TBS PRESS

Qui sommes-nous ?

Une dizaine d’étudiants ultra motivés d’horizons divers qui se rencontrent ça donne ça : un blog éclectique, alimenté chaque semaine, et qui s’adresse à toi, oui toi, petit étudiant de TBS qui as soif de curiosité !

Archives

Happn connaît le succès dans l’univers du dating depuis maintenant plus de deux ans grâce à une idée simple : exploiter la géolocalisation pour retrouver les gens que vous avez croisés dans la journée. Un concept qui séduit, puisqu’aujourd’hui Happn c’est plus de quatre millions d’utilisateurs répartis dans le monde entier. L’idée, c’est que les endroits que vous fréquentez le sont aussi par des personnes qui vous ressemblent et qui ont fatalement les mêmes affinités et intérêts que vous.

 

 

http://screenshots.fr.sftcdn.net/blog/fr/2014/05/happn-header2-664x374.jpg

 

 

En somme, il s’agit de satisfaire le fantasme des inconnus qui se sourient dans le métro sans oser d’aborder. Eh bien grâce à Happn, c’est fini, vous pourrez le retrouver, votre beau gosse/belle gosse croisé au hasard auquel vous n’avez pas osé parler.

 

 

Je ne suis pas très application de rencontre, le phénomène m’intéresse, j’en entends parler, certaines connaissances les utilisent avec succès mais c’est tout de même avec méfiance que j’installe le petit cœur bleu. Après tout, Happn s’affirme plus sage que son cousin Tinder, quel risque y-a-t-il. Comme souvent c’est gratuit pour les filles. Je m’inscris par le biais de Facebook, une mine de renseignement à mon sujet, je choisis rapidement une photo un minimum flatteuse (et c’est pas facile). Le principe est simple, les profils apparaissent sous la forme d’un fil d’actualité, vous pouvez aimer un profil, si vous êtes aimé en retour, vous avez un crush. Vous pouvez donc éviter aisément les indésirables, si je puis dire. Si vous voulez lancer une conversation à tout prix, vous pouvez lancer un charme.

 

 

 Bon, moi j’ai lancé l’appli dans mon coin paumé donc j’ai 4 profils qui sont apparus au tout et pour tout, ce que j’estime prometteur. Ce n’est que le lendemain alors que je parcours Paris de long et large que la liste s’agrandit. Je constate une majorité de jeunes adultes, principalement entre 20 et 30-32 ans, population plutôt CSP+, ce qui est logique compte tenu du fait que l’homogamie sociale a tendance à diminuer partout sauf dans les classes sociales les plus élevées. Je mets des petits cœurs à des profils et j’attends, il est particulièrement amusant d’essayer de deviner qui parmi ceux que vous avez croisé va vous lancer un cœur. Pour ma part en deux jours j’ai eu deux crushs et un charme, mais je like peu de profils, mon côté chiant j’imagine.

 

 

J’espère vaguement que, appelons-le Roger, Roger ne me connaît pas déjà, mais je perds vite cette illusion puisque le brave jeune homme commence la conversation par me demander si je suis de TBS. Incognito level -100. Aurais-je croisé Roger dans les brumes d’un OB ? Malheureusement mes souvenirs de ces évènements sont étonnamment flous et il ne semble pas qu’il fasse partie de notre école. Je dis donc que je teste Happn pour écrire un article (sous-entendu je ne viens pas pour pécho le chaland mais pour des raisons sérieuses et importantes) mais Roger est chaud patate et me propose de « tester l’appli jusqu’au bout » en venant chez lui. Je me sens flouée, moi qui voulais des témoignages d’hommes que la qualité de l’appli et qui pensais Happn moins hardcore que Tinder. Vilain Roger (Big up Roger si tu me lis). Mais je relativise, c’est surement ma malchance habituelle qui m’a joué des tours.

 

 

Aurais-je plus de chance avec le second crush ? Irais-je un jour chez Roger ? C’est sur ce teasing bien moche que je vous livre mes premières impressions sur mon essai éclair de la séduction sur Happn :

 

 

Les + : concept amusant, géolocalisation très précise, de nombreux profils sur Paris et la banlieue, alliance de likes et de charmes qui permettent de belles ouverture, soutient l’économie française…

 

 

Les – : à part la région parisienne peu utilisée dans le reste de la France, ayez une belle photo (comme d’hab en ce genre de lieu)…

 

 

Je recommande Happn pour ceux qui cherchent une autre expérience que Tinder ou les autres sites et applications de rencontre du même genre et qui veulent retrouver les gens croisés au hasard.
Camille Barbry