnie sont désormais les mots d’ordre pour qui veut régner sur le grand royaume du football. Etrangement, ces techniques se retrouvent chez nos chers dignitaires français.
Le football ne serait-il pas en train de devenir une arène politique ? Malheureusement, le mal est déjà fait. La présidence de la FIFA s’apparente désormais au conseil des ministres. L’espèce dite d’origine « sportive », dont la figure majeure est Michel Platini, est actuellement en voie de disparition. Evidemment, il convient de préciser que l’adjectif « sportif » n’est pas un rempart contre la corruption.

 

Plusieurs questions restent donc en suspens. Quand les dirigeants de la FIFA comprendront-ils qu’il ne faut pas mélanger sport et politique ? Quand comprendront-ils que toutes ces actions nuisent à l’image du football ? Quand comprendront-ils que le football a besoin de retrouver des valeurs solides ? Peut-on espérer un avenir meilleur ? Toutefois, la suspension de leurs fonctions de Sepp Blatter et Michel Platini est une première pierre apposée à l’édifice du redressement moral du monde footballistique.

 

Cristiano Ronaldo a dit un jour : « Je ne suis pas assez intelligent pour être président de la FIFA ». Mais les faits parlent d’eux-mêmes Cristiano, dans le football, l’intelligence n’est pas la qualité essentielle requise pour occuper des postes à hautes responsabilités. En d’autres termes, vas-y mon pote tu as toutes tes chances !