TBS PRESS

Qui sommes-nous ?

Une dizaine d’étudiants ultra motivés d’horizons divers qui se rencontrent ça donne ça : un blog éclectique, alimenté chaque semaine, et qui s’adresse à toi, oui toi, petit étudiant de TBS qui as soif de curiosité !

Archives


Tant préparée et tant attendue, la date du 12 juin 2014 sonne le glas de l’événement sportif qui va tenir en haleine toute la Planète pendant un mois : la Copa Mundial 2014. Comme nous savons à quel point on aime le football à TBS, nous revenons pour vous sur le début haut en couleur de cette 20e coupe du monde de football organisée cette année par le Brésil.

20h15 (Heure de Paris) : Début de la cérémonie d’ouverture. C’est face à un  stade de l’Arena Corinthians de São Paulo vêtu de jaune, de vert et de bleu que défilent plusieurs centaines de danseurs brésiliens. Sans l’ombre d’un doute, la nation de la samba a voulu mettre la communion avec la nature sur le devant de la scène. Ainsi, un tableau de fleurs et d’arbres, sorte de clin d’œil à la splendide forêt amazonienne, se dessine et arbore même une touche de psychédélisme.
Crédit : DIMITAR DILKOFF / AFP
 Brésil, nation métissée luttant pour préserver son patrimoine amérindien. Avec leur coiffe et costume traditionnels ainsi que leur maquillage ethnique, les populations indigènes, souvent mal comprises dans ce pays en développement, ont également eu droit à leur moment de gloire lors de cette cérémonie. Vient ensuite, l’hymne officiel de la coupe du monde de football 2014 « We are One (Olé, Olé) » interprété par la belle Claudia Leite suivi du show du rappeur Pitbull et de la chanteuse Jennifer Lopez. Malgré un problème de son apparent, cette interprétation 100% latine a réussi à endiabler le stade plein à craquer de l’Arena Corinthians.
Crédit : FRANCOIS XAVIER MARIT / AFP
22h00 (Heure de Paris) : Début du premier match de la Copa Mundial de football entre la Croatie et l’équipe organisatrice de l’événement, le Brésil.
Dans les couloirs, le stress du match de lancement semblent s’esquisser sur les visages des footballers. L’arrivée de l’équipe brésilienne et l’interprétation de l’hymne national mettent le public en osmose mais ne semblent pas pour autant intimider les Croates.
Si l’on garde en tête l’image du Brésil comme la nation du football, les nouveaux ressortissants de l’Union Européenne sont bien décidés à ne pas se laisser faire. Cette combativité semble même payer durant les dix premières minutes de ce match face à une Seleçao vraisemblablement agitée par la pression connue de toute équipe organisatrice. Trop de pression, tue la pression. C’est à la 11e minute de jeu que l’improbable se produit : le brésilien Marcelo inscrit le tout premier but de cette compétition mondiale contre son camp, offrant un avantage à l’équipe Croate. Le Brésil s’accorde dix minutes supplémentaires pour prendre ses repères et imposer son jeu. Le brésilien Neymar refuse de s’incliner face aux Croates et redouble de tentatives pour faire trembler la cage de Pletikosa. C’est à la 29e minute que le joueur du FC Barcelone inscrit le second mais véritable premier but brésilien. Les minutes qui suivent donnent lieu à des occasions de but manquées de la part des deux équipes mais montrent une équipe brésilienne imposant davantage son jeu. A quelques minutes de la fin de la première mi-temps, Neymar accorde un coup franc intéressant au Brésil mais qui sera finalement dévié par l’adversaire croate.  La première mi-temps s’achève sur un jeu croate nettement moins dynamique et résistant face au jeu brésilien.
Début de la deuxième mi-temps. Face à l’enjeu que représente la victoire de ce match d’ouverture, les deux équipes se disputent à coups d’attaques, de contre-attaques et de tacles agressifs.  Les occasions manquées se multiplient des deux côtés. A la 65e  minute, Neymar, victime d’un tacle agressif du n°5 Croate, offre un coup franc intéressant au Brésil : le tir semble être cadré, le public brésilien retient son souffle mais le ballon vient se loger juste au-dessus des buts croates. Trois minutes plus tard, un penalty injustifié est sifflé en faveur des brésiliens. Neymar, l’attaquant du FC Barcelone, y inscrit son doublé. Le jeu semble de suite s’accélérer et la pression envahit l’équipe croate. A la 75e minute, sur coup franc de Neymar, qui s’impose délibérement comme l’homme de ce match d’ouverture,  le brésilien David Luiz manque une occasion exceptionnelle de 3e but. A 10 min de la fin du temps de jeu réglementaire, le joueur croate Olic obtient un affront musclé avec le gardien brésilien et tente de marquer de la tête. Alors qu’un de ses coéquipiers parvient à transformer cette balle perdue en but, l’arbitre siffle faute sur le gardien et vient briser le rêve d’égalisation croate. A la dernière minute du temps réglementaire, le joueur Brésilien Oscar inscrit le 3e but de ce match d’ouverture. 3e but brésilien, 3e coup dur pour une équipe croate qui semble avoir fléchi sur le mental.

Après 4 minutes de temps additionnel, l’arbitre siffle la fin du match et la victoire du Brésil 3-1. Une victoire dans la douleur face à une équipe croate qui n’a sûrement pas démérité et qui est parvenue à montrer les limites de la si redoutée Seleçao.
Gabrielle Esperance